On a joué à Dark Devotion, nos impressions sur cet action/RPG en 2D

Il nous a été possible d'approcher lors de la gamescom Dark Devotion, un action/RPG 2D par le studio français Hibernian Workshop.

A la base un simple kickstarter qui a récolté plus de 31,796 € sur 20 000 € demandés, Dark Devotion était bien présent à la gamescom pour s’illustrer. Nous avons pu y poser nos mains dessus, et cet action/RPG en 2D à la Dark Souls nous a-t-il semblé solide dans ses mécaniques ?

Quelques infos utiles sur le soft

Dark Devotion preview

Première info plutôt amusante par ailleurs, nous avons appris que le développeur présent sur place n’avait jamais touché à un Dark Souls. Pour le coup, on pourra donc affirmer qu’il s’agit-là d’une pure coïncidence si Dark Devotion a des petits airs de Dark Souls dans son ambiance graphique, comme dans son gameplay. Le seul niveau que nous avons pu faire était dans un donjon des plus classiques, mais il faut savoir que nous aurons des mondes un peu plus variés par la suite.

On a donc hâte de voir ce que ce sera, et puis il faut savoir qu’au niveau de l’histoire, elle ne sera pas si centrale que ça. Pour en apprendre plus par ailleurs, il faudra parfois s’amuser à chopper quelques parchemins par-ci par-là, afin de s’imprégner de la narration, et savoir ce qu’il s’y trame. En clair, on retrouvera certainement une narration à la Dark Souls, soit une histoire qui passe complètement au second plan. A chaque fin de niveau, on se frottera systématiquement à des boss, qui feront une fois de plus cinq fois notre taille mais ça, on a l’habitude pour le coup.

Un plongeon dans le plus profond des donjons !

Dark Devotion preview

Après avoir ingurgité ces quelques infos, on a pu passer aux choses sérieuses. Dans cette session de jeu comme nous l’avons évoqué plus haut, nous étions dans un donjon. Le titre prenait un malin plaisir à mélanger de l’exploration, mais aussi du combat. Il semblerait que dans le soft, il n’y ait pas de système de classes à première vue, histoire de laisser un peu de liberté au joueur, ce qui n’est pas plus mal. On a pu voir aussi une jauge de foi, qui va vous servir à vous purger, et donc de vous enlever diverses malédictions ou malus que vous avez pu chopper au contact des ennemis. Cela ne pourra se faire que via des sortes d’autels, que nous trouvions sur la map. Cette jauge de foi nous permettait aussi d’ouvrir quelques portes, pour tenter de récupérer du loot intéressant, comme de se faire embusquer par de vilains ennemis.

Le danger est d’ailleurs omniprésent dans le soft entre les différents pièges, et même un simple mob. Ces derniers ne sont pas forcément aussi faibles qu’on ne le pense, ils sont également assez dangereux. Car justement, le feeling des armes dans le soft est proche d’un Dark Souls, et il faudra évidemment faire attention en l’attaquant, car l’ennemi en question pourra assez vite réagir en vous assénant des coups sans que vous vous y attendiez forcément. D’ailleurs, il y avait une bonne variété d’armes, et autant dire qu’il y en aura pour tous les goûts que ce soit une épée, une énorme hache, et j’en passe. Chacune des armes avaient forcément des statistiques, et le loot tombait en général une fois un ennemi abattu.

Côté interface, il faut savoir que tout était sur l’écran en terme de stuff, sans que cela ne charge l’écran pour autant. Tout d’abord, en haut à gauche nous retrouvions la jauge de vie et d’endurance. Ensuite, on trouvait en bas à gauche tout l’équipement que vous pourrez porter, et ainsi sélectionner. On avait un curseur pour choisir le tout, mais cela devrait être visiblement supprimé selon le développeur, au profit d’une interface purement console en somme. En soi, le tout nous a paru intuitif, et nous avons déjà hâte d’en voir encore plus.

On termine avec le côté graphique du soft. Le visuel en pixel art est bourré de détails d’ores et déjà, et plutôt agréables pour la rétine. Les diverses animations « réalistes » à la Dark Soul semblaient de haute volée, et la direction artistique de Dark Devotion devrait être certainement majestueuse. Bon, elle paraissait relativement classique sur le niveau que nous avons testé mais cela dit, on est curieux de découvrir les autres environnements du titre, qui devraient être normalement un peu plus variés.

Une petite pépite indé en approche !

La session que j'ai pu faire était franchement cool sur bien des points. C'était un titre que je suivais depuis qu'il était dans sa campagne kickstarter, et il faut admettre que pour un studio indépendant, Dark Devotion pourrait bien s'imposer à sa sortie comme une petite pépite de l'action/RPG en 2D. Bon, c'est vrai que je m'avance un petit peu mais entre sa direction artistique pixel art, son feeling bien calibré en terme de combat et son exploration un peu procédurale vachement plaisante saupoudrée d'une interface convenable, le bébé d'Hibernian Workshop est prometteur sur pas mal d'aspects. En clair, les mécaniques semblent d'une solidité à toute épreuve. Maintenant, il nous tarde de le tester dans sa version complète quand le soft débarquera en 2019, vraisemblablement sur PC, PS4 et Xbox One.

Matheus

Cette preview a été réalisée à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

La note Bamboo
Actugaming Panda
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp