Interview avec les développeurs de Furi : Un beat them all d’un genre nouveau

furi 1

A la Paris Games Week 2015, nous avons donc pu livrer une interview avec Emeric Thoa, directeur créatif et Audrey Leprince, productrice, afin de parler de leur futur titre Furi. Sous ce nom, dont on ne connaissait que quelques images et un trailer, se cache un jeu PlayStation 4 et PC qui nous semble des plus prometteur.

  • Furi est présenté comme étant un Beat Them all mais nous n’avons jamais pu constater de combats face à des hordes d’ennemis comme le veut la tradition du genre. Plus accès sur les duels d’après les images et le trailer, pouvez-vous nous expliquer davantage le concept du jeu ?

Emeric Thoa : Il s’agit d’un Beat Them All où nous allons combattre seulement des boss. Pas de hordes d’ennemis donc mais toujours des duels en 1vs1 en affrontement singulier. On voulait recréer la tension d’un combat en arène mais à la manière d’un God Of War ou d’un David Vs Goliath où l’on fait face à un adversaire colossal. Même si notre personnage est brillant au combat, le but était de nous mettre en face à face avec un ennemi qui possède des capacités uniques et spéciales. Dans tous les cas, les boss auront toujours un chara design et une échelle qui sera semblable à la notre. Outre les combats à l’épée, l’originalité viendra de la partie des affrontements en shoot them up. Les personnages combattront donc à distance en s’échangeant des tirs et des esquives. Une fois que l’opposant est affaiblit, la caméra change en vue rapprochée et le duel à l’épée démarre façon Samurai survolté.

  • Est-ce que le nom Furi a été pensé en rapport au scénario ?

Emeric Thoa : En effet, le nom du jeu a un sens en rapport au scénario mais je ne peux pas spoiler. On a envie que les joueurs comprennent le sens de ce titre en y jouant. En plus d’être lié au sens et à l’histoire, sachez que ce n’est pas un hasard si nous avons un i à la place du y. (NDLR : Par rapport au nom du jeu : Furi)

  • On a vu une annonce comme quoi Furi serait un jeu de combats face à des boss pendant huit heures. Pouvez-vous nous expliquer cela ?

Emeric Thoa : Vous n’êtes pas les premiers à me le dire et je ne vois pas où cette information peut être. La réalité, c’est qu’avant même la création du jeu et lorsque je pensais ce dernier, pour tout vous dire, c’est il y a plus de dix ans ! Eh bien, pour moi, c’était ça l’idée forte du soft, un combat contre un boss pendant huit heures, qu’est que ce ça donnerait ? Depuis, l’idée a bien évolué et il y a maintenant plusieurs boss. La durée de vie variera selon les skills du joueurs et il est donc difficile d’évaluer cette dernière à l’heure actuelle.

  • Comment va se dérouler l’évolution du personnage principal ?

Emeric Thoa : Absolument aucune évolution pour le personnage ! C’est un gros parti pris pour nous et nous ne voulions pas rentrer dans le schéma typique du héros qui commence qui évolue de niveau en niveau tout en débloquant des compétences, des armes et des options de customisation. Il ne pourra pas non plus déverrouiller des éléments pendant les niveaux. La seule évolution sera les skills du joueur et ceux des adversaires. On essaie de vous dire que vous n’allez pas combattre le même opposant pendant huit heures avec de nouvelles armes mais plutôt, vous allez faire face à des ennemis différents mais avec les mêmes armes.

  • On ne pourra donc vraiment pas constater de changements apparents sur le héros ?

Emeric Thoa : Exactement et ce, de la même manière qu’un Shadow Of The Colossus où l’on avait seulement un arc, une épée et un cheval sans upgrade aussi choquant que cela puisse paraître de nos jours.

  • Y aura-t-il plusieurs embranchements scénaristiques différents ? Par exemple, choisir quel boss affronter en duel de manière à ce que cela change peut-être le scénario et que l’on se retrouve avec plusieurs fins.

Emeric Thoa : Une histoire est belle et bien développée tout au long du jeu mais une fois de plus, je ne veux pas en spoiler le contenu. De mon point de vue, à moins d’être le champion du monde des histoires à embranchement et il en existe à l’image de Mass Effect, The Witcher, nous, nous sommes un petit studio. Je pense qu’il est primordial que l’on centre notre attention sur les boss fight et l’histoire afin de faire les choses comme il se doit pour ces éléments. Faire une histoire avec des embranchements, il faut obligatoirement faire beaucoup d’efforts pour la réussir et cela se ressentira forcément sur la qualité finale du soft. On préfère se concentrer sur le sens des combats ainsi que le scénario.

  • Est-ce que vous avez songé à un new game play afin d’augmenter le taux de rejouabilité de Furi ?

Emeric Thoa : Tout à fait ,c’est super important d’autant que l’on parle d’un jeu très arcade qui va être porté par une histoire une ambiance très forte. Avant tout, Furi s’adresse vraiment aux joueurs aimant le Beat Them All, à ceux qui apprécient la performance et à ceux qui aiment s’améliorer d’une partie à l’autre. Ayant était élevé aux célèbre rang C,B,A ou S des jeux japonais, Furi pourra compter sur un système similaire pour augmenter son taux de rejouabilité. Pour les joueurs cherchant l’excellence, si le temps de développement nosu le permet, on espère incorporer de la difficulté supplémentaire.

  • Rang S, ça nous fait forcément penser à une possibilité de missions secondaires !

Emeric Thoa : Non, on essaie vraiment de tout recentrer sur l’expérience du combat en duel. Evidemment, en tant que joueur, moi-même, j’adore les embranchements scénaristiques, les missions secondaires et toutes ces choses-là mais d’un coup, des Shadow Of The Colossus ou un Journey sont apparus. Ces derniers vont à l’encontre de tout cela et pourtant, ils sont géniaux. Ce que l’on essaie de faire avec Furi, c’est un Beat Them All qui offre son cœur. Il y a une autre référence que j’aime beaucoup, c’est Super Punch Out. C’était un jeu de boxe et tout son intérêt reposait dans l’attente de découvrir les nouveaux boxeurs, leurs mouvements et la stratégie à adopter pour les vaincre. Tout était simple sans éléments de customisation comme des gants bleus, verts ou rouges. Toute cette simplicité dans les jeux vidéo a disparu depuis maintenant plus de dix ans et on souhaite revenir à cela.

  • On a pu apercevoir des personnages secondaires comme le lapin au design sympathique et l’on aimerait savoir quels genres de rôle ils vont avoir ? Certains seront dans le camps du héros ou alors sera-t-il livré à lui-même ?

Emeric Thoa : Au début de Furi, votre héros est enfermé et c’est ce fameux lapin qui vient vous délivrer. C’est aussi ce même personnage qui va nous guider dans l’aventure et pour les combats mais il n’est pas seulement le sauveur, il possède un deuxième rôle dans le jeu. Pour le découvrir, il faudra tout simplement jouer au soft !

Notre vidéo de l’interview

  • Combien d’armes aurons-nous à notre disposition ?

Emeric Thoa : Seulement deux, l’épée et le pistolet mais si l’on peut en compter une troisième, ce serait l’esquive. Cette dernière sera très rapide et ressemblera à de la téléportation. En tout cas, le noyau de Furi, c’est l’esquive, le blocage et la punition. En somme : Esquiver pour éviter de se prendre des coups, bloquer pour transformer un coup en vie et punir pour asséner une attaque fatale.

  • Combien de boss sont prévus pour Furi ?

Emeric Thoa : Ah ben non, ça je ne peux pas le dire ! (rires) C’est vraiment le cœur du jeu. Je veux garder la surprise aux joueurs de découvrir les personnages, leurs nombres et leurs caractéristiques. On tient vraiment à préserver cela pour les joueurs. De plus, dans mon enfance, je jouais à des jeux comme cela et je regardais aussi les chevaliers du zodiaque et j’avais toujours cette sensation de me dire : Wow mais à quoi va ressembler le nouveau personnage !? Le nombre, les heures et les caractéristiques, c’est vraiment les éléments que l’on ne veut pas spoiler. On met tous nos efforts sur l’apparence, le gameplay et la profondeur des différents boss.

  • Est-ce que vous avez songé à ajouter du contenu additionnel ?

Emeric Thoa : Absolument rien de prévu pour le moment. On met vraiment tout nos efforts sur cette première sortie du soft. Après, si le jeu rencontre un succès phénoménale et que la demande des joueurs est là, pourquoi pas. Mais pour le moment, j’insiste sur le fait que cela de ne fait vraiment pas parti de nos plans.

  • Furi est prévu sur PC et PlayStation 4 mais avez-vous une date précise de sortie ? A ce sujet, est-il prévu sur d’autres supports ?

Emeric Thoa : Pour le moment, rien de prévu à l’horizon pour une sortie sur d’autres supports. On se concentre énormément sur les versions PC et PlayStation 4 qui sortiront au Printemps. Pour nous, ça nous semble très proche ! (rires). On fait tout notre possible pour sortir un titre sans défaut et aux petits oignons pour les joueurs de Beat Them All qui sont généralement très exigeant. On suit les commentaires des joueurs sur les forum où l’on peut parfois constater des mécontentements sur des jeux par rapport à des problèmes de frame que l’on peut facilement exploiter.

  • Comment et pourquoi avoir choisi le Chara Designer Takashi Okazaki qui est d’ailleurs connu pour Afro Samurai ?

Emeric Thoa : On avait préparé une présentation du projet et nous avions besoin d’un character designer extrêmement talentueux car Furi est très centré sur les personnages. C’était l’un des points les plus importants pour le côté visuel. Au final, nous lui avons tout simplement écrit par mail pour savoir si le projet l’intéressait. On lui a expliqué que nous étions un petit studio français, notre idée pour Furi et que l’on aime son travail. Il a finalement été curieux et nous a répondu pourquoi pas. On a fait quelques essais et il nous a fait parvenir des sketchs que nous avons adorés. Par la suite, nous l’avons fait venir en France pour travailler ensemble et nous avons fait de même au Japon. Petit à petit, tous les personnages ont donc été prêt. Takashi Okazaki est en tout cas quelqu’un de très gentil, ouvert et cultivé et qui ne provient pas uniquement de l’univers du manga avec Afro Samurai. En effet, il a aussi beaucoup voyagé entre autre aux Etats-Unis et il connaît bien la culture occidental. Pour l’anecdote, on lui a même fait manger du formage (rires).

  • Tout semble japonisé que ce soit au niveau du chara design, du gameplay et de l’univers. Est-ce que l’on va retrouver des éléments à la consonance occidentale ?

Emeric Thoa : Il y en a et même si je voulais tous les éradiquer, c’est impossible car cela provient quand même de notre savoir faire et de notre culture. Par exemple, la direction artistique est à mi-chemin entre un Journey et pour le côté manga : Suda 51. Le look et les couleurs sont très tirés et se rapprochent de quelque chose d’Européen. Takashi étant un grand fan de l’Europe, il disait souvent : Ah mais ça, c’est pas assez Européen ! Je suis sûr qu’il y a même des éléments dont je n’ai pas conscience dans Furi qui auront des consonances occidentales. Moi en tout cas, j’essaye d’aller vers quelque chose à la japonaise car petit à petit, cela disparaît et je suis certains qu’il y a encore pleins de joueurs qui en réclament !

  • Dernière question, auriez-vous une information exclusive à transmettre aux lecteurs et viewers d’ActuGaming.net ?

Emeric Thoa : Alors exclusive… là je suis un peu pris de cours (rires). On a beaucoup travaillé sur les cheveux du héros et il n’est pas facile de travailler dessus dû aux cheveux flottants qui ont été conçus par Takashi. C’est un cauchemar à développer mais petit à petit, on y arrive et ça rend très bien ! Pour le gameplay, le mouvement de ses cheveux fait un peu penser à des tentacules de poulpe, voilà pour l’exclu (rires).

  • Si vous avez quelque chose que vous tenez à dire au sujet de Furi aux joueurs, on vous laisse maintenant la parole.

Emeric Thoa : Nous, nous sommes intéressés par ces joueurs qui ne sont pas forcément des plus faciles à atteindre. Nous sommes extrêmement fans de ce que nous sommes en train de faire et notre plus grosse préoccupation est la suivante : Comment les joueurs vont-ils pouvoir découvrir Furi alors qu’il existe plus de trois milles jeux par semestre ? Donc s’il y a des fans de beat them all qui nous suivent et que ça intéresse, sachez que nous faisons volontiers venir des joueurs au studio afin de tester le jeu. En tout cas, on va avoir besoin de soutien et d’une communauté et de personnes présentes pour supporter le jeu à sa sortie.

C’est sur ces mots que l’interview s’achève en compagnie d’Emeric Thoa et Audrey Leprince au sujet de Furi. Ce qui est sûr, c’est que nous ferons notre maximum pour communiquer autour de ce nouveau genre de beat them all qui a vraiment tout pour plaire. Vous retrouverez bien évidemment notre test de Furi lors de sa sortie sur PC et PlayStation 4 pour le Printemps 2016.

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.