Test Hitman Episode 2 : Sapienza – Petits meurtres en Italie

Hitman épisode 2 sapienza 1 1

Avec un premier épisode se déroulant à Paris et plutôt de bonne facture, l’agent 47 avec son code barre tatoué sur la nuque est de retour dans ce second épisode qui se déroule en Italie, plus précisément en Sapienza. Alors, est-il mieux que le premier épisode ou pas ?  Ça y est, l’épisode deux se déroulant à Sapienza est enfin de sorti, et lors de ce test, nous allons justement voir si cette nouvelle destination de notre agent 47 vaut son pesant de cacahuètes ou non.

N.B. : Lors de notre test, nous avons pu remarquer qu’après notre mort dans ladite mission, nous avions eu des soucis de chargements de sauvegardes, qui faisaient littéralement planter le jeu et ce, après trois ou quatre tentatives. Le soucis a ensuite été réglé certes, mais cela nous a forcé à recommencer la mission du tout début. Nous ne savons pas vraiment d’où provenait concrètement le problème, en espérant que ce soucis soit corrigé via une mise à jour.

Une p’tite virée en Italie, avec deux cibles et un virus à éliminer !

HITMAN™_20160427135633

C’est donc après un p’tit tour à Paris dans une défilé de mode que l’agent 47 continue sa tournée avec deux cibles à éliminer dans le province de Sapienza, c’est à dire logiquement en Italie.

Les deux cibles, ne seront autres que Silvio Caruso, un bio-ingénieur complètement loufoque employé par l’Ether Biotech Corporation, mais également la directrice de ce laboratoire, à savoir Francesca De Santis. Ces deux grand méchants de ce niveau travaillent en fait sur un virus capable de changer l’ADN humain, et de contaminer le monde entier. Evidemment, c’est là que vous intervenez.

Au passage, il est tout de même dommage qu’une fois encore, la cinématique de fin de cette épisode 2 ne nous en dit toujours pas plus sur les motivations principales du méchant de l’histoire, et il faudra pour le coup attendre le mois prochain, et la fameuse mission se déroulant à Marrakech.

Sapienza, magnifico !

HITMAN™_20160427142130

Contrairement à la map de Paris qui était au final moyennement grande, on n’est du coup assez agréablement surpris par la taille de cette dernière en elle-même, qui regorge de raccourcis de part et d’autres.

D’ailleurs, le level-design complètement asymétrique de ce niveau à Sapienza est une pure merveille, et force est de constater que les p’tits gars de IO Interactive ont mis le paquet sur le nombre hallucinant de possibilité pour parvenir à l’objectif final qui est de tuer les cibles, et les prototype du virus avec.

En effet, en vous faisant passer pour n’importe qui – psychologue, cuisinier pour Silvio, ou en se faisant passer pour l’amant de Francesca De Santis en l’occurence -, en les empoisonnant ou bien encore en les tuant par accident ou en empruntant un nombre incalculable de chemins alternatifs, vous êtes entièrement libre de tuer vos victimes de la façon que vous voulez.

Hitman revient avec un second épisode à Sapienza plus abouti.

En sus, c’est un peu la même chose pour détruire le virus avec également plusieurs façon de l’éradiquer, tout en vous faisant une nouvelle fois passé incognito. Petite mention aux systèmes de déguisements, la référence de la licence certes et qui reste juste bien foutu.

Clairement, tous les ingrédients dans cet épisode sont là pour faire de Sapienza un très bon niveau, avec des panoramas magnifiques pour un dépaysement total, même si nous regrettons une I.A. un peu aux fraises mais légèrement meilleure que l’épisode 1, et une fluidité qui laisse parfois à désirer quand il y a trop de choses à afficher.

Pour la durée de vie après, le niveau peut très bien se plier en 1h30 si vous prenez le temps de dénicher toutes les opportunités de tuer vos cibles, comme un peu moins, tout dépend clairement votre façon de jouer, surtout que vous pouvez rallonger la durée de vie avec les missions exclusives les Six Sarajevo si vous êtes sur PS4, ou bien via les contrats secondaire ou créés par la communauté.

Pour un second épisode, peut-on dire que la mission de Sapienza est bien meilleure ? Indéniablement, oui. Avec une map bien plus grande que l’épisode précédent et avec une ville vivante et bourée d’opportunités en veux-tu en voilà pour éliminer Silvio Caruso, Francesca De Santis ainsi que le prototype du virus, la rejouabilité est bel et bien là et il y a de quoi faire, surtout avec les autres contrats à accomplir. La seule chose que l’on pourra peut-être regretter, ce sont les défauts remarqués dans le premier épisode qui sont toujours présents – notamment sur PS4 -, à savoir quelques légères chutes de framerate, l’IA, ou encore les chargements longs. Le scénario quant à lui n’avance pas aussi des masses et c’est dommage mais pour 9.99 € si vous n’avez pas envie de vous procurer l’expérience complète à 59.99 €, vous pouvez y aller les yeux fermés pour aller faire des p’tits meurtres à Sapienza !

avatar

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  S'abonner  
Me notifier des