Le Meuble à Jeux #75 : Tales of Glory

Le Meuble à Jeux #75 : Tales of Glory

Cette fois-ci dans le Meuble à Jeux, direction une folle histoire d’aventure et de prestige avec Tales of Glory, le jeu d’Ankama.

Vous le savez, le Meuble à Jeux est toujours en quête de moult péripéties à vous présenter. Nous avons déjà eu l’occasion de passer en revue une quantité assez impressionnante de jeux de société et nous n’allons pas nous arrêter en si bon chemin. Pas plus tard que ce lundi, nous vous parlions de Bad Bones et nous sommes désireux de vous montrer encore autre chose en ce délicieux jeudi. Alors soyez prêts, car nous allons plonger dans l’univers d’Ankama avec le très prometteur Tales of Glory.

Car oui, Tales of Glory est un jeu édité par le studio Ankama, ceux derrière pléthores de titres intéressants comme Brothers. Mais ce titre n’est pas le sujet donc revenons tout de suite à la proposition de Romain Chastan, l’homme derrière ce soft. Et le tout commence très bien puisque l’on peut observer le nom de Miguel Coimbra sur la boîte. L’homme qui a travaillé sur 7 Wonders et Oulive revient pour s’occuper des illustrations de Tales of Glory. De quoi proposer un travail d’orfèvre !

Mais au final, cela ne vous en dit pas plus sur la qualité globale de cette nouvelle quête. Alors plongeons un peu plus dans le détail de cette aventure sur table !

Une histoire de tuiles

Tales of Glory - Test

Dans Tales of Glory, les joueurs sont des héros qui partent à l’aventure. Il s’agira d’une quête de 10 ans servant à prouver leur valeur. Chaque joueur incarne donc un héro, qu’il choisira parmi les cinq proposés, à savoir le Paladin, le Chaman, le Barbare, le Voleur et le Mage. Chacun prendra donc le rôle de l’un d’entre eux pour dix longues années, soit dix tours de jeu.

Chaque personnage fera commencer le joueur avec des ressources différentes et son but sera alors d’engranger le plus de prestige possible tout au long de ces quelques tours de jeu. Si l’on parle de ressources, la plupart d’entre vous penseront d’abord à du fer ou du bois. Mais il n’en n’est rien ! En effet, il est plutôt question de deux types de ressources : les compétences et les consommables. Pour les premiers, c’est dans le classique. On y retrouve la magie et la force, tandis que la seconde catégorie reprend les potions ou la monnaie. Les deux servent à la même chose : acheter des tuiles.

Ces tuiles, ce sont un peu votre terrain de jeu. Six à huit sont à disposition des joueurs à chaque tour. Chacun peut alors payer le coût de la tuile désirée et l’ajouter à sa zone de jeu. Assez simple, ce processus demande malgré tout que votre nouvelle acquisition se connecte à au moins une tuile déjà en votre possession. La réflexion et un soupçon de stratégie sont donc nécessaires. Chacune d’entre elles est différente et régie par des informations différentes. On y retrouve un lieu, un monstre, un personnage ou d’autres éléments importants dans la vie d’un aventurier. Bien évidemment, on peut aussi y lire son coût, les bonus qui découlent de sa possession ainsi que les connecteurs (offrant des bonus) disponibles.

Comme déjà indiqué, c’est bel et bien celui ayant accumulé le plus de prestige qui remportera la partie. Dès lors, en fin de partie, il ne peut y avoir qu’un gagnant (enfin en théorie), celui qui aura été l’aventurier le plus prestigieux.

Pour ce faire, le choix des tuiles devra être bien pensé si vous désirez éviter de vous tirer une balle dans le pied. Pour cela, un tour de choix a lieu, ou chacun décide en secret quelle tuile il désire prendre. Dans cette optique, tout le monde prend une carte numérotée pour indiquer l’objet de sa convoitise et tout le monde dévoile le numéro en même temps. Si une carte est contestée par plusieurs joueurs, c’est le premier dans l’ordre des tours qui l’emporte et le second peut alors tenter d’en obtenir une autre durant un second tour. Les joueurs pourront ensuite payer le coût de la tuile et l’ajouter à leur zone de jeu ou tout simplement s’en débarrasser pour obtenir une pièce, une potion et une clé en échange de ce sacrifice.

Enfin, il s’agira de renouveler les tuiles présentent sur le terrain de jeu et recommencer durant une dizaine de tours pour élire le meilleur aventurier.

Bien plus compliqué qu’il n’y paraît

Tales of Glory - Test

Si les règles sont très simples, c’est avant tout pour permettre à n’importe qui d’aborder ce jeu. En plus, cela promet des tours rapides et des parties sans trop de prise de tête. Bien entendu, l’aspect réflexion et stratégie est présent à chaque seconde et il ne faudra pas se lancer dans Tales of Glory en se disant qu’il ne s’agit que d’un simple jeu sans aucune complexité.

En effet, la gestion des ressources amène une réflexion quant au choix de vos tuiles puisque chacune a un coût. Entre rentabilité et optimisation il faut donc prendre une décision. Les bonus de tuiles sont aussi à prendre en compte dans le décompte final et vous devrez donc choisir en prenant ce point en compte. Sans parler d’un autre aspect tout aussi vital : les points de ressources. Des points bonus liés aux ressources de chaque joueur. De quoi vous faire réfléchir longuement pour savoir quelle action effectuer afin de vous renforcer, sans risquer de vous déforcer sur le long terme. Dès lors, au-delà de chercher à obtenir de bonnes tuiles, il vous faudra miser sur des tuiles qui sauront, ensemble, vous faire gagner un maximum de points. Après tout, l’union fait la force.

Vous l’aurez compris, Tales of Glory est un jeu qui vous plonge dans un dilemme permanent, celui d’économiser ou de foncer tête baissée pour tenter d’augmenter votre prestige. Cette production fonctionne aussi bien à trois joueurs qu’à cinq. Malheureusement, nous n’avons pas eu l’occasion de tester pour vous la variante à deux joueurs, même s’il ne fait aucun doute qu’elle fait mouche aussi. Néanmoins, les règles sont les mêmes quelque soit la grandeur de votre groupe, ce qui permet une certaine aisance pour retenir les règles à mesure que votre troupe évolue entre deux parties.

Un autre élément très plaisant est que les joueurs peuvent se bloquer entre eux, avoir une influence sur le développement de la partie des autres. En effet, si vous voyez que la tuile numéro 3 serait très utile au joueur après vous, vous pourriez très bien la prendre pour bloquer sa progression ou l’empêcher d’optimiser correctement son jeu. Pas forcément une attitude fort amicale mais ça pourrait très bien vous permettre de freiner vos adversaires et vous aider à atteindre la victoire. Bien entendu, l’inverse est tout aussi possible et vos amis pourraient très bien vous bloquer à leur tour. Vient alors la nécessité de rebondir très vite et d’avoir toujours une alternative en tête. Après tout, rien ne se passe jamais comme prévu quand vous partez à l’aventure !

Et, pour embellir encore plus le tableau, nous pouvons revenir sur la qualité du matériel qui n’a rien à envier aux autres productions du studio français. Ankama propose une production de qualité, tant dans les visuels que dans la résistance et la beauté des matériaux. Si le prix peut se montrer un peu plus élevé que les autres produits du même marché, on peut dire que le travail minutieux de l’équipe derrière le projet justifie son prix.

Pour qui s’adresse Tales of Glory ?

Tales of Glory - Test

Si Tales of Glory brille par sa composante artistique et par ses règles simples mais tout aussi profondes, bien d’autres éléments sont à prendre en compte quand on songe à passer à la caisse. Pour les aventuriers dès 10 ans, le titre d’Ankama est à destination des groupes désireux de se lancer dans une quête pouvant aller jusqu’à l’heure de jeu. Adoptant une forme de chacun pour soi, le goût pour l’aspect compétitif est aussi nécessaire. En effet, vous devrez élaborer des plans qui vous permettront d’atteindre les sommets, tout en faisant en sorte que vos concurrents ne sachent pas vous suivre.

Ne demandant aucune préparation préalable, la façon dont le jeu a été conçu permet d’y jouer dans à peu près toutes les situations et tous les lieux. Comptez malgré tout qu’il vous faudra un minimum de place pour pouvoir y déposer les tuiles de jeu, surtout dès que vous atteindrez quatre joueurs, moment où la place requise augmentera drastiquement. Avec une qualité des matériaux de bonne qualité, le jeu devrait pouvoir vous accompagner quelques années sans faiblir alors profitez en.

Acheter Tales of Glory sur la boutique Philibert

Pour conclure, nous pouvons dire qu’Ankama grossit son catalogue avec un titre de grande qualité. Visuellement superbe, bien pensé et bien fignolé, Tales of Glory est un très bon jeu alliant stratégie et gestion. Simple d’accès mais pouvant rapidement devenir plus complexe, il saura amuser vos amis pour des parties d’approximativement 45 minutes. Fun et pour tous, il s’agit d’un titre qui saura ravir grands et moins grands tout en donnant l’envie de rejouer plusieurs parties. Foncez !

Le Meuble à Jeux #75 : Tales of Glory 1

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des