PREVIEW. Everspace – Un rogue-lite spatial prometteur ?

La proposition de Rockfish Games est inhabituelle. Avec Everspace, le studio souhaite combiner dogfight spatial et rogue-lite. Le cocktail est-il réussit dans cette version en accès anticipé ?

Les jeux spatiaux sont de plus en plus en vogue ces temps-ci. On a ceux de simulation, avec Elite Dangerous qui est déjà sorti, et Star Citizen qui continue d’amasser les millions. Mais aussi d’autres représentants, plus tournés vers le combat en lui-même, comme Eve Valkyrie qui se dédie à la VR. Sans oublier le fameux Faster Than Light, qui a ravi les amateurs de rogue-lite. Avec Everspace c’est les deux dernières philosophies de jeu qui sont à l’honneur, mais le mariage est-il compatible ?

Je suis déjà passé par là

everspace

Le titre se présente de manière classique pour un rogue-lite. On choisit son vaisseau, puis son équipement avant de lancer un run. Pour le moment le choix est limité, version en accès anticipé oblige. Les équipements se trouvent directement dans nos parties, et seront par la suite débloqués de manière persistante pour nos futures explorations. Il est encore trop tôt pour juger cet aspect, qui, on suppose, gagnera énormément en contenu à la sortie du jeu. Même combat pour les vaisseaux, puisqu’à l’heure actuelle seulement un modèle est à notre disposition.

Une fois la partie lancée on se retrouve sur une carte en plein système solaire. Relativement vaste, on devra y observer les divers lieux d’intérêts pour y trouver munitions, armes et ressources. Le premier point négatif de cet accès anticipé est le manque de variété de ces points d’intérêts. En effet, on se retrouvera très vite à explorer les mêmes endroits, avec, malheureusement, peu de variation dans leur construction. On mine des astéroïdes qui se ressemblent, on ramasse des armes dans les mêmes épaves encore et encore. Seul le passage d’un secteur à l’autre, après plusieurs zones donc, permet de changer un peu d’ambiance.

Ce reproche peut d’ailleurs également s’appliquer aux différentes zones que l’on explore. Le jeu nous laissant le choix de la destination dès que l’on sort d’une carte. On espérait, à l’instar d’un FTL, voir des événements différents, qui nous poussent à avancer pour découvrir de nouvelles choses. En l’état ce n’est pas le cas. Les cartes se ressemblent énormément, brisant le plaisir de l’exploration et donnant un fort sentiment de redondance. Espérons que plus de variété sera offert aux joueurs dans la version définitive du soft.

Top Gun dans l’espace ?

everspace

On en vient maintenant à l’autre facette du gameplay, à savoir les combats. Dans chaque destination que vous visiterez, vous trouverez des vaisseaux ennemis. Plus ou moins nombreux, et plus ou moins bien équipés, selon la difficulté du secteur, à vous de voir si l’affrontement en vaut la peine. La carotte qui poussera le joueur à risquer sa peau est, bien entendu, le loot que laisseront ces vilains pirates une fois réduit à l’état de carcasse. Une mécanique très classique certes, mais qui se révèle toujours efficace. En faisant appel à votre cupidité il sera difficile de refuser un affrontement, à vos risques et périls étant donné que la mort met fin à la partie.

Si tout cela semble prometteur au premier abord, on déchantera vite. Le problème viendra en effet des contrôles du jeu. Au lieu de reprendre la configuration habituelle que l’on retrouve dans la plupart des titres proposant des dogfights, Rockfish Games a voulu proposer sa propre maniabilité. On tire avec la gâchette de droite et on utilise les missiles avec le bumper droit, tandis que la gâchette de droite sert à accélérer. Jusqu’ici tout va pour le mieux, c’est dans les habitudes du genre. Le stick gauche servira à orienter notre vaisseau, là où les choses se corsent c’est quand on se met à utiliser le stick gauche.

Dans la plupart des cas celui-ci est utilisé pour réaliser les rotations de votre engin. Emulant les thrusters, il vous permet de réaliser des virages serrés et autres acrobaties précises. Ici rien de tout ça. Il sert simplement à réaliser des poussées latérales et verticales sans changer l’orientation de votre bolide de l’espace. Qui plus est, ces poussées sont relativement lentes, les rendant inutiles en combat. Vous pouvez oublier les fameux barrel-roll, votre vaisseau se chargeant tout seul de se remettre en position. Pour un jeu se voulant accès sur les combats spatiaux il est clair que c’est une énorme déception. Espérons que les commandes seront changées dans la version finale, ou que l’on puisse les réattribuer manuellement. En l’état on vous conseillera donc de passer en contrôle clavier/souris, bien plus agréable à prendre en main.

Pourquoi continuer à y jouer ?

everspace

C’est les éléments persistants qui vous donneront l’envie d’y retourner. En effet, on dispose d’un arbre de talent relativement vaste pour notre véhicule. Sachant que les développeurs ont d’ores et déjà annoncés deux autres vaisseaux avec chacun leur propre skill-tree, chouette. Les perks se débloquent en dépensant des crédits ramassés au cours de nos parties. Peu importe notre aisance dans l’espace cela permet de progresser en continu, et donc d’aller un peu plus loin à chaque tentative.

Le sentiment de progression est bien là. Vous trouverez également des marchands pouvant vous vendre des armes, et autres améliorations. On pourra noter un certain manque de vie, tous les PNJ agissant de manière très robotique, mais c’est un défaut récurent du genre, il est donc difficile d’en tenir rigueur au titre. On pourra également ramasser toutes sortes de ressources. Celles-ci serviront à crafter différents modules pour notre vaisseau.

Rockfish Games a également promit plusieurs améliorations d’ici la sortie du jeu. Parmi les promesses on pourra citer une histoire, contée par des acteurs, un mode hardcore avec mort permanente, et un support des casques de réalité virtuelle Oculus Rift et HTC Vive. On pourra également parler de la promesse de cockpit dynamique différent pour chacun des trois vaisseaux qui seront disponibles à la sortie.

Un plaisir pour les mirettes !

everspace

Là où l’on ne peut pas attaquer cet Everspace c’est bien sur ses graphismes. En effet, les développeurs font une belle utilisation de l’Unreal Engine 4. Pourtant composé de seulement douze personnes, le staff s’est surpassé pour vous offrir un panorama bluffant. C’est simple on a envie de prendre des screenshots tout le temps. En plus d’une stabilité exemplaire, trop rare de nos jours.

Les textures sont fines, mise à part un ou deux ratés, et les effets de lumière sublime, notamment la réfraction que l’on peut observer sur la glace ou les cristaux. Les particules sont également très bien rendues, apportant un gros plus à l’écrin visuel du soft. Les explosions sont également très bien réalisées, donnant une raison de plus de tuer les pirates à la chaîne.

Les musiques de Everspace sont par contre tout ce qu’il y’a de plus classiques. On ira même jusqu’à les qualifier de quelconques. C’est simple, aucune ne vous restera en tête, tandis que d’autres vous taperons très vite sur le système. On ne peut pas être parfait partout comme dirait l’autre.

Intéressant

Pour une version en accès anticipé, Everspace est très prometteur. Graphiquement à la hauteur, et possédant des mécanismes de progression bien huilés, il parlera sans aucun doute aux amateurs de combats spatiaux et de rogue-lite. On peut néanmoins voir quelques défauts se profiler, que ce soit la redondance des systèmes, ou la maniabilité vraiment ratée dès que l’on souhaite utiliser une manette. On suivra donc avec attention la suite de son développement jusqu’à la version finale prévue pour le courant de l’année 2017.  

Neorockeur

Cette preview a été réalisée à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

La note Bamboo
Actugaming Panda
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp