Aperçu Sonic Frontiers : On y a joué 6 heures, notre avis sur les trois premières îles du jeu

Membre Actugaming.net

Par

Depuis son annonce, Sonic Frontiers n’est toujours pas un jeu facile à cerner. Que ce soit les joueurs ou la presse, un grand nombre de personnes ne savent pas quoi penser de ce prochain opus de la série principale. Nous-même, nous avions d’abord eu un avis assez négatif en visionnant les premiers trailers du jeu, doublé d’une certaine incompréhension de ce que voulait vraiment offrir la Sonic Team, avant de nous raviser quelque peu après un premier essai manette en main lors de la Gamescom 2022.

Cette fois-ci, lors d’un évènement dédié à la presse à Hawaï, nous avons pu jouer à Sonic Frontiers pendant près de six heures en explorant librement les trois premières îles en « Open Zones ». L’occasion pour vous de vous faire une meilleure idée de ces nouvelles aventures en 3D du hérisson bleu ayant sa propre vision du monde ouvert.

Sonic sans frontières

Sonic frontiers gamescom preview 02 1

Sachez que Sonic Frontiers aura au total cinq îles entièrement ouvertes lors de sa sortie finale, cependant, il est bon de redéfinir rapidement cette notion d' »Open Zone ». Un terme employé par la Sonic Team pour décrire l’expérience de ce Sonic 3D d’un nouveau genre, qui reprend les codes d’un monde ouvert sans en être totalement un.

De ce que nous avons compris en jouant, au lieu d’avoir des courses linéaires et fermées, on évolue librement dans une zone où l’on peut enchaîner les circuits comme bon nous semble. Que ce soit directement dans les airs ou bien sur des bâtiments mystérieux, il y en a absolument partout. Ce sont ces éléments qui donnent un mouvement constant et une fluidité à l’exploration. Il ne faut pas chercher des décors fouillés avec plein de secrets à la Elden Ring.

Pour ne pas rendre cela trop redondant, SEGA a agrémenté ces parcours d’énigmes, d’évènements divers et surtout de combats qui permettent de varier l’expérience. La formule ne prendra sans doute pas sur tout le monde, mais les fans du hérisson bleu risquent tout de même d’apprécier ce vent de fraicheur pour la série. Il est vrai que, contrairement à ses aventures en 2D, Sonic (post-Sonic Adventure 2) ne fait pas l’unanimité dans sa version 3D malgré quelques fulgurances avec Sonic Unleashed (et ses phases de jour), Sonic Colours ou encore Sonic Generations.

Même s’il n’est pas parfait, ce Sonic Frontiers donne un coup de balai qui fait du bien et on sent un développement qui a pris son temps, contrairement à un Sonic Forces.

Un Cyber Espace bien mystérieux

Sonic frontiers gamescom itw 02 2

Rappelons tout de même que l’histoire de ce Sonic Frontiers revient à un ton plus sombre et mystérieux. Tout commence par une cinématique nous montrant Eggman installant une IA sur une structure antique qui serait liée aux « Anciens ». Durant le processus, celui-ci se voit emporté et emprisonné dans le Cyber Espace. Dans le même temps, Sonic, Tails et Amy volent en direction d’une île afin de retrouver les Emeraudes du Chaos disparues avant de, eux aussi, se faire aspirer par un vortex du Cyber Espace.

C’est ainsi que les premières minutes de gameplay se déroulent sur un circuit de Green Hill sous fond de distorsions visuelles. Une fois ce petit échauffement terminé, nous retrouvons Sonic se réveillant seul sur une île. Ne comprenant pas trop ce qu’il se passe, notre héros va d’abord tout faire pour retrouver ses amis perdus.

On se rend compte que sur chaque île, Sonic va retrouver l’un de ses amis coincés dans le Cyber Espace avec quelques surprises dans le lot puisque l’on retrouve par exemple Knuckles sur la deuxième île, alors qu’il n’était pas avec le groupe au départ. Derrière cette mission de sauvetage, on apprendra de plus en plus d’informations sur ces îles et « les Anciens ». Ces derniers seraient d’ailleurs liés aux Koco, des créatures qui peuplent les îles ressemblant à des statues Haniwa. Au bout du compte, Sonic va comprendre qu’il doit terrasser des Titans présents sur chaque île afin de sauver ses amis du pétrin, tout en étant constamment menacé par une étrange fille nommée Sage.

Comprenez par-là que la narration de ce Sonic Frontiers est assez cryptique et souvent mélancolique. C’est assez déroutant puisque ce style beaucoup plus sérieux n’est pas vraiment une habitude de la série, cependant, cela n’empêche pas d’avoir des dialogues qui donnent l’occasion à Sonic de placer quelques punchlines empreintes d’humour et d’arrogance bien placées. Rappelons d’ailleurs Ian Flynn (un auteur de comics dédiés à Sonic entre autres) a participé à l’écriture de ces derniers. Nous n’en dirons pas plus sur ce que nous avons appris au niveau de l’histoire pour ne pas gâcher la surprise, mais il est difficile de donner un avis sur ce point précis avant d’en voir l’aboutissement.

Une progression en looping

Sonic frontiers gamescom preview 13 3

Si Sonic Frontiers n’est pas un monde ouvert, il en reprend néanmoins quelques travers. Avec ces trois premières îles, nous avons peur que la répétition prenne le pas sur le plaisir de jeu. Pour résumer, sur chaque île, Sonic va devoir récolter un certain nombre d’emblèmes afin de débloquer le prochain dialogue avec l’ami emprisonné. En outre, il faut également récolter des « rouages de portail » pour débloquer des stèles permettant d’aller dans le Cyber Espace (où l’on retrouve un gameplay plus classique avec des circuits fermés) afin d’y récolter des clés. Ces clés permettent par la suite de récupérer les Emeraudes du chaos qui serviront à combattre le Titan de l’île.

Ce cheminement assez simpliste ne sera pas au goût de tout le monde, de même que les poncifs de monde ouvert assez décriés au fil des années. Des points d’intérêts en pagaille ou encore des mécanismes qui dévoilent les contours de la carte sont quelques exemples parlants. Sonic Frontiers veut également se la jouer RPG avec du gain de niveau, un arbre de compétences et des boosts de statistiques. On pourra ainsi augmenter le nombre d’anneaux maximal, la force, la vitesse et la défense de notre hérisson. Là encore en récoltant des Koco et d’autres artefacts, mais le souci est que cette notion de gain en puissance est assez floue. On ne sait pas où se situer par rapport aux ennemis de la zone puisque nous n’avons aucune indication sur la différence de puissance.

Finalement, nous avons sans doute listé ici les gros défauts de ce Sonic Frontiers, mais si vous pouvez passer outre cette foire à la récolte, le titre offre un terrain de jeu assez plaisant. La sensation de liberté est tout de même bien présente et la Sonic Team a fait de nombreux efforts pour ne pas que l’on fasse toujours la même chose. Comme on le disait, il y a des tas de circuits et parcours dans ces Open Zones, mais aussi des énigmes, des mini-jeux, des évènements et des tas de mini-boss très inspirés.

Nous avons même de la pêche avec Big The Cat, toutefois, la palme revient aux portails du Cyber Espace qui nous ramènent à un gameplay plus classique avec des courses ultra dynamiques dans des niveaux fermés et linéaires en 3D et 2D. Ces séquences de courses classiques sont des concentrés d’action et de vitesse qui nous montrent que la Sonic Team n’a pas perdu la main à ce niveau-là. L’expérience est malheureusement assez courte à chaque fois, mais les sensations sont bien présentes. Comme ces niveaux sont basés sur la mémoire de Sonic, on retrouve des décors de Green Hill, Sky Sanctuary ou encore Chemical Plant.

Ce qui est aussi rassurant, c’est que nous ne sommes pas obligés de tout faire pour progresser. Vous pouvez esquiver des combats qui prennent des plombes sans la bonne compétence et ne pas fouiller chaque point de la carte avant de passer à l’île suivante. Ce qui nous a aussi rassurés, c’est l’écart entre les deux premières îles assez similaires et la troisième qui se révèle plus complexe et qui propose de nouvelles mécaniques de jeu. On espère que les deux dernières arriveront à nous surprendre de la même façon.

Un Sonic bien équipé

Sonic frontiers gamescom preview 10 4

D’accoutumée, Sonic est plus un coureur qu’un bagarreur et il se transforme ici en véritable combattant grâce à une palette de techniques que l’on va débloquer en développant son arbre de compétences. Cela fait un bien fou d’avoir un Sonic puissant qui ne fait pas que courir en balançant quelques dash en roulé-boulé. Notre hérisson peut aussi esquiver et parer, offrant ainsi un très bon feeling dans les contrôles.

De nombreux ennemis possèdent en plus des designs assez sympathiques qui collent bien aux capacités du hérisson, comme ceux laissant une trace significative où l’on peut courir ou grinder avant de donner un coup fatal. Le combat final contre le Titan de la première île sous forme de Super Sonic était un peu décevant, dans la mesure où il s’agit d’une démonstration de force assez simpliste. Sonic est évidemment invincible et l’on doit frapper inlassablement pour passer les différentes phases.

Ce duel contre le titan est d’ailleurs l’un de ces moments où la musique porte pratiquement tout sur dos. Pour notre plus grand plaisir, Sonic renoue avec des morceaux façon rock-alternatif des années 90/2000, transformant ce duel en véritable joute épique. De manière générale, la bande-son de Sonic Frontiers casse un peu avec les habitudes mais ce n’est pas forcément pour nous déplaire. Dans les Open Zones, nous avons des thèmes très calmes et contemplatifs qui accentuent cette ambiance mystérieuse tandis que dans les niveaux du Cyber Espace, nous avons de la musique électronique assez « punchy ».

Même si l’OST de ce Sonic Frontiers a été dirigée en grande partie par Tomoya Ohtani (Sonic Forces et Sonic Lost Words), on y retrouve énormément de compositeurs et artistes variés qui ont participé à sa conception, dont le très respecté Jun Senoue.

Les graphismes de Sonic Frontiers

Sonic frontiers gamescom preview 05 5

Sonic Frontiers est assez inégal graphiquement. Les environnements sont splendides et nous avons de jolis panoramas avec une belle profondeur de champ, toutefois, certaines parties des îles manquent de détails et font un peu vides, tandis que certains effets lors des cinématiques, comme les explosions, nous ont semblé également un peu vieillots sur les bords.

Aucun problème au niveau de la fluidité et du framerate, mais le clipping reste assez présent malgré des améliorations par rapport aux précédentes vidéos de gameplay. On pense notamment aux circuits et aux plateformes qui apparaissent subitement dans les airs. Par contre, les niveaux du Cyber Espace sont ce qui se fait de mieux visuellement aujourd’hui en matière de courses 3D pures et dures pour notre hérisson. C’est beau, c’est fluide, et il y a un certain sens du volume malgré cette linéarité.

Nous sommes tout de même inquiets étant donné que nous avons vu Sonic Frontiers tourner uniquement sur PC. On conseille donc d’attendre les retours des tests en particuliers pour les consoles PS4 et Xbox One, malgré tout, nos plus grandes peurs sont dirigées vers la version Switch.

L’avis de la rédaction

Membre Actugaming.net

Quoi que l'on pense de Sonic Frontiers, il a le mérite d'apporter une véritable révolution aux jeux Sonic en 3D. Il y a vraiment à boire et à manger dans ce nouvel opus mais il plaira sans doute aux fans assidus du hérisson bleu. Pour les autres, ce sera en fonction des défauts (la progression dans le haut du panier) que l'on a cité ici. Que ce soit dans le ton plus mystérieux, la musique, les combats et ce concept d'Open Zones, il y a de quoi être dérouté. Dans notre cas, c'était dans le bon sens du terme. On espère que le reste du jeu arrivera à autant nous surprendre et que l'histoire sera à la hauteur. Si nous n'avons pas trop d'inquiétudes pour les versions PC, PS5 et Xbox Series, on conseillera aux utilisateurs PS4, Xbox One et Switch d'attendre les retours avant l'achat.

Haseo
Note du panda
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.