Gamescom 2018 : On a vu Control, nos impressions

Le prochain jeu de Remedy compte bien changer la donne en accordant une place aussi importante au gameplay qu'à la narration.

Depuis quelques années, la patte Remedy est reconnaissable au premier coup d’oeil, notamment depuis Alan Wake et Quantum Break. Control ne fait pas exception à la règle et porte en lui la marque du studio, ne serait-ce que par son ambiance oppressante et les mystères qui entourent l’intrigue. Dévoilé il y a seulement quelques mois, le jeu a eu droit à une présentation lors de la Gamescom a laquelle nous avons pu assister, et où nous avons découvert une démo d’une quinzaine de minutes illustrant le gameplay du jeu et ses différentes mécaniques.

Un labyrinthe en mouvement

Control

Certains d’entre vous le savent déjà, Control nous mettra dans la peau de Jesse Faden, qui travaille justement pour l’agence Control, une entreprise chargée de régler les problèmes surnaturels qui interviendraient dans notre monde. Suite au décès de Trench, l’ancien dirigeant de Control, Jesse se voit être en charge d’une nouvelle mission en devenant la directrice de l’organisation. Ce changement intervient au pire moment possible puisque l’agence subit une attaque d’origine inconnue, qui menace de faire tomber Control. Jesse part alors arpenter les couloirs tortueux de l’agence à la recherche de réponses tout en étant tourmentée par les visions de son ancien boss, et va se confronter à des événements qui défient les lois de la réalité.

Avec un pitch tel que celui-ci, nous étions en droit à nous attendre à toute sorte de bizarreries visuelles, et nous n’avons pas été déçu. L’ambiance qui se dégage des différents décors de du bâtiment nommé « Oldest House » est remarquable, notamment grâce à la topographie de l’immeuble qui ne cesse de changer. Par exemple, lors de la démo, Jesse avait l’opportunité d’enclencher un interrupteur afin d’éclairer une salle, qui devenait par la suite un couloir totalement différent si l’héroïne appuyait un certain nombre de fois sur le dispositif. Comme on pouvait le voir dans le premier trailer du jeu, certaines pièces mettent aussi en scène des corps flottant mystérieusement tout autour de nous, rendant alors l’atmosphère particulièrement inquiétante.

La traversée et l’exploration de ce building promet donc de jolis moments de tension et pas mal de secrets à trouver, ce qui a poussé les développeurs à s’inspirer de la formule Metroidvania pour développer ce Control. Le recherche de nouvelles salles à explorer fera donc partie intégrante de l’expérience proposée par Control. Jesse se retrouvera également confrontée à d’autres missions que celle de l’histoire principale, puisque des quêtes annexes seront bien présentes, toutes scénarisées, qui devraient apporter leur lot de réponses sur les événements du jeu.

La télékinésie multitâche

Control

Cette présentation fut surtout l’occasion de voir comment Jesse se débrouillait face aux menaces qu’elle rencontre. Deux outils s’offrent à elle, en commençant d’abord par son arme de service, qui est finalement tout sauf un pistolet normal, puisqu’il peut se transformer selon l’utilisation souhaitée. Dans la démo, nous avons pu voir deux utilisations différentes, la première étant le Grip, qui permet simplement de tirer de manière classique sur les ennemis, tandis que le Shatter transformait les tirs en coups de fusil à pompe, pratique pour faire le ménage et blesser plusieurs ennemis au passage.

En dehors de cette arme à la technologie de pointe, Jesse pourra faire appel à ses dons de télékinésie pour se battre et se mouvoir dans l’espace. Pas besoin de se mettre à couvert ici lorsque les tirs ennemis pleuvent, il suffit simplement de lever un bouclier formé de gravats afin de se protéger. Une fois que l’ennemi a terminé sa salve, il est possible de lui envoyer ces mêmes pierres en tant que projectiles pour l’assommer. Un pouvoir bien pratique qui peut être utilisé sur de très nombreux objets.

Dans la démo, Jesse pouvait par exemple faire valdinguer des chaises de bureaux, des plaques en métal et même les horloges accrochées aux murs pour en faire de terribles armes. Tout cela se faisait naturellement, et les possibilités offertes montrent que le moteur du jeu a vraiment mis l’accent sur la gestion de la physique, qui est assez bluffante pour le coup. Pour explorer les lieux tortueux de Control, Jesse mettra également à profit ses pouvoirs en ayant la possibilité de léviter, ce qui peut aussi servir en combat afin de prendre les ennemis à revers. La présentation s’est achevée sur un combat contre un boss ayant les mêmes pouvoirs de télékinésie que Jesse, le tout servi par une mise en scène réussie malgré un affrontement relativement basique sur la forme.

Control nous a donc laissé une très bonne impression à la sortie de cette démo, même si l’on regrette de ne pas avoir pu poser directement les mains dessus. L’aspect que l’on retiendra le plus ici est le fait que Remedy a l’envie de proposer plus de gameplay que dans ses précédents jeux, tout en maintenant une forte narration. Reste à voir si le mélange Metroidvania et le développement d’un scénario complexe marchera sur le long terme, où si l’on ne se fera pas effacer par l’autre l’autre. Pour l’heure, cette nouvelle licence part sur de bonnes bases solides, sans être exceptionnelles, et nous laisse entrevoir une expérience mystérieuse, intrigante et riche en action.

La note de l'auteur

Je regrette de ne pas avoir pu tester de moi-même la démo qui était présentée, afin de voir si le gameplay était aussi efficace manette en mains que ce que j'ai pu voir, mais Control a réussi à me happer dans son monde en quelques minutes. Malgré une dimension narrative moins mise en avant que par le passé, Remedy a su mettre en place des éléments d'intrigues qui fonctionnent bien et qui favorisent même l'immersion, l'une des grandes qualités de ce Control à première vue. Le contact avec le jeu fut trop court pour voir s'il a plus que ça à revendre, mais les amateurs des jeux du studio pourront certainement y trouver leur compte, et on attendra d'autres présentations avant de se prononcer sur la partie Metroidvania, qui n'était que peu visible ici.

Jordan

Cette preview a été réalisée à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

La note Bamboo
Actugaming Panda
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp