Nos ressentis sur l’année 2020 : l’avis de Matheus

12 ressenti illustration matheus 1

Cela fait maintenant plus de six ans que je donne mon avis chaque année, et il faut dire que cette année 2020 a été la plus pourrie de toute ma vie. Pour quelle raison ? Principalement à cause de ce satané contexte sanitaire qui a mis le monde entier sens dessus dont l’industrie vidéoludique, qui a été contrainte de s’amputer d’événements prestigieux comme l’E3 et la Gamescom, obligé de jouer la carte du tout numérique à notre grand dam.

Mais bref, au-delà de cette parenthèse sanitaire, cela ne m’a absolument pas empêché d’y trouver quelques perles vidéoludiques, dans des licence nouvelles comme déjà connues du grand public. Il est donc temps pour moi de vous donner un aperçu assez général de cette année 2020, et surtout d’effectuer un bilan sur cette génération PS4/Xbox One.

Mes tops de cette année 2020

Cette année 2020 aura été particulièrement riche en productions vidéoludiques, du côté des AAA comme des titres indépendants. Sans plus tarder, focus sur mes tops de cette année, et il y a du sale, du cyberpunk (pas le 2077 évidemment), et de la créativité à son paroxysme.

DOOM Eternal

DOOM Eternal

Quand je disais du sale, c’était forcément DOOM Eternal, la suite du DOOM de 2016. C’était un titre que j’attendais comme un petit fou, et je n’ai absolument pas été déçu par la qualité finale, au-delà de mes attentes. Le jeu est d’ores et déjà plus beau que le premier, encore plus brutal, tout en apportant une touche de dynamisme dans les gunfights, terriblement épuisants. Ces derniers sont épuisants car le soft vous prend à la gorge et vous force à rester en mouvement et surtout utiliser les bonnes armes au bon moment pour vous sortir de ces combats en arènes, complètement dingues.

J’ai aussi beaucoup aimé les diverses séquences de plateformes qui varient le tout. Les combats de boss sont eux aussi complètement énormes de bout en bout, impressionnants et notamment ponctués par une musique métal électro qui m’a envouté tout le long, et merci à Mick Gordon pour cette soundtrack d’enfer. Globalement, c’est un excellent DOOM comme la première partie du DLC qui est sorti cette année, qui n’augure que du bon pour la seconde partie que j’attends en 2021, et qui promet une pointe de narration vraiment plaisante, et approfondissant le lore de DOOM.

Ghostrunner, le cyberpunk puissance Mirror’s Edge et Hotline Miami

Ghostrunner

Dans l’ambiance totalement cyberpunk, ce sera la petite perle indépendante nommée Ghostrunner. Je l’avais déjà aperçu avant sa sortie, j’avais aussi joué à sa démo, et il était évident que le titre allait être une bombe. Cela fût inévitablement le cas que ce soit dans sa direction artistique cyberpunk exceptionnelle, comme dans son gameplay qui jongle avec les genres – Hotline Miami qui rencontre Mirror’s Edge -.

Beaucoup de personnes ont trouvé des longueurs inutiles pour rallonger la durée de vie du jeu, mais j’ai trouvé en fait l’ensemble relativement cohérent. Clairement, même le level-design l’est tout autant, le jeu est techniquement impressionnant comme sa direction artistique, et la narration, même si cette dernière est prévisible. Le gameplay est lui aussi aux petits oignons où une erreur vous punit instantanément, et cela donne un côté hardcore frustrant certes, mais tellement jouissif quand on réussit. Une petite bombe de cette année 2020 pour ma part.

Dreams, le jeu/outil de création qui laisse rêveur

Dreams

Et pour la créativité à son paroxysme, il y a ensuite Dreams. Je vais la faire courte sur ce troisième top, car il faut dire que le titre de Media Molecule est particulier. Il y a certes un  »mode histoire », mais cela ne sert qu’à montrer en globalité ce qu’il est possible de faire en matière de création. Et il faut dire qu’il y a des infinités de possibilités sur ce titre, avec un outil créatif complet, profond, et surtout très puissant dans la mesure où l’on peut créer tout et n’importe.

Bien sûr, on a pu voir des clones de Sonic et Mario à foison en création, mais cela a permis à plusieurs créateurs en herbe d’y aller de leur créativité, et de créer des choses folles. Qui plus est, Dreams est indéniablement un jeu/outil de création qui permettra à certains d’ouvrir des portes dans le monde du développement, le titre étant un véritable tremplin pour se faire embaucher par divers développeurs. Grosse surprise pour ce titre dont je suis tombé amoureux avec son univers tellement chill et rêveur.

Mes Flops de cette année 2020

Il y a eu aussi des flops cette année, et ce n’est clairement pas beau à voir. Les voici ci-dessous, et je ne m’attendais pas à ce que ce soit aussi pire que ça.

XIII Remake, le remake de la honte

XIII Remake

S’il y avait un jeu que j’attendais en particulier, c’était XIII Remake. Les trailers m’avaient déjà laissé de marbre sur pas mal de points, et le jeu final a confirmé mon sentiment à son sujet : c’est très mauvais. Dans la technique en passant par un gameplay dénué de sensations, pétri de bugs hallucinants et même des scripts qui se déclenchent pas, XIII Remake est un désastre. Le soft s’est même fait bombardé à n’en plus finir sur Steam par des commentaires ultra négatifs, c’est dire…

J’en viens encore à me demander comment Microïds a pu sortir le jeu dans cet état et en toute connaissance de cause ? C’est une excellente question, et même si les conditions de travail étaient grandement limitées à cause du Covid certes, cela n’excuse absolument pas tout, et même le studio PlayMagic aurait dû avoir la décence de sortir le jeu plus tard. Au lieu de ça, le titre a provoqué la colère des joueurs, et il est certain que les jours de XIII pour une suite probable sont malheureusement comptés après cette catastrophe sans nom.

Serious Sam 4 : Qu’est-il arrivé à Croteam ??

Serious Sam 4

Voilà encore un exemple tout aussi criant d’un titre qui est sorti bien trop tôt. Optimisation foireuse au lancement, technique outrageusement datée, gameplay qui manque d’impact et de peps, de nouvelles séquences de jeux en mecha ou véhicules dispensables… Non, Serious Sam ne va absolument pas bien, il est même à l’agonie tout court. La descente aux enfers avait déjà commencé sur Serious Sam 3 : BFE qui adoptait alors un style graphique beaucoup plus photoréaliste que Serious Sam 2, qui disposait d’une esthétique cartoon qui correspondait au ton du soft.

On voit aussi la manque d’inspiration de Croteam qui n’a aucun scrupule en reprenant des environnements du troisième opus dans les premières heures de jeu… Bref, et même si la bande-son est toujours au top, que l’on garde l’essence d’un Serious ou disposant toujours d’un humour potache et avec quelques référence sympas, il n’y a pas grand-chose pour la sauver du naufrage. Les craintes peuvent donc se comprendre s’il y a un potentiel remake de Serious Sam 2

Croteam prend un très mauvais chemin depuis Serious Sam 3 : BFE, et il est grand temps que les développeurs croate en finissent avec cette franchise. A voir sur les prochains Serious Sam si la leçon a été retenue car pour l’heure, le studio doit se remettre en question. Espérons que Croteam fasse marche arrière et s’en remette au style graphique cartoon de Serious Sam 2, qui reste d’ailleurs à mon sens le deuxième meilleur titre de la franchise, le Serious Sam : The Second Encounter restant clairement dans le haut du panier.

Bilan PS4/Xbox One : Satisfaisant dans l’ensemble ?

God of War

A l’heure de la sortie de la PS5 et Xbox Series X, il est temps pour la PS4 et la Xbox One de passer le flambeau. Pour ma part, ce fut une génération satisfaisante. Il est vrai qu’il y a eu un début assez timide avec pas mal de remasters en pagaille (coucou les The Last of Us et God of War Remastered), mais avec quand même des jeux de lancement déjà bluffants techniquement avec Infamous: Second Son et Killzone: Shadow Fall.

D’ailleurs, ce n’est que deux ans après le lancement de la PS4 et la Xbox One que l’on retrouve des jeux encore plus aboutis techniquement. C’est justement à partir de là que j’ai vraiment pu voir le gros potentiel de ces deux consoles du côté des Forza, Gears of War, comme dans les nouvelles franchises de Sony – The Order: 1886 voire Until Dawn aussi qui m’avaient mis une sacré baffe.

En parlant technique, il y a eu aussi ces consoles mi-génération – PS4 Pro et Xbox One X-. Une chose qui m’a particulièrement choqué juste trois ans après le lancement de la PS4 et la Xbox One à l’époque. En effet, j’avais trouvé ces annonces de consoles pas particulièrement pertinentes, et forçant le joueur à racheter quand même une console à 400 € pour avoir le HDR, le mode performance ou qualité, un peu plus de fluidité sur divers jeux voire une résolution et technique meilleure.

Toutefois, outre cette petite parenthèse, cela ne m’a pas empêché de découvrir des jeux particulièrement marquants comme Uncharted 4: A Thief’s End, God of War, Rime, DOOM, Dishonored 2, Prey ou même God of War. La VR a également fait son entrée franche sur le marché en 2016 avec notamment le PSVR, l’Oculus Rift ou le HTC Vive. J’ai retrouvé d’ailleurs des titres excellents comme Farpoint, Firewall: Zero Hour, The Walking Dead: Saints & Sinners, Astro Bot: Rescue Mission voire Blood & Truth.

Bien entendu, le point noir était qu’au début de la VR, il y avait quand même beaucoup de jeux à la durée de vie courte, et avec énormément de motion sickness. Mais par la suite, cette technologie a su au fur et à mesure s’améliorer. De ce fait, j’ai pu découvrir énormément de titres encore plus longs à jouer, mieux optimisés pour éviter le motion sickness, et qui ont réussi à percer sans précédent dans le cœur des joueurs.

En résumé de ce bilan, même s’il y a eu ces débuts timides le temps de faire la transition avec la PS3 et Xbox 360, cette génération a continué de progresser sans cesse. Cette dernière a proposé effectivement de plus en plus de titres marquants, impressionnants voire originaux, le côté original provenant en grande partie des productions indépendantes, qui n’ont jamais cessé de nous surprendre et d’être nombreux !

Désormais, reste à voir ce que donneront ces PS5 et Xbox Series X, même s’il y a fort à parier que comme la génération précédente, il faudra attendre à minima 2 voire 3 ans avant d’avoir de véritables révolutions graphiques et de nouvelles franchises fabuleuses. J’espère sincèrement qu’il n’y aura pas de consoles mi-génération ce qui j’en suis sûr, arrivera malheureusement.

2021, un monde meilleur et des jeux de qualité à la pelle ?

Ghostwire Tokyo

On termine avec cette année 2021. Globalement, quelles sont mes attentes ? Déjà, nous allons voir comment cette situation sanitaire évolue, et si cela ne va pas retarder encore plus les sorties prévues de certains titres. En titre principaux que j’attends, il y a déjà God of War 2, même si cela m’étonnerait qu’il sorte en 2021. Par la suite, il y aura également ce Back 4 Blood ou autrement dit, le Left 4 Dead 3 de Turtle Rock Studios que l’on aurait dû avoir, et qui s’annonce déjà très prometteur après l’alpha fermée qui a eu lieu.

Et pour terminer, j’ajouterai à cela Evil Dead: The Game, le nouveau bébé de Saber Interactive qui avait sorti un World War Z loin d’être ridicule, ce qui me rassure. Enfin, je terminerai en ajoutant des titres à la volée comme Ghostwire: Tokyo qui m’intrigue beaucoup, Far Cry 6 qui je l’espère sera aussi bon qu’un Far Cry 3, mais aussi Ratchet & Clank: Rift Apart, qui devrait être toujours aussi charmeur. Voilà pour mon ressenti de cette année 2020, et on se donne rendez-vous pour une année 2021 je l’espère bien meilleure que cette année 2020 très – voire trop ? – particulière.

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.