The Witcher: Monster Slayer – Notre avis plusieurs mois après la sortie

the witcher monster slayer

Pokémon Go a désormais plus de cinq ans, et a déjà fait des émules à travers de grandes licences, comme Harry Potter avec Harry Potter: Wizards Unite. Mais on ne pensait pas que cette mode arriverait aussi dans le monde de The Witcher, bien moins propice au développement d’un tel concept, et surtout bien moins connu que d’autres franchises, malgré la popularité de la série Netflix et des jeux de CD Projekt. Ce qui n’a pas empêché ce dernier de débaucher Spokko, membre de CD Projekt, pour s’atteler au périlleux développement de The Witcher: Monster Slayer. Plusieurs mois après sa sortie, le titre a-t-il su conquérir les fans du sorceleur ?

Une mécanique éculée

A première vue, The Witcher: Monster Slayer n’invente rien de bien neuf et reprend les mêmes codes que Pokémon Go. De la réalité augmentée, de la collecte, des points d’intérêt, des niveaux à monter, une carte qui se base sur le monde réel, et des monstres à chasser. Littéralement cette fois-ci, car le but sera bien de collecter des monstres, mais sous la forme de trophées, via leur tête arrachée. Eh oui, on n’est pas dans le monde d’Andrzej Sapkowski pour rien ici.

On incarne donc un sorceleur en herbe chargé de décapiter tous les monstres que l’on va croiser en se baladant dans la rue. Ces monstres vont donc apparaitre un peu partout autour de nous et sont divisés en plusieurs types, avec différents niveaux de difficulté. Si on aura aucun mal à se débarrasser d’une goule, il faudra être plus prudent avant de se confronter à un Lechi. C’est pourquoi le titre met en place un système de potion, qui est en quelque sorte la colonne vertébrale du jeu.

Un peu plus de challenge

En se baladant à travers la carte, il est possible de ramasser des ingrédients ici et là pour ensuite se mettre à concocter diverses potions qui vont nous aider à battre certaines créatures. Ces potions augmentent par exemple la vie, la puissance des coups, les dégâts infligés à certaines familles de monstres, etc.

Autant dire que le choix des potions est souvent essentiel, car le jeu ne laisse que peu de place au hasard, voire pas du tout, contrairement à un Pokémon Go. Lorsque vous confrontez un monstre, c’est avant tout votre skill et vos caractéristiques qui vont dépendre de la réussite ou non du duel.

Ces affrontements se déroulent plus ou moins de la même façon que dans un Harry Potter: Wizards Unite, avec un système de magie qui est relativement similaire (on trace alors les signes avec les doigts). On retrouve à côté de cela des coups légers et des coups puissants selon la rapidité du geste du doigt, ainsi que des parades, qui doivent être effectuées avec le bon timing pour prendre un minimum de dégâts. Certains ennemis sont sensibles à un type de dégâts qu’il faut alors privilégier dans l’espoir d’infliger un coup critique avec le timing requis.

Autant dire que cela aide à rendre les affrontements un peu vivants, même si c’est souvent la même rengaine. Au moins, il y a du challenge, surtout lorsqu’il faut prendre en considération les bonnes potions ainsi que des bombes pour venir nous aider.

Pour les grands fans avant tout

Au fur et à mesure que l’on décime des monstres, on progresse et on grimpe en niveau, nous laissant alors dépenser des points de compétences dans un arbre de talents. C’est là que l’on pourra gagner en force et obtenir de nouveaux signes, même si la progression est assez lente, ce qui pourra frustrer au début. Une fois arrivé au niveau 10, on pourra se frotter à des défis un peu plus relevés avec des sortes d’arènes (des arbres ici, où vous popper les monstres).

Au delà de cela, difficile de dire si ce seul concept permettra au jeu de subsister pendant encore des années. L’attrait est visible pour les fans de The Witcher, mais sans doute que pour ceux qui s’intéressent vraiment à l’univers, plus qu’aux personnages. Le bestiaire est bien présent dans sa majeure partie, avec pas mal de variété dans les rencontres.

On retrouve même des quêtes scénarisées à effectuer, bien qu’elles soient un peu trop rares. On notera la bonne idée de pouvoir délocaliser ces quêtes dans le cadre où on ne pourrait pas trop se déplacer, tout comme on a pu remarquer que le cercle de détection des monstres s’est agrandi depuis le lancement, permettant alors de jouer plus facilement en restant à la maison.

En dehors de cela, l’intérêt est sans doute un peu maigre. La collecte de trophées n’est pas forcément des plus captivantes, et à cause de cela, le titre aura bien du mal à captiver le grand public. Reste que certains fans absolus de la licence y trouveront leur compte de temps à autre, mais pour l’instant, le tout est plutôt limité, même plusieurs semaines après sa sortie, malgré un événement qui a eu lieu récemment. Avec l’arrêt de Harry Potter: Wizards Unite, qui compte pourtant une fanbase plus grande, difficile d’entrevoir une belle évolution pour ce jeu mobile The Witcher, même s’il pourrait profiter de la sortie de la saison 2 de la série Netflix pour connaitre un gain de popularité.

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.