TEST. Mother Russia Bleeds – Au nom de la faucille et du marteau !

Voir la note
Devolver Digital est un des éditeurs les plus en vogues aujourd'hui. Reconnu principalement grâce à Hotline Miami de Dennaton Games, il est devenu en cinq années une véritable référence dans le monde du jeu indépendant. Mother Russia Bleeds est le bébé d'un petit studio français, Le Cartel, qui s'est fait rapidement repérer par Devolver après un premier trailer marquant. Voyons si les Français ont réussi à nous faire revenir en URSS avec Mother Russia Bleeds.

Je veux tout d’abord prévenir que Mother Russia Bleeds est un jeu déconseillé aux moins de 18 ans, de par son ultra-violence, sa présence de sexe ainsi que de consommation de drogue. Les images que vous verrez proviennent du jeu et ne sont pas à mettre entre tous les yeux.

Encore un Beat Them Up ?! C’est comme ça que l’on aurait surement commencé notre test si nous étions dans les années 90, sauf que nous sommes en 2016, et ce genre, à la croisée de la plateforme et du combat a presque disparu. Les anciens représentants ont loupé le coche des nouvelles générations de consoles, et on se souvient de quelques productions sympathiques telles que Castle Crashers ou encore Scott Pilgrim Contre le Monde (disparu du jour au lendemain du PSN) sans toutefois marquer durablement les esprits.

C’est dans cette configuration actuelle que Le Cartel s’est créé et qu’il a mis en production Mother Russia Bleeds, un Beat Them Up s’inspirant des grand noms du genre : Street of Rage, Double Dragon ou encore Final Fight. Les développeurs assument totalement leurs inspirations en proposant par exemple de jouer au jeu avec un filtre d’affichage nous faisant directement penser à des écrans cathodiques. Si le rendu est plutôt sympathique sur les niveaux sombres, il devient rapidement illisible sur les niveaux plus lumineux. Il n’empêche que c’est une bonne idée d’avoir incorporée une telle feature.

Welcome to Russia

MRB6

Dans Mother Russia Bleeds, vous commencez l’aventure en Russie, en incarnant l’un des quatre personnages disponibles du jeu : Sergei, Natasha, Ivan ou encore Boris. Chacun de ces personnages est doté de capacités uniques, en se basant sur quatre capacités : la force, la vitesse, la portée et le saut. Toute ces capacités permettront ainsi à l’un de vos héros d’être plus ou moins spécialisé dans un domaine.

Votre protagoniste se retrouve ainsi dans une version alternative de l’URSS où la Bratva, mafia locale à créé une drogue un peu spéciale : la nekro. Cette drogue permet à la Bratva d’asservir totalement la population et cette dernière fera plutôt l’effet inverse pour nos héros et vous allez donc donc lutter contre le pouvoir en place et libérer la populace.

Mother Russia Bleeds est un véritable hommage à la megadrive

Si le scénario dans un jeu du genre est souvent oubliable, on peut dire que Le Cartel l’a réellement soigné afin que l’univers soit au top. D’ailleurs et pour cette ambiance, exit les grands boulevards américains et bonjour les prisons, les squats ou encore un train. Les décors sont plutôt variés et on retrouve au sein d’un même chapitre plusieurs zones différentes.

On pourra donc passer des douches aux cellules d’une prison par exemple. J’ai eu pour ma part un gros coup de cœur pour le club qui est un niveau complètement morbide d’autant que son sadisme et sa tendance au sadomasochisme sont très élevés ! Par ailleurs, ce niveau-là se conclut aussi d’une bien belle façon.

Que des bonnes choses

MRB2

Si l’univers est aussi bien soigné, c’est aussi grâce à une ambiance assez folle. Les graphismes rendent hommage à la Megadrive avec des pixels nous explosant la rétine et ce, même pour les phases où notre personnage principal mettra des coups de tronçonneuse ! Bref, clairement, le soucis du détail est bien présent.

Les animations sont d’ailleurs très réussies, notamment celles des personnages principaux. On a vraiment l’impression que l’on porte un véritable coup à l’ennemi et cela donne un feeling de violence assez impressionnant et rare dans un jeu vidéo. Vous pourrez par exemple exécuter des Fatalities sur vos adversaires, comme dans un certain Mortal Kombat.

Cette violence est accentuée par les différents effets visuels mais également par la musique. Effectivement, les diverses compositions utilisent le sous genre Synthwave de la musique électronique que l’on retrouve bien entendu dans Hotline Miami pour ne citer qu’eux. La musique, lorsqu’elle est présente, rentre instinctivement dans votre cerveau et guide vos actions, vous rythme dans les bourre-pifs que vous enchaînez jusqu’à ce que l’ensemble devienne malsain a vos yeux. Cet aspect malsain se retrouve bien entendu dans certains passages où la musique est totalement absente. Ainsi vous entendrez seulement le bruit des poings tapant sur un autre personnage.

Ce côté dérangeant est le bienvenu dans un jeu de ce genre car il permet de créer de façon volontaire une distance entre le joueur et le jeu et par la même occasion, il accroît le fait de relativiser l’ensemble. Ce procédé de distanciation est notamment utilisé dans Hotline Miami mais aussi énormément dans le cinéma, avec un film comme Orange Mécanique de Stanley kubrick où l’ultra-violence combinée à la musique classique crée cette « zone dérangeante » qui va faire en sorte de provoquer un questionnement au spectateur par rapport à ce qu’il voit.

Un Beat Them Up complet

MRB4

Mother Russia Bleeds, quand il ne se contemple pas, se joue. Lorsque l’on parle de Beat Them Up, on parle souvent de répétitivité. En effet, le gameplay reste simple et il se contente comme tout jeu du genre de proposer un coup simple, un coup puissant, un bouton de saut, un bouton d’esquive ainsi qu’un bouton de chope.

L’originalité du titre dans son gameplay arrive donc de par sa gestion de la seringue de drogue. La drogue aura ainsi deux utilisations : la première vous permettra de vous soigner, la seconde vous fera entrer en transe, où tout vos coups seront plus puissants et où vous pourrez effectuer une Fatalities sur un adversaire récalcitrant. Chaque seringue à un pouvoir différent que vous découvrirez en les débloquant. La seringue possède trois barres d’utilisation et pour la recharger, il faudra piquer certains ennemis lorsqu’ils seront au sol !

Pour les débloquer, il vous faudra aller dans le second mode de jeu, appelé arène, où il vous faudra enchaîner les vagues d’ennemis et ainsi survivre jusqu’à la dixième vague. Additionné aux huit niveaux du jeu principal, vous passerez ainsi cinq à six petites heures pour faire le tour de Mother Russia Bleeds seul, mais vous pourrez refaire le jeu sans trop de problème avec un ou plusieurs potes. Le soft étant prévu pour être joué jusqu’à 4 joueurs en coopératif sur l’ensemble du titre. Il est de plus possible de jouer à l’aventure avec des intelligences artificielles au lieu de vos amis. La différence se ressentira dans une IA qui n’effectuera que quelques coups mais par contre, vous ferez face à des ennemis beaucoup plus récalcitrants.

On peut noter de plus la présence de trois niveaux de difficulté à la base et de deux fins différentes. De plus, vous ne vous lasserez pas trop de votre expérience devant Mother Russia Bleeds d’autant plus que Le Cartel a pensé à apporter de la variété dans son titre avec des phases plutôt variées et différentes de ce qu’on voit habituellement dans le genre.

Vous retrouverez donc des phases de boss après chaque niveau qui mettront votre cerveau en fonctionnement pour comprendre comment le boss doit être vaincu. On peut par contre regretter un certain déséquilibre dans le jeu… En effet, certaines phases peuvent s’avérer plutôt faciles alors que vous allez rager devant une douzaine de mobs trop puissants.

Mother Russia Bleeds est une réussite. A l’instar de Hotline Miami à son époque, le Beat Them all néo-rétro des frenchies de Le Cartel on réussi un pari plutôt compliqué : redorer le blason du genre. Avec son univers et son ambiance dérangeante à souhait ainsi qu’un gameplay efficace et jouable dans son canapé, on se laisse facilement prendre à l’aventure et cela se fait encore plus aisément lorsque l’on est entouré de potes et d’une bonne chope.

La note de l'auteur

Fan de Golden Axe et de Stree of Rage, je ne pouvais qu'adorer Mother Russia Bleeds ! Violent, difficile, jouissif, le premier jeu du Cartel m'a mis dans une situation de transe avec un genre sous exploité aujourd'hui.

Antoinerp
a
Note du panda
8 10

Mother Russia Bleeds

Points positifs

  • Plutôt beau
  • Vraiment nerveux...
  • ... et dérangeant !
  • Franchement généreux

Points négatifs

  • Difficulté mal équilibrée
  • IA alliée un peu inutile
  • Trop court
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp