Total War : Three Kingdoms : Notre interview chez Creative Assembly

Total War Three Kingdoms Interview

A l'occasion d'une visite chez le studio anglais Creative Assembly, nous avons eu l'occasion de poser quelques questions à Leif Walter (Senior Designer) et Janos Gaspar (Game Director) à propos de Total War : Three Kingdoms.

Durant une visite chez le studio Creative Assembly où nous avons pu nous essayer à une mission d’embuscade (vous pouvez retrouver notre preview complète ici) sur Total War : Three Kingdoms, nous avons également eu l’opportunité d’interviewer Leif Walter (Senior Designer) et Janos Gaspar (Game Director).

interview total war

  • Pouvez-vous nous parler de vos différentes inspirations pour Total War : Three Kingdom mis à part les œuvres originales ? ( NDLR, le récit historique de Chen Shou et le roman de Luo Guanzhong). En effet, lorsque l’on pense aux Trois Royaumes de manière générale, nous avons évidemment en tête les Dynasty Warriors ou encore la série Romance of Three Kingdoms sans oublier le film de John Who. 

Leif Walter : Il est certain qu’ils ont été nos premières inspirations mais la majeure partie nous vient du roman écrit au XIVe siècle. Il est un peu plus fantastique, un peu plus personnel avec les relations entre les personnages, les discussions, avec une histoire un peu plus étalée, ce qui donne quelque chose de vraiment intéressant. Nous avons également menés beaucoup de recherches, nos sources principales étant les livres historiques de Cambridge et le travail de Rafe de Crespigny qui est devenu notre consultant par la suite. A mesure que l’on avançait dans le projet, nous faisions également attention aux petits détails de cette époque comme la vie de tous les jours, les avancées techniques, la connaissance militaire, le système judiciaire… Nous faisons attention à ce que tous les éléments soient authentiques au possible.

C’est une période de l’histoire vraiment vivante en Asie encore aujourd’hui alors qu’il ne s’agit pas d’événements s’étant déroulés au siècle dernier. C’est une partie de la culture générale que l’on ne peut pas mettre de côté. Nous avons aussi d’autres inspirations concernant la direction artistique. C’est quelque chose de très contemporain qui puise dans le style de célèbres peintres chinois mais aussi dans des courants artistiques chinois plus modernes. Nous ne voulions pas que ce soit seulement authentique, nous voulions également que le rendu soit frais et moderne.

Janos Gaspar : Nous sommes toujours à la recherche de périodes vibrantes de l’histoire qui proposent des événements vraiment excitants. Si vous regardez en l’an 190 où le pouvoir en Chine s’effrite, cela donne des choses très intéressantes avec des seigneurs de guerre qui s’élèvent pour leurs propres ambitions. C’est aussi une période superbe en termes de paysages.

Leif Walter : C’est une excellente opportunité car nous pouvons avoir différentes approches sur le même sujet parce que le roman des Trois Royaumes est une fiction basée sur l’histoire. Certains événements ne sont pas présents dans l’histoire originale, on ne peut pas savoir s’ils ont vraiment eu lieu mais au final le noyau de cette oeuvre est historique. Malgré les sources et les références, il fait avec les imprécisions comme au niveau des chiffres. Vous avez ainsi une motivation, comment certaines personnes ressentent ou revisitent certains événements, vous n’avez pas besoin de vous approcher au maximum de la vérité. Ce n’est pas comme pour Napoléon par exemple où il y a un tas de lettres et d’informations, ce qui n’est pas le cas pour des périodes plus lointaines. Le roman des Trois Royaumes a aussi une portée plus globale, ce n’est pas juste qu’à propos d’un petit nombres de protagonistes ; avec ce qu’ils croyaient, ce qu’ils ont fait, comment ils ont agi et pourquoi. Il y’a beaucoup plus de personnages divers, c’est vraiment intéressant de plonger dans ces personnages qu’ils soient importants ou de simples roturiers, et de voir comment le tout prend forme.

Janos Gaspar : Ces différentes histoires centrées sur les personnages et la narration du roman des Trois Royaumes nous ont vraiment aidé à faire en sorte que le jeu se focalise beaucoup sur les personnages. Ce n’est pas juste à propos de factions ou de leaders de nations. Ici, vous êtes un leader et vous tissez des liens avec les personnes qui vous entourent, et les romans nous ont donné énormément d’exemples de comment ces relations fonctionnent, comment ces relations prennent forme, comment les rivalités se forgent. C’est une chose vraiment importante pour nous que le joueur puisse ressentir ces histoires personnelles.

Les personnages ne sont pas que des pions, ils ont tous leurs propres agendas. Ils ont aussi leurs propres ambitions, besoins, et opinions. Si vous traitez mal les gens, vous serez en quelque sorte un mauvais leader dans le sens où cela aura un impact dans le gameplay de votre campagne. Vous allez le sentir au niveau de la diplomatie et au niveau de votre politique interne.

  • Pouvez nous expliquer en détails comment fonctionnent les duels ? Parce qu’en jouant il y a quelques minutes, j’ai lancé un duel contre un général ennemi mais je n’avais aucun moyen de savoir mes chances de le vaincre. 

Il y aura par la suite une indication pour comparer la force des deux combattants mais cela dépend aussi de comment vous utilisez vos compétences. Les duels ne sont jamais prédéterminés, il y a toujours une chance de renverser la situation. Cela dépend également de certaines situations et des actions qui précédent.

  • Pouvez vous partager quelques détails à propos des espions que l’on vient de découvrir ? Comment ils fonctionnent exactement ?  

Les personnages ne sont pas confinés à une seule faction. Ils bougent un peu partout et ils travaillent pour différentes factions. Ils ont leurs propres ambitions et leurs propres allégeances. Ce n’est parce que quelqu’un travaille pour une faction que cela veut nécessairement dire qu’il est loyal à cette faction. Il peut m’être loyal par exemple. C’est pourquoi le système des espions convient parfaitement au jeu. Vous pouvez, par exemple, dire à l’un de vos généraux de travailler pour une autre faction et de se battre pour elle, mais il sera toujours loyal envers vous. Vous pouvez ainsi lui demander certaines actions comme du sabotage ou la construction d’un réseau d’infiltration.

  • Une question plus général à propos de la série. Pourquoi avoir sorti tant de DLC pour Rome 2 ? Il est plutôt vieux dans la série alors pourquoi lui et pas un autre comme Attila par exemple ? 

Il y a toujours des histoires que l’on veut raconter. Même si les jeux sont déjà sortis, nous essayons toujours de trouver des opportunités pour les enrichir.

Nous remercions bien évidemment Leif Walter et Janos Gaspar pour nous avoir accorder un peu de leur temps.

Total War : Three Kingdoms sortira au primtemps 2019 sur PC avec, on le rappelle, deux modes de jeu. Un classique qui reste fidèle à l’histoire et un mode Romance qui reprend le roman de Luo Guanzhong avec ces événements très proches de la fiction.

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp