Final Fantasy Memorial Ultimania: Présentation du livre de chez Mana Books

Final Fantasy Memorial Ultimania: Présentation du livre de chez Mana Books
Plus de 20 ans après leur sortie, Final Fantasy VII, VIII et IX continuent de passionner les joueurs. Square Enix a donc choisi de faire plaisir aux fans de la licence en recoupant toutes les informations possibles dans une encyclopédie extrêmement complète.
Temps de lecture : 6 min.

Quelques jours avant la sortie du second volume aux éditions Mana Books, il est bon de découvrir le premier tome de L’Encyclopédie Memorial Ultimania dédié à Final Fantasy. Celui-ci se concentre sur les épisodes emblématiques sortis sur PlayStation: Final Fantasy VII, Final Fantasy VIII et Final Fantasy IX.

Depuis les années 1990, Final Fantasy n’a cessé de combler (ou décevoir parfois) les fans. Considéré comme une des plus grandes sagas de RPG japonais au même titre que Zelda ou Dragon Quest, il semblait normal de lui consacrer une presque bibliothèque entière. Et c’est chose faite grâce au travail acharné de l’équipe de rédaction de BentStuff qui a produit un travail colossal d’écriture et de rassemblement archives.

Une source documentaire hors du commun

Encyclopédie Memorial Ultimania

Une chose est certaine concernant cette œuvre : elle mérite entièrement le titre d’encyclopédie. C’est bien simple, il s’agit d’un incontournable pour tous les fans des opus PlayStation. Personne n’est sans savoir que Final Fantasy VII, Final Fantasy VIII et Final Fantasy IX sont considérés par beaucoup comme la Triforce de la saga de J-RPG de Square Enix tant ils ont eu un succès international sur la console de Sony, comptabilisant plus de 25 millions de ventes à eux trois.

Ainsi, pour créer L’Encyclopédie Memorial Ultimania l’équipe de BentStuff et Square Enix sont allés très loin et ont compilé absolument tout ce qui est nécessaire à la compréhension de ces œuvres et de leur développement. La recherche documentaire est absolument titanesque dans ce livre de 317 pages, soit plus de 100 pages par épisode. On retrouve ainsi trois grandes parties, chacune se concentrant sur un seul jeu, toujours avec la même structure. Ainsi, après une brève présentation du jeu comprenant les différentes jaquettes selon les éditions ainsi que les dates de sortie, on a le droit à quelques pages d’illustrations signées Yoshitaka Amano pour se mettre dans le bain.

Puis on rentre dans le vif du sujet avec une présentation succincte de l’histoire puis des personnages à l’aide d’un arbre généalogique assez bien fichu (à ne pas regarder si vous n’avez pas joué au jeu, spoil oblige !). Après ça, le livre propose une présentation en détail de chaque personnage, avec nom, âge, groupe sanguin (oui oui, même ça c’est là) et autres informations plus ou moins utiles, accompagnées de nombreuses citations, photos, et surtout croquis.

En effet, la force de L’Encyclopédie Memorial Ultimania est de proposer au fan un véritable voyage dans le parcours de création des œuvres citées. On retrouve donc les tous premiers croquis des personnages et leur voyage jusqu’à leur design définitif, de quoi se rendre compte du véritable travail de création des designers. On peut d’ailleurs saluer par exemple les petites annotations du croquis de Cloud déguisé en fille précisant que sa robe est rembourrée au niveau de la poitrine.

Enfin on peut rajouter à ça les screenshots in-game de certaines scènes mémorables vécues par ces mêmes personnages. Ce qu’il est intéressant de souligner d’ailleurs, c’est que même les personnages secondaires, voire TRÈS TRÈS secondaires ne sont pas en reste, comme, au hasard, le sage Chocobo de Final Fantasy VII ou bien le cuisinier du château d’Alexandrie de Final Fantasy IX. Presque chaque personnage disposant même d’une ligne de dialogue en plus de son croquis et de sa citation. Un bien beau principe d’égalité qui est bénéfique aux  oubliés de la série.

L’ouvrage le plus complet existant

Encyclopédie Memorial Ultimania

Et vous croyez que ça s’arrête là ? Bien sûr que non, ce n’est même que le début. Car un gros morceau est à venir. Nous avons en effet droit après ça à une présentation complète du monde dans lequel se déroule le jeu vidéo visé. Cela commence par une simple carte du monde, pour se détailler sur plusieurs pages avec chaque lieu visité et toujours des croquis et réalisations annotées et parfois très précises. Mais cette découverte du monde ne s’arrête bien évidemment pas à quelques lieux, les monstres sont bien sûr de la partie.

Alors, bien entendu, connaissant le bestiaire extrêmement fourni de Final Fantasy, tous les monstres ne sont pas détaillés. Néanmoins, les plus importants seront de la partie encore une fois. On peut aussi bien y retrouver des boss que des monstres récurrents (Tomberry, Squelette) ou des monstres qu’on ne retrouve qu’une seule fois dans le jeu (Jason, Grand troufion). A noter que malheureusement, cette partie Monstres est légèrement plus fournie pour Final Fantasy VII que pour les deux autres opus.

Enfin, pour terminer en beauté cet immense amas documentaire, on retrouve toute une partie dite de « bonus ». Alors certes, bonus est un terme qui peut s’employer pour tout, et il semble probable que Square Enix voulait éviter de faire quatorze parties par chapitre. On peut donc retrouver dans ces bonus de très nombreuses choses telles que les moyens de transport, y compris ceux que le joueur n’utilise pas, mais qui sont présents dans le jeu, les invocations ainsi que les storyboards (encore une fois annotés). Concernant ces story boards, même eux sont divisés par fonction. On retrouve donc les storyboard d’invocation, de limites, d’action, de cinématiques etc.. On peut également retrouver l’évolution des logos, des armes, des éléments de décor.

Bref L’Encyclopédie Memorial Ultimania est EXTRÊMEMENT complète. Et ceux qui s’intéressent de très près aux secrets de la saga ne seront pas en reste puisque les concepts écartés sont également répertoriés ainsi que les images de début de développement, donnant une idée de ce que les jeux auraient pu être s’il n’y avait pas eu de modifications en cours de route. Tout a été mis à disposition du joueur, y compris les cahiers des charges, entièrement traduits en français, ce qui est assez agréable pour être souligné.  On peut dire que l’équipe de rédaction a choisi de ne pas faire le travail à moitié, pour le plus grand plaisir des lecteurs.

Enfin, comme pour conclure de façon magistrale cet ouvrage, les créateurs ont tous rajouté un mot pour fêter les 25 ans de la saga Final Fantasy, partageant leurs souvenirs et leurs sentiments concernant cette saga emblématique. Une bien belle façon de rendre hommage à leur propre œuvre.

Acheter Final Fantasy: L’Encyclopédie officielle Memorial Ultimania

L’Encyclopédie officielle Memorial Ultimania est un ouvrage indispensable à toute personne réellement passionnée par la saga Final Fantasy. La précision et l’exhaustivité des centaines de documents regroupés dans ce livre sont tout bonnement impressionnants et sauront contenter chaque personne passionnée ou simplement curieuse. Un véritable must have en somme.

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp