PREVIEW. Total War : Three Kingdoms – Une première approche en embuscade

A l'occasion de notre visite chez Creative Assembly, nous avons eu l'opportunité de nous essayer à une mission d'embuscade en incarnant l'armée de Sun Jian dans Total War : Three Kingdoms. Un premier contact très encourageant avec le jeu que l'on vous détaille ici.

Total War : Three Kingdoms est le prochain titre de la célèbre franchise du studio anglais Creative Assembly qui sortira au printemps 2019 sur PC. La licence revient aux sources après une pause fantastique avec la série Warhammer. En effet, depuis Rome II (en mettant de côté le standalone Attila et le spin-off Thrones of Britania), nous n’avons pas eu droit à un opus principal se basant sur l’histoire du monde. C’est donc l’occasion de parcourir la Chine durant la période des 3 Royaumes (220-265 apr. J-C.), une époque riche en rebondissements et en personnages forts.

Sachez que le titre proposera deux modes : Classique et Romance. Le premier se basera uniquement sur les faits historiques tandis que l’autre s’inspirera d’une version plus épique avec le roman de Luo Guanzhong (comme dans les Dynasty Warriors pour faire court). Cette session de jeu provient du mode Romance.

Vous pouvez aussi aller lire notre interview chez Creative Assembly pour un complément d’information.

Une embuscade au clair de lune

PREVIEW. Total War : Three Kingdoms - Une première approche en embuscade 1

Après une petite présentation par les développeurs des quelques nouveautés sur ce nouveau Total War, nous avons pu prendre le commandement de l’armée de Sun Jian dirigée par Lady Sun ainsi que son frère Sun Quan. Ce sont d’ailleurs les seuls seigneurs de guerre que l’on a pu contrôler durant cette session. Après un rappel du contexte, avec la coalition organisée par Cao Cao contre Dong Zuoh, nous retrouvons l’armée de Sun Jian (faisant partie de ladite coalition) partant vers l’est avant de tomber dans une embuscade. A noter que cette altercation se déroule de nuit. L’une des nouveautés énoncées est en effet l’implantation d’un cycle jour/nuit, une première pour la série. Comme pour le dernier trailer montrant pour la première fois la carte de campagne, nous avons ici un autre magnifique aperçu des décors sublimes du jeu. Que ce soit les montagnes, les fleuves ou encore cette ambiance nocturne avec cette pluie de lanternes, nos yeux sont transportés dans la beauté des paysages chinois. De même pour la bande-son qui se révèle excellente du peu que nous avons écouté.

D’une manière générale, Creative Assembly a mis le paquet quant au respect de la culture chinoise. On connaît bien évidemment leur rigueur historique au fil des épisodes, mais dans le cas ici présent, on sent tout de même qu’ils ne veulent pas faire le moindre faux pas, en particulier face à un énorme public chinois qui sera sans aucun doute très réceptif à cet opus. Pour ce qui est de l’habillage, il ne devrait donc pas y avoir trop de soucis à se faire. On peut tout de même critiquer quelque peu l’aspect visuel des unités que l’on a du mal à différencier à l’œil nu même en zoomant raisonnablement.

Les batailles de nuit promettent déjà d’être un régal pour les yeux.

Après avoir admiré l’esthétique du jeu grâce à la pause, puis avoir écouté religieusement ce que nous apprend le tutoriel, nous sommes rentrés dans le feu de l’action. Alors que nos troupes font marche vers l’est, l’armée de Dong Zuoh nous prend en embuscade sur le flanc droit. Si, en mode normal, il est assez aisé de contre-attaquer pour rapidement se débarrasser des gêneurs, le mode difficile nous force à adopter une approche un peu moins parfaite. On précise que nous avons pu recommencer plusieurs fois cette démo pour changer de difficulté ou tenter différentes choses. D’ailleurs, l’objectif de cette mission n’est pas unique, il est possible de remporter la partie en accomplissant l’un des deux objectifs. Soit l’on rejoint un point d’extraction, soit l’on décime toutes les forces ennemis. Cependant, dans les deux cas, la fuite sera indispensable.

C’est là qu’intervient la topographie du terrain de jeu. Il s’agit de manipuler les déplacements de son armée avec intelligence. Par exemple, l’un des premier obstacles est un fleuve qui ralentit nos mouvement pendant la traversée. Pour éviter que les renforts ennemis ne nous rattrapent trop vite, le mieux est d’ajuster la formation pour avoir un petit bloc très étendu sur la largeur plutôt que de garder un gros paquet homogène. Par la suite, nous avons alors le choix d’atteindre une zone en hauteur pour avoir un avantage stratégique sur les attaquants qui approchent ou atteindre le point d’extraction avec tous les tracas qui nous attendent tout au long du chemin.

C’est l’heure du duel

PREVIEW. Total War : Three Kingdoms - Une première approche en embuscade 2

Lorsqu’un combat est engagé, l’autre paramètre à prendre en compte concerne le type d’unité que vous manipulez. Pour cela, un minimum de stratégie militaire s’impose et c’est bien là tout le sel de la série Total War qui s’exprime encore une fois dans cette situation. Dans notre armée, nous disposons de quatre types d’unités : les cavaliers, les épéistes, les lanciers, et les archers. Par exemple, il va de soi que les archers sont efficaces contre tous types de soldat, mais ils sont totalement vulnérables à n’importe qui au corps à corps. Le didacticiel nous rappelle d’ailleurs les rapports de forces entres les différentes types (les lanciers sont forts contre les cavaliers, les épéistes sont forts contre les lanciers…), il est donc nécessaire de disposer ses troupes pour faire en sorte d’avoir l’avantage. En protégeant nos archers avec un mur de lancier par exemple ou en lançant une bonne charge avec les cavaliers.

Total War : Three Kingdoms met énormément les personnages en avant dans tous les domaines, dont les duels, même si l’on attend plus de précisions là-dessus.

L’autre gros avantage qu’il faut utiliser avec minutie, ce sont les seigneurs de guerre qui dirigent les armées. Chacun possède une classe avec des atouts bien particuliers. Dans le cas ici présent, nous avons Sun Ren de la classe « Vanguard » et Sun Quan de la classe « Commander ». Ces deux illustres personnages peuvent utiliser des compétences très utiles au combat. Sun Quan a la faculté d’augmenter la résistance de vos alliés pendant un court moment s’ils se trouvent dans son champ d’action. Quand à Lady Sun, elle possède des talents plus individuels. Elle peut déclencher une attaque dévastatrice avec un phœnix (on croirait presque voir un coup de Ikki de Saint Seiya) touchant plusieurs ennemis à la fois ou lancer des flèches enflammées. Il s’agit d’un des nombreux cas où l’on voit bien que l’on est plongé dans le mode « Romance » du jeu.

Même si l’on a pas tout saisi concernant les conditions pour les déclencher, nous avons également pu tester les duels entre généraux. Il suffit pour cela d’accepter une requête de défi ou de la lancer soi-même. Les deux combattants se rejoignent ensuite pour disputer un superbe combat chorégraphié avec un style wushu. Le résultat ne peut être que la fuite ou la mort, mais dans tous les cas, le perdant se retrouve en mauvaise posture. Le moral des troupes peut en prendre un coup, ce qui peut donner lieu à des désertions. Tout n’est pas encore clair concernant les duels (nous avons d’ailleurs demandé des détails en interview), mais cela rajoute au côté épique d’une histoire qui se caractérise surtout par son nombre incroyable de figures importantes. Il est très intéressant de voir un opus qui focalise beaucoup sur un grand nombre de personnages et leurs relations entre eux d’autant que les Trois Royaumes se prêtent parfaitement à ce genre d’ambition.

L'avis de l'auteur

Franchement, on aurait aimé en voir plus car il faudrait observer sur plusieurs batailles le cheminement de nos décisions et de nos victoires. De plus, nous sommes très curieux de voir plus en détails la diplomatie, la politique ou encore le système des espions que l'on nous a présenté. Toutefois, la première approche que l'on a eu est très bonne. Le gameplay a l'air prometteur et cette focalisation sur les personnages apporte indéniablement un petit vent de fraîcheur à la série. Il faut dire que la période traitée aide un petit peu à l'engouement. Ce Total War : Three Kingdoms a aussi des airs de Shogun 2, ce qui n'est pas pour nous déplaire. Enfin, si le mode Romance a l'air bien rôdé, on attend encore de voir le mode classique tout de même.

Haseo
La note Bamboo
Actugaming Panda
11 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp