PREVIEW. Captain Toad : Treasure Tracker – Toad repart à l’aventure sur Switch et 3DS

Avec l’échec de la Wii U qui contraste drastiquement avec le succès de la Switch, Nintendo réussi quand même à exploiter cet échec pour gonfler son catalogue de jeu. Après Mario Kart 8 ou encore Bayonetta 2, c’est au tour de Captain Toad : Treasure Tracker de subir un recyclage. Après quelques niveaux effectués, nous vous donnons un premier avis sur ce titre mêlant plateformes et casse-têtes.

Sorti en 2014 sur Wii U, Captain Toad : Treasure Tracker reviendra le 13 juillet 2018 sur Switch et 3DS avec quelques ajouts minimes. Il sera question d’établir un rapide aperçu sur les premiers niveaux sans rentrer dans les détails. Nous traiterons ici de la version Switch.

Deux consoles mieux adaptées

Bien que l’on puisse voir d’un mauvais œil le recyclage de plusieurs titres qui n’ont même pas cinq ans d’existence, Nintendo a réussi avec brio à en faire une force. Avec l’échec de la Wii U et le succès de la Switch, la grande partie des joueurs, qui ont passé leur tour sur la première et se sont jetés sur la deuxième, sont plus que ravis de ces différents portages. Qu’ils soient plus beaux ou avec plus de contenu, les joueurs les considèrent presque comme des nouveaux titres ou des séances de rattrapages. Bien évidemment, les propriétaires de Wii U seront moins enclins à racheter un jeu qu’ils ont déjà fait. Aujourd’hui, c’est Captain Toad : Treasure Tracker qui fait le voyage sur Switch ainsi que sur 3DS. Dans ce jeu de plateforme en trois dimensions, il s’agit de guider Toad jusqu’à une étoile dans plusieurs petits mondes, bien que l’intérêt du titre ne se résume pas qu’à cette finalité. Nous avons failli oublier de préciser que tout ceci a pour but de sauver la pauvre Toadette kidnappée par un méchant piaf. Inspiré à l’époque par un mini-jeu de Super Mario 3D World, le soft était l’un des rares titres à profiter pleinement des fonctionnalités du Wii U gamepad avec Super Mario Maker. Pourtant, il était souvent pénible de hocher la tête pour passer de l’écran de la télé à la tablette si bien que l’on restait sur cette dernière. Dans les grandes lignes, le gameplay de notre cher Toad est plutôt limité. Il ne peut pas sauter comme son ami Mario, de plus il est beaucoup plus lent (tout ça à cause de son gros sac de voyage bien rempli). Ces faiblesses sont donc une bonne excuse pour que le joueur se triture les méninges. Ainsi, il est constamment nécessaire de changer d’angle en tournant la caméra avec le stick afin d’identifier les passages à emprunter, mais aussi d’interagir avec le décor grâce à l’écran tactile pour en créer de nouveaux. Certains niveaux utilisent même le gyroscope de la console lorsque nous sommes à bord d’un wagon en vue subjective afin de viser et lancer des navets.

Le principe est simple mais efficace, toutefois Captain Toad se destine à un jeune public même si les moins jeunes pourront largement apprécier ces casse-têtes s’il ne sont pas trop exigeants en matière de difficulté. D’ailleurs, le mode deux joueurs (petite nouveauté de la version Switch) illustre bien ce côté « family game ». En détachant les Joy-con, l’un peut contrôler Toad et jouer normalement tandis que l’autre peut viser avec un curseur et lancer des navets pour éliminer les ennemis. Bien qu’il ne soit clairement pas injouable sur un téléviseur, l’écran tactile et le gyroscope font que la version portable de la Switch est bien plus appropriée pour pleinement profiter du gameplay. En toute logique (même si nous ne l’avons pas eu entre les mains), nous devrions décerner la palme du confort à la 3DS qui fait sans doute mieux avec son double écran et sa 3D. Il est agréable de voir que Nintendo continue à sortir certains jeux profitant des nombreuses fonctionnalités qu’offre une console autrement qu’en gadgets pour naviguer dans les menus par exemple. Malgré tout, on espère plus de variétés en ce qui concerne les interactions, en particulier dans les niveaux inédits s’inspirant de Super Mario Odyssey. 

Un peu plus beau

Pour le reste, rien a changé. La difficulté des niveaux augmente progressivement, mais le vrai challenge réside dans l’accomplissement de tous les objectifs annexes tels que la récolte de diamants et différentes petites missions. Finir un niveau sans être repéré par les Maskass ou ne pas dépasser un certains nombre de déplacements de blocs grâce aux fonctionnalités tactiles en sont deux bons exemples.

Visuellement, Captain Toad : Treasure Tracker flatte énormément la rétine. Bien que Nintendo ait préféré communiquer sur les différences graphiques entre les versions Switch et 3DS (au passage, on remarque que la 3DS s’en sort très bien à ce niveau-là avec des graphismes peu éloignés de sa grande sœur), il aurait été plus intéressant de comparer la version Switch à la version Wii U. Les améliorations sont minimes, mais notables tout de même. Ici, le titre est un peu plus coloré. L’aliasing a pratiquement disparu et les animations sont un poil plus fluides. En témoigne l’un des premiers boss du jeu, un dragon nageant dans la lave. Rien à redire sur les musiques qui n’ont pas non plus changé comme dirait ce bon vieux Julio Inglesias.

La note de l'auteur

Captain Toad : Treasure Tracker était déjà un jeu sympathique sur Wii U et ceux qui le découvriront sur Switch, en particulier les plus jeunes, ne risqueront pas d'être déçus. Les fonctionnalités de la machine sont bien mises à contribution en mode portable pour un confort optimal. Cependant, on doute fortement de l'intérêt de se le procurer si l'on a déjà le titre sur la précédente console. Il faudra voir quels impacts auront les niveaux supplémentaires tirés de Super Mario Odyssey. Sans oublier le portage 3DS qui est une excellente nouvelle.

Haseo

Cette preview a été réalisée à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

La note Bamboo
Actugaming Panda