Les meilleurs indépendants en 2016 à ne pas manquer : Aurion, Furi, Inside…

Les jeux vidéo sont de plus en plus présents dans l'industrie et ce, grâce aux productions plus ou moins ingénieuses réalisées par les studios indépendants ! Ils sont nombreux et parfois, le résultat parvient à dépasser certains jeux pourtant dotés d'un budget Triple A ! Il est donc temps de faire un top 10 des meilleurs jeux indépendants de cette année 2016. Au programme, Aurion, Furi, Inside et bien d'autres...
Temps de lecture : 19 min.

Les studios indépendants nous pondent chaque année de petites merveilles vidéoludiques bien que parfois, il y a tout de mêmes des exceptions à la règle. Ainsi, on vous propose ici notre top 10 des productions indépendantes de 2016 et on peut le dire, elles ont été nombreuses ! N’hésitez pas à nous dire ce que vous pensez de notre sélection et surtout, on tient à découvrir ce que vous auriez choisi si nos choix venaient à être un peu différents !

Pankapu : Episode 1

Pankapu-07

Pankapu : Episode 1 est un jeu indépendant français au format épisodique qui a financé sa campagne par un kickstarter et s’il fait partie du top des jeux indépendants de 2016, c’est parce qu’il nous a séduit sur beaucoup de points. Tout d’abord, son prix très abordable, moins de 5 euros, et ensuite, c’est par sa direction artistique atypique flashy avec des dessins à la main qu’il est clairement de toute beauté.

D’ailleurs, si ses couleurs et son ambiance sont assez atypiques, le format épisodique est également sacrément culotté et cela marche plutôt bien puisque l’on se languit de découvrir l’épisode deux. Nous racontant une histoire entre le rêve et la réalité, Pankapu nous offre une magnifique narration digne d’un compte pour enfant et son gameplay façon plateforme 2D nous offrira aussi bien des moments difficiles que des passages bien trop simples.

Vous l’avez compris, son principal défaut, c’est sa difficulté qui fait le yo-yo mais cela est comblé par de bonnes idées comme la possibilité de changer de classe et donc, de capacités. Oui oui, vous avez bien lu et Pankapu a de la suite dans les idées comme vous pouvez le constater… De plus et afin de nous transporter dans son mode enchanteur, le soft s’offre les services d’un duo franco-japonais pour composer les musiques et on trouve Hiroki Kikuta qui s’était chargé du légendaire Secret of Mana ainsi que Ganaé. Pour finir, l’épisode un de Pankapu est une surprise de cette année 2016 et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle est plutôt bonne et bien colorée.

Vous pouvez découvrir notre test complet de Pankapu : Episode 1 à cette adresse et sachez que Pankapu avec son season pass est disponible sur PC à cette adresse. A noter qu’il est également prévu sur consoles.

Inside

inside-blogrolljpg-505b06_1280w

Inside était le nouveau bébé indépendant signé par le studio PlayDead et quand l’on sait qu’il s’agit des p’tits gars qui étaient derrière Limbo… On attendait forcément énormément d’Inside. Noté 9/10 à la rédaction, seul l’aspect die and retry pourra parfois énerver ou gêner le joueur et sachez là que c’est le seul et unique défaut, si on peut dire cela, que nous avons trouvé au nouveau jeu de PlayDead.

Forcément, rien qu’avec sa direction artistique, Inside nous surprend et nous entraîne dans son univers unique à l’aide d’un scénario et d’une mise en scène qui nous propulsent très clairement dans cette aventure. En plus de cela, la prise en main aisée et efficace ne manquera pas de vous pousser à être complètement immergés et clairement, ce ne sont pas les musiques et l’ambiance qui viendront changer la donne puisque ces critères sont également au top.

Enfin, si les niveaux sont assez variés, on trouve aussi des énigmes plus poussées et plus recherchées que ce que pouvait le faire Limbo et forcément, cela joue dans la balance et nous montre que PlayDead a voulu améliorer cet aspect là. Ainsi, Inside est l’une des meilleures productions indépendantes de 2016 et il est normal de la retrouver dans ce top 10.

Vous pouvez découvrir notre test complet de Inside à cette adresse et sachez que Inside est disponible sur PC, PlayStation 4 et Xbox One dans des versions dématérialisées.

The Witness

the_witness_1

The Witness était un vieux projet indépendant qui avait débuté en 2009 et qui a connu moults péripéties avant de pouvoir enfin sortir au grand jour. Créé par Jonathan Blow, l’un des pionniers de la scène indépendante et créateur du jeu Braid, The Witness offre une direction artistique proche d’un Firewatch qui nous a conquis dès le premier contact.

Il s’agit là d’un jeu de puzzles et d’énigmes avec une vue à la première personne et où vous explorerez un monde complètement ouvert. Le soft nous rappelle immédiatement les grands succès de l’époque comme Myst sauf qu’ici, on se retrouve avec un titre à la limite de l’élitisme. Effectivement et avec ses très nombreuses énigmes, The Witness s’avère difficile et risque fort de décourager les joueurs de la première heure qui aiment avancer sans vraiment se prendre la tête…

Avec The Witness, il faudra se creuser les méninges et réfléchir sans cesse à comment résoudre les nombreux puzzles proposés par Jonathan Blow et cela offre à cette aventure une très très grosse durée de vie et on ne va pas s’en plaindre… En somme, nous avons là une oeuvre vidéoludique passionnante et une production indépendante qui entre facilement dans le top 10 des meilleurs jeux indépendants de 2016 avec en prime, un excellent 8/10 décerné par la rédaction.

Vous pouvez découvrir notre test complet de The Witness à cette adresse et sachez que The Witness est disponible sur PC, PlayStation 4, iOS et Xbox One dans des versions dématérialisées.

Stardew Valley

stardewvalley

Stardew Valley est un jeu indépendant créé de toute pièce par Eric Baronne, un énorme fan de la série Harvest Moon. Plus précisément des premiers Harvest Moon, avant que la licence ne se perde un peu. L’homme a travaillé seul sur le titre pendant plusieurs années avant d’être approché par Chucklefish Games pour publier son travail tout en l’améliorant fréquemment via de nombreuses mises à jour.

Le soft vous place dans la peau d’un personnage (homme ou femme) qui quitte sa vie de citadin lambda pour emménager dans la vieille ferme de son grand-père. C’est avec cette simple toile de fond que vous êtes lâchés dans ce coin de campagne idyllique. Autant dire qu’une grande liberté vous est laissés avec une tonne de choses à faire, ce qui pourra vous détendre entre deux parties de jeux bien nerveux.

Avec son design rétro, ses bases ultra solides en terme de « farming simulation », et les codes du RPG qu’il utilise parfaitement bien, Stardew Valley en contentera plus d’un voulant passer un bon moment au calme. Et il est généreux en terme de richesse d’autant plus que l’on rappelle qu’il est régulièrement mis à jour par monsieur Baronne.

Notre Test de Stardew Valley est à venir, et sachez que Stardew Valley est disponible sur PC, PlayStation 4, Xbox One dans des versions dématérialisées. Il est également prévu l’année prochaine sur Nintendo Switch.

Furi

Furi

Furi est une production indépendante unique née du concept déjanté d’Emeric Thoa de chez The Game bakers. Il s’agit d’un soft doté d’une magnifique direction artistique et d’un chara-design signé par le créateur de la licence Afro Samurai. A cela, on ajoute une composition particulière au niveau des musiques avec des grands noms comme Carpenter Brut, Danger, The Toxic Avenger, Lorn, Scattle, Waveshaper, ou encore Kn1ght.

Nous avions pu nous entretenir avec Emeric lors de la Paris Games Week 2015 (article) et on se souvient bien de tout ce qu’il nous avait révélés… Evidemment, nous avions envie de découvrir tout cela et au final, on se rend compte que le concept initial présenté lors de l’interview était bien respecté et qu’il était tout simplement génial ! Et bien oui, Furi vous propose de partir dans une aventure composée uniquement de combat de boss et seul votre maîtrise, votre technique et votre sang-froid vous permettront de remporter les batailles.

Néanmoins, il y a un mais… En effet, on pourra pester contre une durée de vie assez courte face à un prix élevé. Néanmoins et à sa sortie, Furi a fait partie du programme du PlayStation Plus en tant que jeu offert et rien que pour cela, il ne fallait surtout pas le louper. Si la durée de vie vous fait peur, sachez tout de même que trois modes de difficulté sont proposés et qu’il y a plusieurs fins histoire de pousser un peu plus l’intérêt mais dans tous les cas, le but reste de parvenir à le terminer avec la plus grosse difficulté histoire de profiter pleinement de cette expérience vidéoludique.

Ainsi, Furi est l’un des meilleurs jeux indépendants de cette année et il aura su séduire les hardcores gamers en quête de sueur et de challenge. Noté 8/10 par notre rédaction, vous l’avez compris, Furi nous a littéralement conquis bien que parfois, le titre nous propulse littéralement dans un état de furie lorsque l’on perd un duel à coup d’épée ou de pistolet…

Vous pouvez découvrir notre test complet de Furi à cette adresse et sachez qu’il est disponible sur PC, PlayStation 4, Xbox One dans des versions dématérialisées.

Firewatch

Firewatch_20160203140819

Il fallait du cran pour sortir un jeu de cet acabit et avec un concept pareil et pourtant, les p’tits gars de chez Campo Santo l’ont fait ! En effet, Firewatch vous propose une aventure où vous incarnez un certain Henry, un homme qui a décidé de devenir garde forestier et plus précisément, de s’occuper de la prévention des feux de forêt du haut de sa tour de surveillance située dans la Forêt Nationale de Shoshone, dans le Wyoming.

Avec une trame scénaristique pareille, la curiosité s’est installée dans le cœur des joueurs et finalement, on se retrouve avec un récit passionnant, accrocheur et qui donne envie d’en découvrir la fin. D’ailleurs, vous aurez de nombreux choix à faire au niveau des dialogues et ces derniers influeront sur la suite de votre périple bien que l’on regrettera le fait qu’il y ait qu’une seule et unique fin. Heureusement, cette aventure humaine – et digne d’une psychanalyse de personnages, est épaulée par des graphismes vraiment sympathiques qui rendent l’immersion totale dans cette forêt.

Le gameplay à la première personne vous arme d’une carte et d’une boussole et vous devrez souvent vous rendre d’un point A vers un point B pour progresser. Vous récupérerez de l’équipement vous permettant d’accéder à de nouveaux lieux et le tout, en vous laissant emmener par la qualité narrative. Néanmoins et malgré une ambiance sonore au top, le jeu souffre de quelques lacunes techniques et d’une durée de vie assez faiblarde en comparaison au rapport qualité/prix, ce qui lui a valu la note de 7/10.

Une aventure à découvrir surtout si vous avez toujours rêvé de devenir garde forestier. Firewatch est sans aucun doute l’une des plus belles réussites de 2016 et il aura certainement su plaire à un large public qui n’aurait peut-être jamais pensé qu’il serait séduit par ce titre si particulier.

Vous pouvez découvrir notre test complet de Firewatch à cette adresse et sachez que Firewatch est disponible sur PC, PlayStation 4, Xbox One dans des versions dématérialisées.

Overcooked

overcooked_03

Changement de contexte pour ce jeu indépendant nommé Overcooked et qui a été noté 8/10 par la rédaction. Effectivement, il s’agit d’un party game également jouable seul qui est porté sur le thème de la cuisine ! Vous êtes fan d’émissions comme Top Chef ou alors, vous vous prenez pour un véritable cuistot à vos heures perdues ? Alors Overcooked est probablement fait pour vous.

Développé par Ghost Town Games, vous devrez tenter de satisfaire le roi Oignon qui a énormément faim et votre seule chance est de vous améliorer en cuisine et de préparer de bons petits plats afin de le faire manger jusqu’à satiété. Comme on le disait, le soft est extrêmement fun en coopération bien qu’assez répétitif si vous jouez tout le temps seul. Pour cela et afin de le rendre accessible à tous, il propose une maniabilité vraiment intuitive qui promet une immersion totale pour tous types de joueurs.

Overcooked est également doté d’une patte graphique cartoonesque de qualité qui colle parfaitement à son ambiance fun et délirante. En plus de sympathiques musiques, ce sont 28 niveaux qui sont proposés sur la version de base, tandis que la version console en boîte appelée Gourmet Edition apporte de nouveaux niveaux et chefs ! Overcooked entre donc dans le top des jeux indépendants et il saura satisfaire les joueurs cherchant un party game simple mais diablement efficace.

Vous pouvez découvrir notre test complet de Overcooked à cette adresse et sachez que Overcooked est disponible sur PlayStation 4 et Xbox One à cette adresse et sur PC.

Candle

Candle_3

Candle est le premier jeu signé par le studio indépendant espagnol Teku Studio et cette création aura valu un 9/10 bien mérité. Tout d’abord et première chose qui saute aux yeux, la direction artistique inspirée qui est tout bonnement enchanteresse et surtout, de toute beauté avec son style aquarelle. Candle met graphiquement les points sur les I et rien que sur ce point-là, on est complètement envoûté…

Heureusement, le titre ne dispose que de peu de défauts et nous n’avons pu nous plaindre que sur deux points qui restent… facilement oubliables. Effectivement, il s’agit de certaines phases de plateformes redondantes ou encore, d’une envie que nous aurions eu de nous agrémenter de quelques heures de plus sur le jeu avec quelques reliques de plus cachées dans les niveaux. Le scénario nous fera vivre une aventure aux côtés de Teku et un narrateur nous comptera l’histoire bien qu’elle peut être parfaitement comprise rien qu’avec le regard.

Ce jeu de plateforme joue énormément sur les apparences et si vous restez bloqués sur des énigmes, la réponse se trouve souvent dans les décors en aquarelle du jeu qui vous en mettent plein la rétine. Très inspiré sur le thème des incas, les musiques sont également excellentes et elles ont des consonances sud-américaines afin de rester dans le thème. Candle est donc un véritable coup de cœur de cette année 2016 en tant que production indépendante et il serait clairement dommage de passer à côté d’un tel joyau vidéoludique qui ne manque pas d’identité…

Vous pouvez découvrir notre test complet de Candle à cette adresse et sachez que Candle est disponible sur PC.

Abzû

abzu tortue

Abzû nous a entraîné dans les fonds marins cette année 2016 et cette escapade sous-marine lui a valu la magnifique note de 9/10 et pour cause, il n’y a quasiment aucun point que nous trouvons à reprocher à cette oeuvre vidéoludique. Effectivement, si l’aventure se veut trop courte à notre goût, c’est aussi en partie à cause de son accessibilité en terme de gameplay qui rend l’aventure assez facile à prendre en main.

Au-delà de ça, Abzû est une pioche parfaite et si l’on vous dit qu’il est signé par le studio Giant Squid, notamment connu pour Journey, vous comprenez alors pourquoi au-delà d’un jeu vidéo, c’est un véritable conte qui s’ouvre à vous. Vous incarnez donc une plongeuse et vous allez vous aventurer dans les fonds marins qui regorgent de poissons et de créatures préhistoriques, le tout, dans une eau de toute beauté et qui rend vraiment le tout très immersif.

Si Abzû nous charme sur le plan de la rétine, les musiques et les cris des mammifères marins sont tout simplement bluffants ce qui a le don de nous plonger davantage dans le jeu. Au final, Abzû est une aventure simple, fascinante et qui se hisse dans notre top indé de 2016. De plus, on pourra facilement comprendre que le jeu surfe sur l’une des principales préoccupations actuelles, le réchauffement climatique.

Vous pouvez découvrir notre test complet de Abzû à cette adresse et sachez que Abzû est disponible sur PC et PlayStation 4.

Aragami

Aragami test

On ne l’attendait pas forcément et pourtant, Aragami est sorti cette année en tant que production indépendante et il se classe dans le genre infiltration dans un univers Japon Féodal/fantastique. La première chose qui saute aux yeux est l’aspect saisissant au niveau des graphismes et ce, même si cela est parfois un peu perfectible. On se laisse ainsi complètement submerger par cet univers particulièrement travaillé et convaincant.

Ensuite, il faut avouer qu’un gameplay à la sauce Tenchu fait relativement du bien et même si l’on déplore l’impossibilité d’attaquer au corps à corps, les différentes techniques et possibilités que nous avons viennent nous faire passer un sacré bon moment. En plus de cela, avec une durée de vie assez conséquente, un rapport qualité/prix correct et une possibilité de rejouer les missions avec d’autres joueurs en ligne, il faut avouer que si l’on accroche au concept d’Aragami, il y a moyen de passer pas mal de temps dessus.

A cela, on rajoute la possibilité de terminer les missions sans tuer nos ennemis ce qui rend la tâche plus ardue, certes, mais diablement plus excitante. Il faut également avouer qu’avec sa difficulté punitive, il y a un sacré challenge pour ceux et celles qui veulent terminer le jeu sans tuer d’ennemi.

En somme, Aragami n’était pas attendu au tournant mais il a su nous convaincre au point de finir dans le top 10 des jeux indépendants de 2016. Avec le pouvoir des ombres, son univers et son ambiance, nul doute que vous devez vous essayer à cette aventure de Ninja…

Vous pouvez découvrir notre test complet de Aragami à cette adresse et sachez que Aragami est disponible sur PlayStation 4 à cette adresse et sur PC.

Aurion : l’Héritage des Kori-Odan (Top 10 ? Et bien non, lui, c’est le coup de cœur)

Aurion (18)

Aurion : l’Héritage des Kori-Odan est un jeu développé par le studio Kiro’o Games qui est d’origine camerounaise et il s’agit d’un RPG aux tendances surprenantes et qui collent aux origines de ses créateurs. Effectivement, le parti pris est osé, risqué mais diablement bon bien qu’évidemment, quelques défauts ressortent puisque nous lui avons attribué la note de 7/10 mais c’est notre coup de cœur des jeux indépendants de l’année !

Et bien oui, Aurion : l’Héritage des Kori-Odan nous raconte l’histoire du royaume de Zama et de son son héros Enzo Kori-Odan qui s’apprête à en devenir le roi. Comme vous vous en doutez, tout ne va pas se dérouler comme prévu et c’est ainsi que notre quête va débuter et le tout, accompagné de sujets forts et tabous comme la corruption, l’esclavagisme, le viol, le génocide ou encore, l’immigration… On rajoute à cela un gameplay inspiré des plus grands Action RPG comme Tales Of et des graphismes en 2D avec de magnifiques environnements nous faisant découvrir la culture africaine. Les musiques sont également magistrales et la durée de vie s’élève tout de même à une vingtaine d’heures avec un système de combat dynamique et digne de ce qui se fait de mieux.

Bref, c’est un RPG qui sort des sentiers battus et qui brise tous les codes auxquels nous sommes habitués et c’est pour cette raison qu’il fait partie aujourd’hui du top des jeux indépendants de 2016. Comme on le disait, il n’est pas parfait et rencontre quelques soucis graphiques, techniques avec des problèmes dans les animations ou encore, des bugs et plantages mais au final, les problèmes sont bien loin lorsque l’on se rend compte de la saveur qu’il dégage pour en arriver là… On salue et félicite la prise de risque sur le marché du jeu vidéo qui s’avère fort compliqué tant il existe de jeux et clairement, on a envie de découvrir ce que les p’tits gars de chez Kiro’o Games nous réservent pour la suite…

Vous pouvez découvrir notre test complet de Aurion : l’Héritage des Kori-Odan à cette adresse et sachez que Aurion : l’Héritage des Kori-Odan est disponible sur PC à cette adresse.

Conclusion des jeux indépendants de l’année

dungeon rushers

Les productions indépendantes sont de plus en plus nombreuses et 2016 l’aura une fois de plus prouvé. Evidemment, il n’y a pas eu que du bon mais notre top 10 parvient à faire sortir du lot les plus majeures à notre sens. Néanmoins, le choix a été très difficile et nous avons été plus ou moins forcés de passer à côté de titres phares qui sont également de très bonnes pioches. Nous allons donc faire une petite piqûre de rappel pour les plus marquantes d’entre eux.

Il y avait donc Dungeon Rushers (test) qui proposait un éditeur de donjon, du multijoueur et une durée de vie astronomique. On pense également aux jeux au format épisodique comme The Lion’s Song 1 (test) et 2 (test) qui viennent donner un très bon avant-goût de cette série de point’n’click poétique au format épisodique. Le studio français Cartel avait aussi décidé de marquer l’année 2016 avec un Street Of Rage-like nommé Mother Russia Bleeds (test), ce dernier est fun à plusieurs, choquant mais aussi gore et il s’inscrit comme un excellent titre.

On terminera donc sans tous les citer bien que l’on pense encore à Enter the Gungeon (test), Grim Dawn (test), Maize (test) ou encore Owlboy et pour ceux qui pensent qu’il y a de gros manquants comme Darkest dungeon (test) ou salt and sanctuary (test), c’est tout simplement car ces deux là sont présents dans notre top RPG de 2016 à cette adresse et clairement, c’est une excellente place également !

Pour finir, on peut dire que 2016 aura été une année fructueuse qui aura permis aux développeurs indépendants de faire parler leur savoir-faire et très franchement, toutes ces productions sont à découvrir et elles vous laisseront une très bonne expérience en matière de jeu vidéo. Maintenant, on a hâte de découvrir 2017 et surtout, de voir jusqu’où l’inspiration de ces petits studios ira et on espère que ces derniers sauront faire la part entre l’ambition et les moyens financiers car malheureusement, c’est ce qui plombe parfois le résultat sur certains titres. 

Et vous, quel est votre top indépendants et êtes-vous d’accord avec notre classement ? 

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp