Test Yonder : The Cloud Catcher Chronicles : Notre avis sur la version Switch

Test Yonder : The Cloud Catcher Chronicles : Notre avis sur la version Switch

Après sa sortie sur PC et bientôt sur PS4, Yonder : The Cloud Catcher Chronicles débarque sur Switch. Ce mini Breath of the Wild sans violence pourrait bien être parfait pour la ludothèque Switch.

Avec le succès grandissant de la Switch, de nombreux éditeurs se précipitent pour bénéficier d’un marché juteux. Beaucoup s’en sortent plutôt bien et d’autres moins avec la précipitation ce qui engendre des problèmes d’optimisation. On vous rassure, ce n’est pas le cas ici.

Switch and Chill

Yonder : The Cloud Catcher Chronicles est un jeu d’aventure en open world mettant l’accent sur l’exploration et la détente. Après le naufrage de votre bateau vous conduisant sur l’île de Gemea, vous débarquez finalement sur cette île aux multiples environnements pour la parcourir tranquillement, tout simplement. Malgré une trame de départ qui laisse présager d’une aventure classique avec des méchants à combattre, il n’en est rien. C’est là toute l’originalité du titre de Prideful Sloth. Un jeu sans aucun facteur de stress qui vous laisse partir à l’aventure afin de vous relaxer. Le yoga des gamers en somme. Ainsi, il n’y a aucun ennemi à combattre, et il est même impossible de mourir. Seuls quelques amas de matières noirs viendront vous couper la route de temps à autre, il suffira de collecter un certain nombre d’esprits pour balayer tout ça. Yonder n’est pas pour autant dénué d’intérêt puisqu’il y a énormément de missions de toutes sortes à compléter.

Le craft est également une grosse composante du jeu avec énormément de recette à apprendre en récompense de l’accomplissement de ces quêtes. Nous avons même droit à un côté Harvest Moon (ou Stardew Valley plus récemment) avec l’obtention de fermes que l’on doit développer en y installant des potagers ou des enclos pour accueillir des animaux. La citation qui dit que l’important n’est pas la destination mais le voyage s’applique particulièrement ici puisqu’on n’en oublie presque le pitch de départ pour faire tranquillement son petit bonhomme de chemin. Un genre qui ne plaira pas à tout le monde et l’ennui peut vite prendre le dessus sur la détente, mais globalement il plaira beaucoup aux joueurs occasionnels et même aux gros gamers qui pourront profiter d’un petit moment de béatitude entre deux sessions plus violentes.

Pour plus de précisions, on vous conseille vivement notre Test de la version PC.

Quid de la version Switch

Malgré une petite baisse indéniable de la qualité graphique, nous sommes devant une production très fidèle de la version PC. Il faut dire que Yonder n’était pas une claque de base, mais le côté mignon et la direction artistique, notamment au niveau des décors, fait toujours son petit effet (il y a d’ailleurs un mode photo sympathique). En revanche, on retrouve les petits ralentissements intempestifs de cette même version PC. Pas de quoi vous pourrir l’expérience de jeu, toutefois ils sont quand même visibles. Malgré de gros menu, nous n’avons pas vraiment de gros soucis d’ergonomie, pas plus que sur PC en tout cas.

Les amoureux du mode nomade vont être ravis, en effet la version portable est un magnifique cache-misère étant donné que sur grand écran, les textures qui font tâche sont bien plus voyantes. Un titre parfaitement adapté à cette option histoire de se détendre un moment dans le canapé. Yonder : The Cloud Catcher Chronicles (comme Stardew Valley par exemple) fait partie de ces jeux se mariant parfaitement avec le mode nomade de la console.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *