TEST. The Crew: Wild Run – Une seconde vie pour le titre ?

Voir la note

Plus ou moins un an après sa sortie initiale, le jeu de course massivement multijoueur d’Ubisoft se dote d’une toute nouvelle extension estampillée Wild Run. A travers celle-ci, les développeurs nous promettent un contenu colossal et de nombreuses améliorations pour The Crew. Qu’en est-il réellement ?

Souvenez-vous en fin d’année dernière, Ubisoft s’était lancé dans un tout nouveau pari, celui de s’adonner aux jeux de courses et plus particulièrement axés arcade en proposant The Crew. Un pari particulièrement risqué puis l’éditeur français ne s’était encore jamais vraiment intéressé à ce genre de jeux, et si le résultat était plutôt convaincant – sans forcément être extraordinaire, on nous propose aujourd’hui une toute nouvelle expérience avec l’arrivée de l’extension « Wild Run ». Et au-delà d’une simple extension, c’est une seconde vie que s’offre le soft.

Second Life

photo-the-crew-wild-run

Très clairement, on vous en avait déjà parlé, The Crew est une belle aventure. Sorti en fin d’année dernière, on avait cependant cette impression de travail inachevé avec des graphismes corrects – certes, mais sans plus, un gameplay un peu laborieux, un manque de certaines fonctionnalités et d’autres points qui prêchaient à la production d’Ubisoft. Cependant, et il faut bien l’admettre, pour une première, l’éditeur français avait réussi son pari, celui de proposer une carte incroyablement grande, une approche « MMO-Jeu de course » et tout un tas d’innovations sympathiques.

Mais ici, le groupe maintient sa volonté d’aller plus loin et les p’tits gars d’Ivory Tower, entreprise rachetée il y a peu par Ubisoft, nous offre Wild Run, une extension majeure mais… qui laissera un goût assez amer aux joueurs déjà présents, laissant cette impression d’avoir joué à un jeu en bêta et non finalisé pendant plus d’un an.

A première vue, si le soft reste bien évidemment le même, on ressent rapidement que tout a été rehaussé, avec en premier lieu, une amélioration des graphismes et textures : les paysages ont été retravaillés, les effets de lumière réajustés, et l’on sentira une certaine différence lorsque l’on passera d’un véhicule à un autre. Ainsi, les reflets sur les capots, le soleil couchant sur les courbes des routes refaçonnées nous prouvent que The Crew en avait encore dans le ventre. Et heureusement, puisque l’un des points noirs du soft, c’était justement ses graphismes loin de ce que pouvait apporter la nouvelle génération de console, même à l’époque.

Autre ajout notable visuellement, c’est l’arrivée de la météo dynamique. Si nous avions déjà la possibilité de conduire de nuit dans le titre de base, il est désormais possible de rouler sous la pluie. De ce fait, ne vous étonnez pas de passer à un soleil chaleureux à un déluge lors de vos escapades aux Amériques, la météo étant désormais évolutive en fonction de votre promenade. On ressentira bien les effets d’une route trempée, et l’on ne peut que se réjouir d’avoir enfin cette fonctionnalité.

Welcome to Summit

the crew

Deux autres ajouts notables sont également de la partie, avec en premier lieu, l’arrivée du Summit, un festival particulièrement intéressant pour les amateurs de la gomme et de la compétition.

De ce fait, les joueurs pourront participer à un championnat qui rassemblera de nombreux pilotes à travers toute la carte des Etats-Unis. Ce dernier proposera alors aux férus du bitume une série d’événements et d’épreuves symbolisant une discipline différente à différents spots et lieux iconiques dans les vastes terres d’Amérique.

Plusieurs épreuves qualificatives sont ainsi programmées et vous pouvez tenter de vous mesurer aux plus grands pilotes de The Crew à travers diverses épreuves, allant du meilleur sprint au meilleur drift en passant par la spec’ dragster. Ainsi, en plus de ces différentes spécialisations, chacune d’entre elles possédera des épreuves spécifiques pour mettre en avant telle ou telle spécificité.

Si la partie drift est sans aucun doute par tout joueur de jeu de course et la partie sprint, sans véritable intérêt à la longue, les Monster Trucks sont quant à eux, vraiment jouissif à contrôler, à tel point que vous passerez certainement un bon moment à vous distraire dans les différentes arènes proposées. Fun et délirant, cela apporte un certain vent de fraîcheur à vos simples tours en voiture dans les vastes contrées américaines. Les arènes ressembleront à de véritables terrains de jeu et vous pourrez sauter de plateformes en plateformes, vous envoyer en l’air à partir de rampes ou encore faire des loopings.

De plus, d’autres activités sont également présentes tout au long de votre exploration aux quatre coins des Etats-Unis et vous donneront peut-être l’envie de faire des folies ou autres galipettes. Parce que oui, vous aurez également de nouveaux événements dispersés en freeride avec la possibilité d’enchaîner différentes cascades.

Enfin, le second ajout majeur concerne l’arrivée des motos qui manquaient un peu à l’appel dans le titre de base. Alors certes, elles sont peu nombreuses (7 seulement…), mais pouvoir parcourir Las Vegas de nuit sur sa Monster ou vagabonder dans les vastes étendues sablées de Salt Lake City aux commandes de sa sportive fait toujours son effet.

Même si la prise en main est plutôt simple pour ses dernières, on regrette bien sûr un peu le pilotage en demi-teinte que l’on reprochait déjà aux voitures. Fort heureusement, ce petit défaut, bien que plus gênant sur une deux roues, sera compensé par un freinage assez puissant, une tenue de route correcte et une gestion des collisions plus ou moins maîtrisée.

Dernier bonus pour la route des States, vous aurez la possibilité avec Wild Run de créer vos propres courses. De manière simpliste, vous pouvez ainsi placer des checkpoints à différents endroits et faire le tracé que vous souhaitez pour ensuite à le partager à l’un des joueurs de la session ou à votre crew et voir qui de votre groupe, sera le meilleur sur ce circuit sorti de nulle part.

Que retenir de cette extension, si ce n’est cette désagréable impression d’avoir joué à une version non finalisée pendant près d’un an et d’être poussé à l’achat sans cesse lorsque l’on ne possède pas Wild Run ou cette fâcheuse manie de mettre en avant les micro-transactions ? Ubisoft arrive à sublimer The Crew en apportant un contenu colossal et de nombreuses améliorations. Entre la météo dynamique, l’ajout des motos et des récentes activités, le summit et le peaufinage visuel, le studio arrive à donner un second souffle à son jeu de course MMO et les nouveaux joueurs pourront s’adonner aux joies du soft sans aucun soucis. Avec le pack regroupant le jeu et l’extension, The Crew: Wild Run s’inscrit donc comme un bon jeu, voir un très bon jeu d’arcade et vaut le coup d’être rajouté dans sa bibliothèque vidéoludique. En tout cas, bien plus qu’il y a un an.

La note de l'auteur

Une bonne extension qui ne justifie pas forcément son prix. Toujours aussi addictif, The Crew s'étoffe davantage. A craquer en réduction.

Julien
b
Note du panda
7 10

The Crew Wild Run

Points positifs

  • Un open world toujours aussi riche
  • Météo dynamique
  • Du beau contenu en vu
  • Durée de vie encore allongée
  • Les Monsters
  • Le summit et ses épreuves
  • L'arrivée des motos...

Points négatifs

  • ... mais en petite dose
  • Graphiquement mieux, mais toujours pas ça
  • Cette sensation d'être toujours poussé à l'achat...
  • ... Et d'avoir passé un an sur un jeu non finalisé
  • Manque d'ajout à l'histoire ou mission scénarisée

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation