TEST. Overcooked – La coopération, la clé pour devenir un as de la cuisine !

  • PlayStation 4
  • PC
  • Switch
  • Xbox One
Voir la note

La coopération locale est une composante qui se fait de plus en plus rare dans le monde du jeu vidéo. Bien heureusement, certains studios s'évertuent à montrer que cette possibilité a encore de beaux jours devant elle. C'est notamment ce que fait Ghost Town Games avec Overcooked. Dans ce test qui lui est consacré, nous allons voir si cette petite création s'avère aussi savoureuse qu'elle en a l'air !

Développé par Ghost Town Games et édité par Team17, Overcooked est un jeu de cuisine sorti sur PS4, Xbox One et PC. Pouvant se jouer seul, le titre sorti le 3 août dernier trouve toutefois tout son intérêt dans la possibilité de jouer en coopération jusqu’à quatre joueurs, en local uniquement, chose plutôt rare de nos jours ! Voyons ensemble, avec le test de cette version PS4, si la recette Overcooked parvient à titiller nos papilles vidéoludiques !

Le Royaume Oignon en péril

Overcooked_20160929124421

L’histoire d’Overcooked qui justifie le gameplay est très simple : Le royaume Oignon est en danger, l’Apocalypse est arrivée et la Bête s’apprête à tout détruire. Vous contrôlez deux cuisiniers et le roi Oignon vous explique que vous êtes la dernière chance de ce monde. Pourquoi ? La Bête, aussi surnommée « l’Insatiable », a faim. Vous débutez donc le jeu sur un premier niveau faisant office de tutoriel, en devant nourrir cette créature aux allures de boulette de viande. A la fin du chrono, le roi Oignon vous transporte dans le passé et vous explique que vous n’êtes pas encore prêt à « l’affronter », entendez par là la satisfaire culinairement parlant. Votre but sera alors de vous entraîner au travers de niveaux où votre objectif sera de préparer des plats avec vos deux cuistots.

Chaque niveau garde la même mécanique générale. Le soft vous laisse le choix entre deux modes de jeu : on débute sur la carte du monde, on sélectionne un niveau qu’il faudra compléter dans un temps imparti. Avant de commencer, vous choisissez un personnage, bien que cela n’aura aucune incidence sur ses compétences. Il s’agit juste de choisir l’apparence que l’on préfère. Une fois dans le niveau, vous vous retrouvez donc aux manettes de vos deux personnages. Le gameplay est extrêmement simple puisqu’il n’y a que très peu de commandes à retenir : le stick permettant de se déplacer, un bouton pour attraper les aliments, un bouton action (permettant de préparer un aliment, faire la vaisselle, etc.), un bouton pour dasher (se déplacer plus rapidement) et enfin un bouton permettant de switcher entre les deux cuistots. Les contrôles sont donc on ne peut plus simples, ce qui rend la prise en main particulièrement rapide et agréable.

Côté interface, la simplicité est également de mise. Quand une partie débute, les plats que vous devez préparer apparaissent en haut à gauche de votre écran, avec la recette figurant juste en-dessous et un temps imparti pour chaque plat. Dans chaque niveau, l’on retrouve toujours les mêmes éléments : des plans de travail avec les ingrédients disponibles sur le niveau, des planches à découper, des assiettes, un évier pour faire la vaisselle, une poubelle, etc. Le but est alors de se coordonner afin de préparer les plats le plus rapidement possible. Dit comme ça, cela paraît très simple, et c’est le cas ! Overcooked, en plus d’avoir une maniabilité très simple, est aussi facile à comprendre, et c’est l’un de ses points forts. Mais rassurez-vous, simple ne veut pas pour autant dire simpliste !

Un gameplay accessible mais une organisation d’enfer exigée

overcooked_04

Il faut donc récupérer les ingrédients nécessaires pour la recette en se déplaçant dans le niveau. Pour aller plus vite, il est possible de dasher avec son personnage, mais il faut être prudent car si l’on bouscule l’autre cuistot déjà au travail, cela peut le stopper dans sa tâche et donc faire perdre du temps. Il faut ensuite poser les ingrédients sur une planche à découper. Découper un ingrédient prend un certain temps, alors on change de cuistot avec la touche R1 ou L1 pour aller chercher un autre ingrédient et le découper à son tour. Quand le premier cuistot a terminé sa besogne, il faut prendre l’ingrédient découpé pour le plonger dans la casserole, sur le feu (ou pas selon si c’est un plat chaud ou froid). On ajoute ensuite l’autre ingrédient dans la casserole, et ainsi de suite. Une fois dans la casserole, chaque plat dispose d’un temps de cuisson et il n’est pas possible de le servir avant. Il faut toutefois prendre garde à ne pas laisser cuir son plat trop longtemps, sous peine de le voir brûler et être ruiné.

De plus, la cuisine se mettra à prendre feu. Dès lors, il ne faut pas traîner et prendre l’extincteur afin d’arrêter les flammes, sinon elles se répandent et ruinent votre partie. C’est un élément auquel il faudra donner une attention toute particulière dans le sens où cela peut ruiner toute votre partie ! Si vous ratez un plat en le brûlant, le jeu ne se contente pas de vous obliger à le jeter mais vous retire également de l’argent. Mais une fois le plat cuit, il faut le mettre dans une assiette et le servir à l’endroit prévu à cet effet. Rapidement, l’assiette que vous avez servie revient… sale. Il faut alors la nettoyer pour pouvoir s’en resservir. Comme nous l’avons dit, le principe de base est très simple, mais toutes les petites tâches mises bout à bout, en tenant compte du temps imparti (comptez 2-3 minutes par niveau), la configuration du niveau, etc., rend le tout extrêmement complexe pour qui n’est pas suffisamment organisé. Il convient alors de coordonner toutes ses tâches afin de ne pas perdre le rythme et ainsi, gagner le plus d’argent possible.

Overcooked parvient à se montrer fun grâce à un gameplay extrêmement simple et ultra fun… un vrai régal !

Et plus l’on sert les plats rapidement, plus les clients donnent des pourboires importants. D’ailleurs, l’argent gagné est extrêmement important ! C’est cette donnée qui fait office de score pour chaque niveau, et c’est ce qui conditionne la réussite des différentes épreuves. Chacun d’eux est en effet noté sur trois étoiles. Chaque étoile représente un palier à dépasser en termes d’argent gagné. Bien entendu, les paliers sont différents pour chaque niveau et ils deviennent de plus en plus compliqués à dépasser au fur à mesure. Pour réussir un niveau et débloquer le suivant, il faut au minimum une étoile comme score final.

Une réalisation à la hauteur

overcooked_02

« Débloquer » les niveaux n’est pas le seul paramètre à prendre en compte pour avancer dans l’aventure. Les étoiles gagnées sont comptabilisées en haut à droite dans le menu principal, là où l’on choisit le niveau. Chacun d’eux nécessite un certain nombre d’étoiles gagnées pour pouvoir débloquer tel ou tel niveau. Il est alors parfois nécessaire de revenir sur les précédents niveaux, que l’on n’aurait pas suffisamment réussi. On pourrait penser que ce système est plutôt rébarbatif, mais ce n’est pas le cas. Effectivement, on se retrouve bloqué assez tardivement si l’on se débrouille un minimum sur chaque niveau, ce qui rend le principe nettement moins pénible. De plus, la grande variété des niveaux et ainsi que la très courte durée des épreuves empêchent de se lasser assez efficacement !

Vous l’avez vu, il n’y a pas grand-chose à reprocher à Overcooked, si ce n’est peut-être un certain aspect de sa maniabilité. Si les commandes sont extrêmement simples à comprendre et à maîtriser, il arrive aussi que la maniabilité manque de précision, notamment quand il s’agit d’aller d’interagir rapidement avec un objet, comme par exemple un ingrédient que l’on souhaiterait prendre ou poser. Il arrive parfois de viser à côté, ce qui fait perdre pas mal temps, dans un jeu où celui-ci a une importance capitale. De même, nous l’avions précisé, Overcooked se joue en coopération, et c’est évidemment de cette manière qu’il est le plus fun : jouer entre amis, créer le chaos dans sa cuisine, etc. Jouer seul ne donne pas au titre la même saveur ni le même intérêt, et c’est fort dommage !

Mais abordons rapidement la réalisation visuelle et sonore d’Overcooked, qui sot également à la hauteur ! La patte cartoonesque assez mignonne correspond parfaitement à l’univers léger et déjanté mis en place dans cette création de Ghost Town. Toutes les musiques sont aussi d’une grande qualité, avec une mention spéciale pour celle du menu principal qui a un charme fou ! Bien que l’on ait vite fait le tour du titre avec ses 28 niveaux (comptez quatre ou cinq heures de jeu grand max), il s’agit de ce genre de jeu que l’on aime parfois ressortir pour jouer entre amis. Notons au passage qu’un premier DLC devrait arriver pour les intéressés, au même titre qu’une version boîte du jeu.

En bref, Overcooked est une véritable petite surprise ! Le titre est parvenu à tirer son épingle du jeu en offrant une expérience agréable, fun, et originale. Au-delà de son concept plaisant, c’est aussi sa très bonne réalisation générale qui ressort particulièrement. On se laisse embarquer dans l’aventure avec beaucoup de plaisir, malgré une légère imprécision dans le gameplay et une perte d’intérêt lorsque l’on joue seul. Si vous aimez les party-game, nous ne sauront donc faire autrement que de vous conseiller cette petite merveille qui mérite toute votre attention !

L'avis de l'auteur

Overcooked est une très bonne surprise pour moi. Fun et très bien pensé, j'ai passé de très bons moments sur ce jeu qui se montre d'autant plus savoureux à plusieurs. Il s'agit là pour moi d'un des meilleurs party-game que j'ai pu voir depuis longtemps, qui plus est dans le monde de la cuisine. Je ne peux que le recommander à ceux qui souhaitent égayer leurs soirées entre amis, ce titre est une petite perle !

Ao_Kiji
b
Note du panda
8 10

Points positifs

  • Accessible à tous grâce à un gameplay simple
  • Des musiques superbes
  • Graphiquement très réussi
  • Des niveaux variés
  • La coopération locale au coeur du fun
  • Du challenge pour tout le monde
  • Demande une grande organisation

Points négatifs

  • Une maniabilité parfois imprécise
  • Devient vite ennuyeux en jouant seul

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

Copy link