Test Mandate of Heaven – Un nouveau DLC de qualité pour le dernier Total War

Total War: Three Kingdoms - Mandate of Heaven

Nous le savons, et nous y sommes habitués depuis le temps mais la licence Total War a toujours été prolifique en termes de DLCs qualitatifs. Aujourd’hui, nous allons donc nous intéresser au dernier paru, Mandate of Heaven, pour l’excellent Total War: Three Kingdoms. En effet, ce dernier avait été noté 9/10 dans nos colonnes, avec un premier DLC, Eight Princes, noté à hauteur de 7,5/10.

Mais voilà, Sega et Creative Assembly ne semblent pas prêts d’arrêter de mettre à jour leur sublime opus, malgré l’arrivée prévue cette année de A Total War Saga: Troy. Et ce ne sont pas les fans de la licence qui vont s’en plaindre. Malgré tout, reste à voir si ce dernier vaut vraiment la peine de passer à la caisse. Si son prix reste tout à fait abordable (9,99 €), il convient tout de même de voir si l’investissement en vaut la chandelle.

Afin de jouer à Mandate of Heaven, vous devez posséder le titre de base. Néanmoins, il n’est pas nécessaire d’y avoir joué afin de pouvoir lire ce test. Le titre reposant sur des éléments historiques, aucun véritable spoil n’est présent dans ce test, tout étant présent dans des archives historiques.

Serez-vous le Mandate of Heaven ?

Total War: Three Kingdoms - Mandate of Heaven

La première chose qui frappe, c’est que Mandate of Heaven est un bon mélange entre des choses familières issues du jeu de base, avec quelques nouveaux ajouts qui font plaisir et aident à renouveler l’expérience de jeu. Tout bêtement, on retrouve les mêmes personnages qu’auparavant, certains ayant eu droit à un petit lifting, tandis que de nouveaux seigneurs de guerre font leur apparition dans les personnages jouables.

Pour les personnages retravaillés, ces derniers voient leur système de jeu un peu modifié. Ainsi, Liu Bei et Cao Cao seront bien plus nomades que dans le jeu de base, comme cela était le cas à l’époque. Pour les autres nouveaux comme les frères Zhang, le jeu poussera à la coopération avec les autres frères. Élément de gameplay très intéressant pour celles et ceux désirant se lancer dans l’aventure avec un ou deux amis !

Pour revenir sur Liu Bei et Cao Cao, ces deux derniers ont été retravaillés pour que le joueur suive plutôt l’aspect scénaristique du jeu. Bien entendu, suivre la véritable histoire des Trois Royaumes n’est en rien une obligation et vous pouvez n’en faire qu’à votre tête. Malgré tout, il est agréable de suivre cette histoire que veulent nous narrer les créateurs et l’histoire que chaque joueur peut créer. Après tout, le storytelling a toujours été une grande qualité de la licence, tant par ce qu’on nous donne que ce que nous pouvons créer.

Et, gros point positif de cet ajout, le joueur peut terminer les huit années de Mandate of Heaven et continuer sa partie dans le jeu de base. Cela permet au joueur de prendre le temps de construire une nation plus forte, en partant de plus loin. Mais, bien évidemment, les événements de Total War: Three Kingdoms sont ce qu’ils sont donc faites toujours bien attention à vous. Mais cela reste toujours un vrai régal que de se dire que l’on peut jouer plus longtemps et bâtir sur un plus long terme !

Quelques nouveautés, ici et là

Total War: Three Kingdoms - Mandate of Heaven

En outre, le jeu ajoute un petit plus non-négligeable à la faction du Turban Jaune. En effet, ces derniers se voient attribuer une mécanique intéressante : le Zèle et la Ferveur. Ces deux éléments sont présents pour apporter un petit plus à la faction. Le Zèle, de son côté, permet de gagner divers buffs à mesure que ce dernier s’accumule, tandis que la Ferveur se répand dans les autres nations et, lorsque ce dernier est assez haut, ces dernières se rebellent pour rejoindre la cause du Turban Jaune.

Mais, un autre ajout vraiment intéressant est la possibilité de jouer l’empereur, Liu Hong. En contrôlant ce dernier, vous passez à la tête de l’empire tout entier, ayant les autres seigneurs en tant qu’alliés. Lorsque vous incarnez ce dernier, il est donc plutôt question de trouver un équilibre entre les trois factions qui peuplent votre cour, à savoir les bureaucrates, la dynastie et les seigneurs de guerre. Chaque groupe apporte bonus et malus à mesure que leur influence grossie ou s’amenuise. Votre contrôle sur eux et votre propre influence est ce qui vous permettra de réagir ou non face aux événements qui vous tomberont dessus tout au long du scénario.

Forcément, ce n’est pas tout. En effet, Mandate of Heaven amène avec lui son lot de nouvelles unités à découvrir, recruter et entraîner. Bien entendu, certaines unités peuvent sembler être de simples clones d’autres déjà existantes mais la majorité ont une véritable utilité sur le champ de bataille. Sans parler des améliorations liées aux sièges, qui rendent les prises de villes bien plus jouissives et diversifiées.

Cependant, ce DLC arrive également avec un gros défaut : l’intelligence artificielle. Si cette dernière n’a jamais été la grande qualité de la licence, il faut dire que les ajouts liés à Mandate of Heaven ne l’épargne pas. Si jouer un leader du Turban Jaune est intéressant ou incarner Liu Hong plutôt surprenant, il faut avouer que l’IA ne parvient pas à les gérer. Entre Influence, Zèle et Ferveur, le jeu n’arrive pas à s’en sortir et ces deux nations deviennent donc rapidement dépourvues d’intérêt si elles ne sont pas contrôlées par l’humain.

Conclusion

Total War: Three Kingdoms - Mandate of Heaven

Ainsi, on comprend très vite que Mandate of Heaven est un très bon DLC malgré son inévitable défaut, lui-même inhérent à tous les Total War. Ce nouveau plus au titre Three Kingdoms s’avère d’ailleurs bien meilleur que son prédécesseurs, Eight Princes, en ajoutant de nouveaux contenus réellement qualitatifs à un soft de base déjà bien complet.

Outre cela, les nouvelles mécaniques ajoutées apportent un plus indéniable au titre et renforce l’aspect stratégique de ce dernier. Sans oublier le fait que de nouveaux personnages apparaissent, ajoutant une profondeur scénaristique à l’œuvre vidéoludique, tout en renforçant le background déjà bien complet des personnages déjà jouables dans la version de base.

En conclusion, ce nouveau DLC est une jolie petite addition pour le soft de base. Si les joueurs ayant adoré Total War: Three Kingdoms ont pu faire l’impasse sur Eight Princes, il est difficile de dire que la même chose peut-être faite cette fois-ci. Foncez l’ajouter à votre panier !

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
Copy link