The Outer Worlds : notre avis sur le DLC Peril on Gorgon

Peril on Gorgon

Premier DLC d’une future trilogie d’extensions, Peril on Gorgon vient tout juste de débarquer sur PC et consoles et compte bien étoffer l’univers de The Outer Worlds. Alors que le jeu de base propose une durée de vie relativement courte pour un RPG, cette première extension compte bien étendre celle-ci de quelques heures. Disponible à un prix de 15 € sur les différentes boutiques, il est bien évident qu’il vous faudra le jeu de base pour pouvoir en profiter. Pour ceux n’ayant pas terminé The Outer Worlds, n’ayez crainte, le DLC Peril on Gorgon pourra être lancé en milieu de partie.

Une question se pose : est-ce que ce premier DLC vous permettra de redécouvrir le titre d’Obsidian sous un nouveau jour ? L’intrigue sera-t-elle assez poussée pour vous captiver durant les 6 à 7 heures du DLC ? Nous allons tenter de répondre à cette question ! Par ailleurs, si vous aviez loupé notre interview d’Obsidian il y a quelques semaines, n’hésitez pas à aller y jeter un œil !

Nouvel astéroïde en vue

The Outer Worlds Peril on Gorgon

Accessible dès la quête Radio Libre Monarque, le DLC Peril on Gorgon débutera une fois celle-ci terminée. Pour cela, vous devrez vous rendre à votre vaisseau et taper un brin de causette à votre intelligence artificielle ADA pour débuter cette série de quêtes, qui prendront place sur un astéroïde : Gorgon. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le nouveau biome sur lequel votre personnage va évoluer détonne avec ce que vous aviez pu rencontrer auparavant : manoir très chic, ambiance mystérieuse et laboratoire secret.

Un bras, accroché à un appareil photo : voilà la raison pour laquelle vous allez commencer votre enquête (pour gagner un maximum d’argent, ne nous le cachons pas) et vous serez très rapidement envoyé sur Gorgon dans le manoir où le temps semble s’être arrêté il y a déjà bien longtemps. Toute l’intrigue débutera par la disparition de ce mercenaire qui semblera lié à une sombre affaire de laboratoire pharmaceutique étrange et de test sur des cobayes humains.

Expériences initiées par Spacer’s Choice, firme omniprésente dans l’univers de The Outer Worlds, elles ont rapidement dérapé et les cobayes ont été transformés en maraudeurs ultra violent, prêts à tout pour vous faire la peau. Via cette intrigue, vous arpenterez cette planète aux roches violettes et aux multiples bâtiments à découvrir. Cette extension vous fera également retourner à des endroits bien connus, notamment Byzance où vous allez découvrir un nouveau bâtiment, siège de combats entre canidés. Malgré ces nouveautés, l’intrigue et les mécaniques restent sensiblement identiques au jeu original : peu d’innovation et de surprise.

On reste sur du classique

The Outer Worlds Peril on Gorgon

Comme très souvent sur des DLC, la prise de risque est mineure de la part du studio, le but étant d’étoffer un peu le lore du jeu, sans pour autant devenir absolument nécessaire dans la compréhension de l’intrigue principale. Peril on Gorgon, bien que proposant un univers totalement différent avec cet astéroïde et son environnement, reste sur les ingrédients classiques du RPG d’Obsidian. Côté dialogue, on retrouve encore l’humour déjà bien omniprésent avec notamment les interactions des compagnons avec les différents PNJ qui n’hésiteront pas à mettre leur grain de sel dans les conversations.

Les choix étant au cœur du RPG d’Obsidian, avec des conséquences assez lourdes, on s’attend bien évidemment à retrouver cette mécaniques dans ce premier DLC, histoire de maximiser les possibilités de rejouabilité de découvrir les différents embranchements possibles. Malgré les multiples choix qui vous seront proposés, on peut noter qu’un seul d’entre eux sera vraiment décisif et modifiera l’intrigue de façon définitive.

Côté combat, l’apparition de ces nouveaux ennemis rendront les affrontements encore plus dynamiques, les maraudeurs n’hésitant pas à vous foncer très rapidement dessus. Vous pourrez aborder le combat de façon frontale, ou plus subtile en fonction de votre style de jeu. Malheureusement, ce nouveau « bestiaire » est limité puisque essentiellement basé sur ces cobayes humains zombifiés.

En bref, le DLC Peril on Gorgon a au moins le mérite de prolonger l’expérience de jeu dans l’univers de The Outer Worlds, en introduisant Minnie, personnage emblématique de Gorgon, qui compte bien ne pas dévoiler ses cartes tout de suite. Loin d’être essentiel, cette extension reste malgré tout agréable à jouer.

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments