Japan Expo 2022 : Retour sur cette édition très fournie

Japan expo 2022 illu 1

Ce n’est que deux ans plus tard après l’épisode de la covid, que la Japan Expo revient enfin sur Paris. Après une Japan Expo Sud particulière, la mythique convention vient rouvrir ses portes au parc des expositions à Villepinte. Et qu’on se le dise, cet événement qui a accueilli une palanquée de visiteurs, fait son retour en force par sa grandeur et sa variété incontestable.

Un espace jeux vidéo avec quelques titres jouables à venir

Japan expo 2022 6 scaled 2

Japan Expo 2022, c’est bien évidemment tout un aspect jeux vidéo assez fourni. Et après deux années de disette covid oblige, quelques exclusivités sympathiques étaient jouables, dont tout d’abord un certain One Piece Odyssey. C’est effectivement la première fois que le titre se montre dans un salon, l’occasion pour nous d’y jouer un peu plus de 20 minutes, et d’y donner notre premier ressenti sur ce nouveau jeu One Piece made in Bandai Namco. Sa sortie est d’ailleurs prévue pour fin 2022 si tout se passe bien  sur PC, PS4, PS5 et Xbox Series X|S.

One Piece Odyssey n’était également pas le seul gros jeu à venir à être jouable, car Street Fighter 6 était aussi de la partie sur le stand de Capcom. De quoi bien évidemment ravir les joueurs qui pouvaient donc essayer ce nouvel opus relativement accessible et plaisant, et qui sortira on le rappelle en 2023 sur PC, PS4, PS5 et Xbox Series X|S.

Au rayon des autres stands sympathiques, le jeu mobile Honkai Star Rail était présent, tout comme le fameux Genshin Impact, doté d’animations assez cool sur le stand. Outre quelques autres stands d’animation pour la VR, Nintendo faisait également acte de présence, en offrant toutefois hélas des titres déjà sortis avec Super Smash Bros. Ultimate, Splatoon 2, Mario Strikers: Battle League Football, Demon Slayer ou encore l’excellent Nintendo Switch Sports.

Autrement dit, le côté jeux vidéo nous a concrètement paru bien famélique cette année, avec assez peu de titres vraiment exclusifs du salon. De quoi ressortir un peu frustré du côté jeux vidéo, bien que nous ayons eu la bonne surprise de nous essayer à la Time Machine. Pour ceux qui ne la connaissent pas, cette petite console focalisée sur le rétrogaming propose à l’intérieur pas moins de 10 000 jeux jouables.

De la Dreamcast en passant par la PS One ou encore la NES, la PSP voire la Nintendo DS, ce petit bijou offre un catalogue bien complet de titres de pratiquement toutes les consoles à l’exception de la PS2, la Xbox première du nom, ou bien la Gamecube. Chose un petit peu décevante certes mais l’interface bien ficelée, la réactivité des contrôles sur les nombreux titres rétro, ou encore le lissage exceptionnel des jeux DS et PSP font bien le café. La console est tarifée à 199 € sur le site officiel, mais étant donné que cela faisait la première fois que la console se montrait réellement en convention officielle, cette dernière était disponible directement à l’achat sur le stand pour seulement 159 €. Soit un prix raisonnable, mais il fallait être donc à cette Japan Expo pour profiter de ce tarif attirant.

Une programmation très étoffée

Japan expo 2022 8 scaled 3

En dehors de cette section jeux vidéo un peu décevante, la programmation proposée sur cette édition 2022 de cette Japan Expo Parisienne avait clairement de quoi enchanter. D’abord, on y retrouvait mine de rien quelques invités intéressants avec Yusuke Kozaki, ayant notamment officié sur les licences No More Heroes et Fire Emblem, voire sur Pokémon Go, mais aussi Mamoru Yokota, qui a bossé sur Death Note, DNA² et Naruto Shippûden en tant que directeur artistique.

On notera également la présence de Hiroshi Matsuyama, le président de CyberConnect2 qui était venu principalement présenter son titre auto-produit, Fuga: Melodie of Steel, et que nous avions interviewé en compagnie de  Yoann Guéritot, le réalisateur du jeu. Bien évidemment, la liste des invités était extrêmement longue surtout au niveau artiste musicaux – Blank Paper, Femm, Miwa, Mika Kobayashi… -, comme des youtubeurs – Benzaie, Bob Lennon, Sheshounet, Conkerax, Le Pandaman, Louis San… -. Néanmoins, on soulignera le manque d’invités plus prestigieux, mais peut-être cela est-il dû au fait que la convention est encore en convalescence, surtout après deux ans d’absence à cause de la covid.

Pour le reste, les diverses animations avaient de quoi être variées. Avec un peu plus d’une dizaine de scènes proposant du cosplay, des conférences, des blind tests, des quizz, du live drawing avec à la baguette Yusuke Kozaki voire Junichi Hayama et Mamoru Yokota, ainsi que des showcase ou bien des démonstrations dont une sympathique de Street Fighter 6 sur scène, il y avait indéniablement de quoi faire. Des emplacements cosplay libre étaient également de la partie, et la finale de l’ECG a été également présente au niveau des cosplays.

Grosso modo, il n’y avait pas réellement de quoi s’ennuyer même sur ces quatre jours, les programmations en elles-mêmes n’étaient pas toute égales ou intéressantes, et pouvaient certainement pousser les visiteurs à s’ennuyer ferme. Toutefois, la présence des nombreux stands mélangeant éditeurs de mangas, de streaming Anime – Crunchyroll entre autres -, revendeur de goodies, tapis de souris, posters et autre joyeusetés permettaient probablement de faire quelques bonnes affaires sympathiques. Notez aussi qu’une partie sport Japonais répondaient présent, avec du Budô, Kendo et combats de Sumo, rien que ça.

En somme le tout était assez bien étoffé, bien que l’on regrette l’absence du Comic-Con de Paris, qui faisait une assez belle paire avec la Japan Expo les années passées. Qui plus est et ça on pouvait largement s’y attendre, l’organisation était parfois un peu confuse, les files d’attente parfois interminables et le prix de la nourriture sur place toujours aussi exorbitant. Il en allait aussi de même pour le tarif de certains goodies, qui avaient de quoi faire mal au crâne. Au-delà de ça, on appréciera bien entendu la grandeur des halls, dont l’espace a bien exploité pour un agencement relativement optimal.

Finalement, que dire de cette Japan Expo édition 2022 post-covid ? Eh bien, d’ores et déjà, force est d’admettre que cela fait déjà plaisir de revoir une immense convention bourrée de variétés et d’animations, qui plaira incontestablement à tous les visiteurs adeptes de la culture jeux vidéo, manga, et traditions typiquement japonaises. La programmation avait de quoi être fournie pour plaire à tout le monde, même si l’on regrette une édition encore très timide et en convalescence sur les parties jeux vidéo et invités, qui n’avaient pas réellement de quoi nous faire sauter au plafond. De plus, l’absence du Comic-Con de Paris qui formait une belle complémentarité avec Japan Expo les années précédentes se fait ressentir. Néanmoins après deux ans d’absence, le plaisir de retrouver une Japan Expo immense et quand même riche en conférences et nombreuses animations est palpable, et nous avons hâte de la retrouver l’année prochaine, avec on l’espère beaucoup plus de choses à voir encore.

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.