La folle histoire du review bombing de AI : The Somnium Files sur Metacritic

ai-somniumfiles-ressenti-oni-4

Malgré une actualité assez faible dans le secteur jeu vidéo, celui-ci ne manque jamais d’histoires abracadabrantesques grâce (ou à cause) d’une communauté très passionnée. Celle d’aujourd’hui concerne AI : the Somnium Files, un jeu d’enquête créé par Kotaro Uchikoshi (à qui l’on doit l’excellente série de Visual Novel Zero Escape) et sorti en septembre 2019 sur PC, PS4, et Switch.

Alors que le titre a reçu de nombreux éloges de la part de la critique spécialisée et des joueurs, il a subi il y a quelques jours un review bombing massif sur Metacritic faisant passer la note utilisateur de 8.2 à 1.9 (principalement la version Switch). Pour rappel, le « review bombing » est une pratique visant à appliquer massivement des notes négatives à un jeu pour exprimer un mécontentement.

(Edit : le matin du 12 février la note est revenue à la normale)

Une pratique de plus en plus récurrente

La folle histoire du review bombing de AI : The Somnium Files sur Metacritic 1

(Crédit de l’image : reddit)

On l’a vu récemment avec celui qu’a subi Astral Chain, mais on peut également citer Psyonix avec Rocket League ou encore Pokémon. Que ce soit sur Steam, Metacritic ou d’autres plateformes, la mauvaise notation massive est devenue une arme pour exprimer une frustration car les raisons évoquées sont le plus souvent absurdes.

Il faut tout de même émettre une petite nuance car parfois, bien que la méthode soit condamnable, les raisons d’une telle colère peuvent être compréhensibles lorsque des abus sont dénoncés. On peut par exemple citer le cas des limitations pour les mods de GTA V ou bien ceux que faisaient payer Bethesda pour Skyrim.

Malgré tout, la majeure partie de ces réactions sont souvent disproportionnées. Ils provoquent toutefois une pression suffisante qui font, dans certains cas, plier les éditeurs et les développeurs visés. L’impact médiatique est tout aussi grand puisque les médias participent paradoxalement à cette mise en lumière en rapportant ou en dénonçant ces méthodes. Encore très récemment, cela s’est encore vérifié avec Warcraft 3 Reforged qui a obtenu le record du jeu le plus mal noté par les utilisateurs du site Metacritic.

Le cas AI : The Somnium Files

Concernant notre review bombing du jour, nous avons droit à quelques rebondissements, si l’on peut dire. Suite à la baisse de la note utilisateur, le créateur du jeu, Kotaro Uchikoshi, a aujourd’hui demandé de l’aide aux fans sur Twitter pour contrebalancer les mauvaises notes abusives.

Comme prévu la note moyenne est par la suite remontée (4.5 à l’heure où l’on écrit ces lignes). Il s’agit de l’autre facette de cette pratique, c’est qu’elle se transforme le plus souvent en guerre virtuelle, faussant ainsi les notes quoiqu’il arrive. Le site intervient toujours après-coup, mais il est quand même difficile de discerner le vrai du faux car, bien évidemment, il y a des mauvaises notes qui reflètent réellement l’avis de certains joueurs.

Cet appel, et les autres cas, démontrent une autre réalité : les développeurs et les éditeurs prennent très au sérieux ces notations. Cela concerne les avis de la presse spécialisée (en effet, on sait que certains membres de studios touchent des primes selon le score moyen des notes) et les joueurs eux-mêmes.

AI : The Somnium Files est sans conteste considéré comme un jeu de niche en Occident. On comprend de ce fait ce genre de réaction face à la moindre mauvaise publicité qu’un titre de cet acabit peut subir.

La raison : mouvement anti-LGBT ou caprice de fan ?

Suite au partage d’un message du forum Resetera par monsieur Uchikoshi, les fans ont d’abord pensé que la raison de ce review bombing venait d’un mouvement anti-LGBT. Sur les captures d’écran de ce post, l’un des personnages exprime en effet son admiration envers cette communauté. Avec les polémiques récurrentes en la matière, on ne peut pas leur jeter la pierre, toutefois il s’avère que la raison soit tout autre.

Avant de rentrer dans les détails, il faut savoir que la communication du jeu était particulière et mettait en scène l’un des personnages principaux, une Idol (un terme désignant grosso-modo une star de la chanson au Japon) surnommée A-set. Elle incarne une sorte de figure brisant le quatrième mur et qui présente les nouveautés tout en divertissant les fans avec son caractère joyeux. Elle possède d’ailleurs une chaîne Youtube et un compte Twitter en anglais et en japonais.

D’après les messages de ce même forum, il semblerait que ce review bombing soit en réalité l’oeuvre d’une seule personne n’ayant pas apprécié le devenir de ce personnage dans le jeu qui serait, selon elle, en décalage avec la phase de communication. Le timing n’est pas non plus anodin puisque le coupable aurait apparemment eu cette idée après l’affaire Warcraft 3 Reforged évoquée plus haut. Les détails sont encore flous mais cela reste la raison la plus plausible.

En définitive, on peut au moins se consoler en se disant que cette histoire aura permis de mettre en lumière un très bon jeu que l’on vous conseille par ailleurs. Un mal pour un bien en somme même si cela montre les dégâts que peut causer une seule personne. Il est toutefois difficile de réellement agir sur des sites comme Metacritic pour prévenir ces problèmes là où Steam a, par exemple, limité les abus avec un système donnant uniquement la possibilité aux joueurs possédant un jeu d’émettre une évaluation sur celui-ci.

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Copy link