Pourquoi Sekiro est le jeu de l’année 2019 ?

sekiro : shadows die twice

Contrairement à l’année dernière ou God of War et Red Dead Redemption 2 étaient les leaders incontestés, l’année 2019 n’a pas véritablement offert de titres surpassant tous les autres, malgré l’excellence des jeux proposés.

Élire le jeu de l’année s’avère donc être bien plus difficile, mais après moult débats (à la fois houleux et remplis d’amour) au sein de la rédaction, nous avons choisi de récompenser Sekiro: Shadows Die Twice et de le sacrer jeu de l’année pour ces AG Awards 2019. Un choix qui n’est pas non plus anodin, étant donné que nous lui avions attribué l’excellente note de 9/10 dans notre test.

Le Souls-like à son apogée

Sekiro : Shadows Die Twice adapté en manga

Tout n’était pas joué d’avance pour le titre de From Software, mais à la fin, il s’est avéré être celui qui maîtrisait le plus son sujet et qui proposait l’une des expériences les plus marquantes de cette année. Réinventant la formule des Souls-like, le titre nous envoyait dans un Japon féodal fantastique, où les guerres de clans faisaient rage.

On y incarnait alors un shinobi surnommé le Loup, qui était chargé de protéger son maître jusqu’à ce qu’il ne succombe au combat. Ressuscité par un étrange phénomène, il se retrouvait alors en quête de vengeance, mais partait aussi à la recherche de son maître disparu.

Plus narratif que les autres productions de From Software, Sekiro Shadows Die Twice tire avant tout sa force du cadre qu’il nous propose, aussi envoûtant que dépaysant. La direction artistique du titre balaye facilement tous les soucis techniques d’un moteur qui aurait mérité d’être mieux employé.

Le fait d’avoir choisi un héros unique et non-personnalisable joue aussi dans le fait que l’on s’intéresse davantage à ce que l’on nous raconte, même si l’économie de mots est encore de rigueur dans les différentes cinématiques (a contrario de la multitude de textes à lire sur le lore).

Une expérience unique

Sekiro : Shadows die Twice - Liste des trophées et succès

Mais si on plonge allègrement dans le dernier né du studio, c’est surtout parce qu’il nous livre un gameplay d’une finesse incroyable, où chaque action doit être millimétrée. Bien plus mobile que ses prédécesseurs spirituels grâce à l’ajout d’un grappin (qui donne ainsi de la verticalité au game design), il est aussi celui qui fait le plus dans la finesse, avec un système d’infiltration perfectible, mais qui offre une liberté d’approche grisante.

Il ne faut pas non plus oublier qu’avec son système de parade, Sekiro nous a sans l’ombre d’un doute offert quelques-uns des meilleurs combats de sabre dans toute l’histoire du jeu vidéo, sans jamais avoir recours à des artifices comme des QTE ou autres. Non, c’est bien au joueur d’apprendre à manier comme il se doit la lame du Loup, et d’analyser les mouvements de l’adversaire afin de le déstabiliser pour lui porter un coup fatal.

Cette précision dans le gameplay s’accompagne forcément d’une difficulté exigeante, qui se ressent notamment lors des combats de boss, qui font partie des plus mémorables de cette année. Entre l’affrontement contre Isshin, le twist lors de la joute avec le Singe Gardien où le surprenant combat contre Dragon Divin, Sekiro nous a fait suer autant qu’il nous a impressionné.

Un GOTY exigeant

Sekiro : Shadows Die Twice

Mais cette difficulté, qui reste malgré tout accessible au plus grand nombre, n’a pas manqué de faire naître une polémique suite à la sortie du jeu. L’absence d’un mode « facile » en a découragé plus d’un, qui voulaient pourtant découvrir cet univers si prometteur. On pourrait revenir en long et en large sur cette discussion, mais cela mériterait un article dédié rien qu’à cela.

Malgré tout, cela montre une nouvelle fois que le jeu éveille une grande curiosité, même chez les joueurs non-initiés au genre des Souls-like. On ne pourra que leur demander de lui donner une nouvelle chance, avec toute la patience possible afin d’apprécier au mieux les qualités du jeu.

Certains diront qu’un jeu de l’année se doit d’être accessible au plus grand nombre. D’autres rétorqueront que ce titre honorifique est là avant tout pour récompenser une vision, un choix artistique et une proposition calibrée de bout en bout. Dans tous les cas, la plupart des joueurs s’accorderont pour dire que Sekiro: Shadows Die Twice est l’un des jeux qui a le plus marqué cette année, mais aussi qu’il est probablement celui qui maîtrise le mieux son sujet. C’est bien là tout ce que l’on demande à un « jeu de l’année ».

N’hésitez pas à consulter tous les autres gagnants des AG Awards 2019, catégorie par catégorie.

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.