Le Meuble à Jeux #68 : Onitama

Onitama Meuble à Jeux
Les arts martiaux s'invitent dans le jeu d'échecs.

Après avoir arpenté les rues d’Arkham, remplies de créatures mystérieuses, dans notre dernier Meuble à Jeux, nous vous proposons aujourd’hui un titre plus zen et bien moins sombre avec Onitama. Réalisé par Shimpei Sato et édité par Igiari, ce Onitama vous propose une version revisitée du jeu d’échecs, en prenant pour toile de fond un Japon plus ancien et très spirituel, où les arts martiaux seront au coeur de la victoire. Qui dit jeu d’échecs, dit jeu à deux, et donc naturellement, ce titre se joue uniquement en duo.

Prévoir chaque geste

Onitama

Au premier abord, Onitama apparaît comme une simplification du jeu d’échecs traditionnel, avec un plateau de jeu nettement plus petit et beaucoup de pièces en moins, puisque chaque joueur dispose seulement de 5 pions, divisés en 4 pions élèves et 1 pion maître. Si l’on pousse la comparaison avec le jeu d’échecs de base, ce dernier fait office de roi, et nécessite d’être mis en échec pour terminer une partie. Seulement, ce n’est pas l’unique moyen de remporter le match, puisque vous pouvez gagner simplement en allant sur la case « Arche du Temple » de l’adversaire avec votre pion maître, là où votre opposant avait placé son propre pion maître au début de la partie.

Mais avec si peu de pièces, on était en droit de se demander quelles étaient leurs spécifiés et le moyen de les bouger à travers le plateau de jeu, qui est rappelons-le, relativement petit. Eh bien c’est ici que Onitama tire toute son originalité, puisque vos déplacements possibles seront liés à des cartes que vous tirerez en début de partie. Lorsqu’un match débute, chaque joueur reçoit deux « cartes de mouvement », et une carte est placée à côté du plateau. Chacune de ces cartes comporte un schéma qui explique comment vous pourrez bouger l’une de vos pièces. En somme, c’est comme si vos cartes transformaient vos pions en cavalier ou en fou, capable de ne bouger que selon certaines règles. Vous disposerez donc de deux types de mouvements lors de votre tour, ce qui rend vos possibilités assez limitées. Cependant, tout ne restera pas figé dans le marbre durant toute la partie.

Tout est dans l’anticipation

Onitama

Vous n’avez droit bien entendu qu’à une seule action par tour. Lorsque vous avez bougé votre pion, vous devez vous débarrasser de la carte de mouvement utilisée en la mettant à côté du plateau. Vous pouvez alors récupérer la carte qui était positionnée hors du plateau pour l’utiliser au tour suivant. Dès que votre adversaire aura fini son tour, il récupérera la première carte que vous avez utilisée (et qui est maintenant en dehors du plateau), et se défaussera de celle qu’il a utilisée pendant son tour, et ainsi de suite. En somme, c’est seulement 5 cartes de mouvement différentes qui peuvent être utilisées lors d’une partie, alors que la boîte de jeu en contient 16 au total.

Simpliste à première vue à cause de ces déplacements limités, Onitama devient rapidement très tactique. Comme dans un jeu d’échecs traditionnel, il faut anticiper les coups de l’adversaire, non seulement pour voir où peuvent aller ses pions, mais aussi pour savoir quelle carte sommes nous susceptibles de récupérer au tour suivant. De même, utiliser une carte efficace peut s’avérer être dangereux, puisque votre adversaire la récupérera au prochain tour. Deviner les coups de l’adversaire se révèle être primordial, même si les options restent moins nombreuses.

Pour qui s’adresse Onitama ?

Onitama

Avec ses règles très simples d’accès et son plateau de jeu réduit, Onitama a été conçu pour parler au plus grand nombre. Les amateurs d’échecs trouveront ici une alternative certes plus simpliste que d’habitude, mais tout aussi ingénieuse, tandis que les néophytes pourront intégrer les rudiments du jeu très facilement, et enchaîner les parties plus rapidement.

Onitama a tout pour séduire, ne serait-ce que par son esthétique très sobre et élégante, qui se ressent même dans la conception de la boîte du jeu. Le plateau est lui aussi de qualité, bien que sa matière soit assez proche d’un tapis de souris, il reste beaucoup plus agréable au toucher qu’un simple morceau de bois ou de plastique. Il en est de même pour les pions, qui ne sont pas forcément très détaillés mais qui restent sympathiques visuellement.

Acheter Onitama sur la boutique Philibert

De ce fait, Onitama a réussi le pari de rendre les échecs plus accessibles sans pour autant les dénaturer. On prendra plaisir à enchaîner les parties afin de découvrir de nouvelles options grâce aux différentes cartes de mouvement, même si parfois, certains matchs peuvent tourner courts face au peu de possibilités que donnent les cartes que l’on possède. Son enrobage visuel sert complètement son accessibilité, ce qui fait de lui un indispensable dans votre meuble à jeux, que vous soyez fans des échecs ou tout simplement curieux de cette mécanique.

Le Meuble à Jeux #68 : Onitama 1

 

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp