Gamescom 2018 : On a vu Just Cause 4, nos impressions

Rico et son grappin reviennent avec une dose de folie supplémentaire.

D’épisode en épisode, la série Just Cause continue d’amasser un public toujours plus grand, désireux d’un jeu bac à sable où tout serait permis et où l’intérêt principal serait de s’autoriser toutes les folies. Just Cause 4 a certainement l’ambition d’être le pinacle de cela, avec de nouvelles possibilités complètement folles qui s’ajoutent à la grosse nouveauté du titre : les tempêtes climatiques. Durant la Gamescom, nous avons pu voir quelques minutes de jeu exclusives, durant lesquels les développeurs nous ont présentés les nouveautés de cet opus, qui promettent encore une fois une joyeuse dose de n’importe quoi.

Le royaume des tempêtes

Just Cause 4

On ne fera pas de tirade sur le scénario de Just Cause 4, qui n’a pas été présenté ici car le gameplay primait avant tout. La démo démarrait sur une grande colline où Rico et le joueur pouvaient avoir un bon aperçu de la taille de la map, bien plus grande que celle de Just Cause 3 mais aussi plus belle et plus riche, avec plusieurs biomes que l’on pouvait apercevoir au loin. Les montages enneigées côtoyaient les déserts ardents tandis que l’on pouvait voir à l’horizon une tornade se déchaîner près de ce qu’il semblerait être une forêt tropicale. Vous l’aurez compris, Just Cause 4 assume encore plus son aspect bac à sable aux multiples opportunités et vous fera voyager au sein de plusieurs climats, le tout sur la même île.

Malheureusement, nous n’avons eu que brièvement l’occasion de voir les fameuses tempêtes qui sont au coeur de ce quatrième épisode. Hormis la tornade que l’on voyait du coin de l’oeil, nous avons assisté à une tempête de sable, elle aussi au loin, lorsque Rico la survolait tranquillement dans son avion de chasse. En dehors de cela, c’est la tempête tropicale qui nous a été présenté, du moins un énorme orage avec une pluie diluvienne et le tonnerre qui grondait dans tous les sens. Cela nous a permis de constater qu’il ne valait mieux pas rester sans un abri sur la tête lorsque l’orage commençait à s’intensifier, car les éclairs pouvaient tomber à tout moment sur Rico s’il n’était pas assez rapide pour les éviter.

Sous le vent

Just Cause 4

Dans cette même séquence, nous avons pu découvrir une nouvelle arme qui pouvait justement permettre à Rico de tirer profit de cette tempête chaotique. Armé d’un fusil un peu particulier, ce dernier pouvait tirer des paratonnerres sur ses ennemis, laissant ainsi la foudre faire le sale boulot à sa place. Bien pratique tout en étant vraiment drôle à regarder, ce fusil ne sera pas la seule nouveauté. Plus tôt dans la démo, Rico avait la possibilité d’utiliser le Wind Gun, qui comme son nom l’indique, tire du… vent. Et croyez nous, ce fusil est un véritable couteau-suisse. Dans la séquence, on pouvait voir Rico s’en servir comme une arme basique, propulsant de gros courants d’air sur ces ennemis afin de les envoyer paître, mais aussi comme un moteur pour parachute. Alors qu’il était dans les airs, descendant tranquillement sur terre après avoir déployé son parachute, notre héros pouvait se retourner et tirer dans le vide, ce qui le propulsait dans la direction inverse. Les différentes armes qui seront à notre portée auront donc toutes sortes d’utilisation et vous permettront de faire tout ce qui vous passe par la tête.

Il vous faudra bien un arsenal comme celui-ci pour faire face aux menaces présentes un peu partout sur la carte. Lors de sa petit balade aérienne, Rico pouvait plonger au sein d’une grande bataille qui se déroulait dans un zone désertique, où deux camps s’affrontaient. Ces zones sont appelés les « Frontlines » et vous donneront l’occasion de participer aux joyeusetés en s’incrustant dans la bataille et renforcer le chaos qui s’en dégage.

Un mot enfin sur le grappin, véritable force de la série qui fait ici son retour dans une version encore plus complète (tout comme la wingsuit). Les options de customisation sont ici très nombreuses et les différentes utilisations promettent beaucoup d’actions totalement absurdes et géniales. Dans la démo, on voyait Rico se servir de son grappin pour coller des ballons volants sur une bonbonne de gaz, avant de lui mettre le feu et de lui monter dessus pour s’en servir comme une fusée. Dans une autre séquence, il utilisait ces mêmes ballons pour faire décoller un char et s’en servir comme un véhicule aérien complètement loufoque. L’environnement est modulable à votre guise et vous offrira souvent des réflexions du type « Ah, mais je peux vraiment faire ça ? ». Oui, vous le pouvez. Le panel d’options à votre portée est grand, et c’est sans doute le plus gros argument de ce Just Cause 4, qui va encore plus loin dans sa démarche.

Quelques réponses des développeurs

Nous avons pu poser quelques questions à deux développeurs italiens de Just Cause 4 lors de cette Gamescom 2018. Voulant en savoir plus sur ce nouveau jeu, ils nous ont tout d’abord expliqué pourquoi ils avaient choisi l’Amérique du sud : Il y’a de nombreuses raisons à cela, la première, c’est au niveau de la narration, nous voulions quelque chose d’un peu poussé. Dans cette histoire, les nouvelle aventures de Rico sont motivées par des intentions personnelles. Il ne fait pas ce qu’il fait à cause de ses amis par exemple. Car l’Amérique du sud, c’est aussi le passé de Rico. Deuxièmement, nous avions des besoins spécifiques pour le monde de Just Cause 4, des intentions spécifiques avec énormément de variétés. Si vous vous souvenez, Just Cause 3 était plutôt joli, surtout le paysage. Il y’a aussi le volcan si vous avez essayé de tourner autour (rires). Toutefois, avec cet opus nous sommes repartis de zéro, nous voulions un autre monde avec différents aspects, pour aller dans le désert, dans la forêt ect. Il y a très peu d’endroits dans le monde où l’on peut faire la transition d’un désert à une d’une forêt. Vous pouvez le faire en Amérique du sud ! On y retrouve également des références aux pays dont on s’inspire comme le Mexique pour le désert ou des petits bouts d’Argentine par exemple. Nous voulions aussi une terre qui soit fun pour la conduite. Voilà pourquoi l’Amérique du sud est un bon choix pour Just Cause 4.

De plus nous avons demandé plus de précisions sur la personnalisation du grappin, ainsi on apprend que les développeurs ont regardé énormément de vidéos Youtube de joueurs faisant différentes combinaisons sur Just Cause 3 (on apprend du même coup que le développement de Just Cause 4 a débuté bien après la sortie de Just Cause 3). Le booster, notamment, a été inspiré par ces fameuses vidéos. Grosso-modo, ils ont utilisé l’imagination des joueurs comme source d’inspiration. Ils ont pris ce que les joueurs préféraient pour les améliorer et les incorporer au cœur du gameplay. Autrement dit, il est toujours possible de faire n’importe quoi avec le grappin et même plus encore. Il ont également pris en compte les critiques de Just Cause 3 concernant l’IA qui manquait de punch. Just Cause 4 apporte donc plus de challenge mais le titre se concentre surtout sur ce côté où l’on peut faire ce que l’on veut dans un énorme terrain de jeu.

L'avis de l'auteur

Même si la démo présentée était sur des rails, j'ai pu me rendre compte que ce Just Cause 4 fourmillait d'idées et d'outils à la disposition du joueur pour qu'il joue comme il l'entend. Je n'ai malheureusement pas pu vraiment voir la grande nouveauté de cet opus, si ce n'est cet orage violent qui n'avait rien extraordinaire sur le fond en comparaison à une tornade géante. Dans tous les cas, ce titre sera assurément l'un des plus amusants à jouer et à regarder de cette fin d'année, même si les habitués de la série n'y trouveront pas d'énormes évolutions depuis le dernier opus.

Jordan

Cette preview a été réalisée à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

La note Bamboo
Actugaming Panda
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp