Test Aragami : Shadow Edition : Que vaut cette nouvelle version d’Aragami ?

Test Aragami : Shadow Edition

Sorti il y a maintenant deux ans sur PC et PS4, Aragami débarque de nouveau via une Shadow Edition. Cette version regroupe le jeu de base en sus de l'extension, et qu'apporte réellement cette dernière ?

Le titre était jadis sorti sur PC et PS4 en 2016, et il aura fallu quand même attendre plus de deux ans pour voir le titre de Lince Works débarquer une bonne fois pour toute sur la Xbox One. Intitulée Aragami : Shadow Edition, cette version sera disponible officiellement le 5 juin prochain sur PC, PS4 et Xbox One. Cette nouvelle version d’Aragami contenant l’extension Nightfall est-elle dispensable, ou à se procurer absolument pour ceux n’ayant jamais fait le soft jadis ?

L’extension Nightfall vaut-elle le détour ?

Test Aragami : Shadow Edition

Il faut bien avouer que si cette Shadow Edition d’Aragami est sortie, c’est surtout pour permettre aux joueurs de bénéficier de l’extension Nightfall qui sort demain. Concrètement dans un premier temps, où se situe cette extension chronologiquement parlant ? Et bien, il s’agit justement d’un préquel d’Aragami, nous permettant d’incarner soit Shinobu, ou bien un certain Hyo, qui sont tout les deux des ninjas de l’ombre, comme le fameux Aragami du jeu original. Ces derniers auront pour objectif d’empêcher un rituel, qui vise à sceller définitivement Kamiko, l’impératrice des ombres.

Très honnêtement, le scénario est finalement une assez grosse déception ces quatre chapitres durant. Même si le chara design de Shinobu et Hyo est en soi plutôt cool, Aragami : Nightfall se rate complètement quand il s’agit de faire la passerelle entre ce préquel et le jeu de base. Effectivement, même si on se doute logiquement de la fin, on se rend compte que les développeurs l’ont un peu trop vite expédié, sans prendre le temps d’expliquer les choses un peu plus clairement.

C’est une énorme désillusion de ce côté-là, car le jeu de base proposait une narration bien mieux ficelée. Et pour continuer dans la déception, on pourra pester que le soft soit assez rachitique en termes de nouveautés dans cette extension. Effectivement, hormis trois nouveaux pouvoirs mis à disposition pour nos deux nouveaux protagonistes que l’on peut contrôler en solo comme en coopération en ligne, c’est tout ce qu’il y a à se mettre sous la dent. Vous pourrez vous amuser à utiliser des kunaïs explosifs sur les ennemis, donner l’ordre à Shinobu ou Hyo d’éliminer un ennemi à distance, ou encore la grenade des ombres, qui étourdira les ennemis pour pouvoir les tuer en toute discrétion.

Du coup, pour le reste, on retrouvera strictement les mêmes mécaniques de gameplay qu’Aragami – dont notre test est à lire à cette adresse -, à savoir une jouabilité où vous devrez systématiquement rester dans l’ombre afin de ne pas être vu, et bien évidemment pour recharger vos pouvoirs dont la téléportation, ainsi que cacher les corps dans l’ombre. Une autre chose nous a également déçu, c’est le peu de différences de gameplay qu’il y a entre les deux héros d’Aragami : Nightfall.

Excepté les animations des éliminations ou la gestuelle de nos personnages qui changeront un peu, la façon de jouer restera strictement la même. De plus, toutes les compétences que l’on devait durement acquérir en chopant des parchemins dans le soft sont d’ores et déjà acquises dans l’extension, et c’est bien dommage. Mais bon d’un côté, les quatre chapitre du préquel se bouclent en seulement trois petites heures en difficulté normale, avec une rejouabilité qui peut être tout juste assurée grâce au mode coopération en ligne plutôt sympa.

Côté level-design, on sent clairement un recyclage dans la construction comme dans les décors. Là où le jeu de base nous proposait une construction sympathique, cette extension n’innove pas et on se retrouve avec pas mal de décors du jeu original et un peu de variété n’aurait pas pu lui faire du mal. Certes, il y a deux chapitres qui changent un peu de paysage, mais ce n’est pas assez et le côté un peu répétitif des objectifs est encore présent. Même constat comme l’I.A. qui est parfois totalement à la rue et qui réagit une fois sur deux. Mais ne soyons pas trop mauvaise langue, car la direction artistique est de nouveau aussi charmeuse, avec ce style cel-shading vraiment agréable à l’œil.

Vous l’aurez compris, pour une extension qui sera sûrement tarifée à 9.99 € si vous l’achetez séparément, la déception est de taille. Il y avait en effet beaucoup mieux à faire pour apporter un vent de fraîcheur, et pourquoi pas corriger quelques soucis de rigidité dans le gameplay. Malheureusement il n’en est rien, et on reste sérieusement sur notre faim finalement… Cela dit, les mécaniques fonctionnent toujours, mais Lince Works aurait dû se creuser la tête pour rajouter de nouvelles features plus intéressantes.

Qu’apporte finalement Aragami : Shadow Edition ?

Test Aragami : Shadow Edition

Mis à part le jeu de base ainsi que l’extension plutôt décevante, c’est pratiquement tout ce que vous retrouverez, à quelques exceptions près. Effectivement, les joueurs pourront retrouver les DLC qui sont sortis jadis. Mais, pour le reste, il faut bien avouer que c’est tout ce que vous pourrez obtenir dans cette Shadow Edition. Pour le coup, l’intérêt risque d’être bien moindre pour les joueurs possédant déjà le soft, mais pourrait en revanche être une assez bonne affaire pour les joueurs qui voudraient découvrir l’univers.

Pour terminer, que vaut l’optimisation du soft et le côté graphique du soft, en particulier sur la version PS4 que nous avons testée ? Et bien, on ne peut pas forcément dire que le tout soit un exemple d’optimisation sur la console de Sony. Même si le jeu reste tout à fait jouable, force est de constater que le titre passe souvent en mode freeze quand le titre sauvegarde dans la plupart des zones ou se tape quelques baisses significatives de FPS à certains endroits. Les baisses de framerate surviennent assez fréquemment quand il y a trop de choses à afficher, avec parfois quelques bugs d’I.A. pas forcément très agréables à voir.

Pour le visuellement parlant cependant, il y a assez peu de différences comparativement à la version PC. Il y a un peu d’aliasing à signaler sur PS4 standard mais le reste du temps, le style cel-shading fait globalement le boulot avec quelques beaux effets. On pestera en revanche sur des arrières-plans assez en retrait et l’on restera de marbre quand au mixage sonore des bruitages, vraiment trop étouffés comme certaines musiques qui se déclenchent quand cela n’a pas lieu d’être.

En définitive, et on va mettre les choses aux clairs pour le coup : si vous avez déjà joué au jeu de base, sachez que la Shadow Edition d’Aragami ne sera pas faite pour vous. Elle n’apporte que peu de choses en matière de nouveautés, si ce n’est l’extension Nightfall, assez décevante, courte, et surtout relativement dispensable car il y a du recyclage sur le gameplay, les décors, mais aussi une narration trop poussive et pas vraiment exploitée. A contrario, pour les nouveaux venus sur le soft, sachez que cette version d’Aragami sera en revanche un très bon plan, surtout qu’elle compile tout le contenu sorti jusqu’à présent, dont certains DLC sorti sur PC. Cela vous permettra de découvrir qui plus est ce jeu d’action et d’infiltration jouant avec les ombres, avec un petit côté japon féodal en cel-shading relativement réussi. La version PS4 standard toussote un peu côté optimisation mais n’ayez crainte, le titre reste jouable. Très honnêtement, si vous n’avez pas encore fait le titre, foncez sur cette Shadow Edition sans hésiter. Quant aux autres, à vous de voir si vous voulez aussi tester l’extension dans le doute, mais on vous aura prévenu sur sa qualité.

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp