Nos ressentis sur l’année 2016 : L’avis de Zedd

Nos ressentis sur l’année 2016 : L’avis de Zedd
Alors que l’année 2016 nous offre les dernières pages de son livre, l’épilogue a déjà commencé. Une année faste concernant l’univers vidéoludique, qu’ai-je retenu ? Voici donc mes ressentis de l’année qui se termine ainsi que mes attentes pour « l’après ».
Temps de lecture : 11 min.

L’année 2016 s’achève, que pourrais-je dire à propos de cette année riche en événements et en nouveautés ? Ce n’est pas chose aisée de faire un bilan global et propre, mais je vais m’y atteler sans prétention aucune. Je vais donc vous donner mes impressions ainsi que mes attentes vis-à-vis de 2017.

Le bon côté

Nos ressentis sur l'année 2016 : L'avis de Zedd 1

Je vais commencer par les bonnes choses, c’est toujours plus attrayant. Tout d’abord, cette année nous a offert une kyrielle de jeux vidéo plus attractifs les uns que les autres. Il est difficile pour moi d’en dégager un ou deux du lot. Je suis un fan inconditionnel des jeux de sport, c’est pourquoi je vais vous parler de FIFA 17 et NBA 2k17. Tout d’abord, la licence FIFA est depuis ma plus tendre enfance un rendez-vous annuel que je n’ai jamais raté, et ce depuis FIFA 98. C’est dire mon plaisir et mon engouement lorsque la date de sortie est annoncée et que celle-ci approche à grand pas. Hasard bienheureux du calendrier, la date de sortie est toujours plus ou moins reliée à mon anniversaire. Que demander de plus ?

FIFA 17 nous offre donc son lot de nouveautés cette année, pour le plus grand plaisir des fans comme moi. Vous pouvez voir le test du jeu mais également mon dossier sur le mode Club Pro ici. Je disais donc, FIFA 17 m’a comblé. Du mode Carrière toujours aussi excitant au mode Club Pro énervant mais addictif et jouissif, en passant par le mode Aventure, on ne sait plus où donner de la tête. Comme Pangloss disait : tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Certes, des bugs persistent et une forte envie de casser ce qui est à portée de mains se fait ressentir lorsque, par exemple, votre adversaire à une chance phénoménale ou lorsque les bots semblent apathiques et « con-con ». Oui, l’on ressent bien mes heures passées en Club Pro à essayer de faire monter mon club en Division 1 avec l’aide de nombreux amis et à tenter de rester bien classé mondialement en individuel. De grandes nouveautés ont vu le jour concernant ce mode Club Pro que j’affectionne particulièrement. On peut dorénavant créer son club de toutes pièces (maillots, écusson), ce qui donne encore plus envie de passer des heures et des heures sur ce mode de jeu, si tenté que vous avez des amis tout aussi attachés au Club Pro.

Le mode Aventure relatant l’histoire d’Alex Hunter est ce qui a le plus marqué ce nouvel opus du côté d’un « renouveau ». Prendre en main la vie footballistique d’un petit joueur qui est destiné à voir plus grand, côtoyer les plus grands joueurs de la Première League, gérez ses réseaux sociaux et ses décisions, tout est attirant et nous embarque dans une folle aventure. Certes, cela ne dure qu’une seule saison, et une saison cantonnée à l’Angleterre, mais celle-ci est assez intense pour nous donner envie que ce mode de jeu revienne lors du prochain épisode et ce même dans un costume plus approfondi encore. Ne boudons pas notre plaisir avec ce mode qui semble vouloir s’émanciper jusqu’à devenir, pourquoi pas, l’alter-ego du mode phare de NBA 2K : Ma Carrière. Ce qui m’amène à vous parler de la lice 2K. Quelle transition !

NBA 2K17 montre que la licence 2K a de nombreuses belles années devant elle. Il ne faut bien entendu pas qu’elle se repose sur ses acquis, mais elle a une avance considérable sur son rival (ancien rival ?) : NBA Live. Avec NBA 2K17, vous avez plusieurs modes de jeu comme Ma Carrière cité au-dessus, Association, Mon MG ou encore My Park. Vous pouvez même contrôler d’anciennes gloires de la NBA comme le meilleur basketteur de tous les temps : Michael Jordan. Qui n’a jamais rêvé de pouvoir tutoyer les étoiles avec cette star mondiale ? Autant dire que vous n’allez pas voir les heures de jeu passer et que vous n’allez pas vous ennuyer. Des graphismes d’une rare perfection alliés à un gameplay revisité et complet font le lot de la licence 2K. Si vous ne l’avez pas encore lu, voici notre test.

Je vous parle de sport depuis tout à l’heure, je suis un « drogué » de ce genre de jeu, mais ce n’est pas pour autant que j’ai boudé les autres jeux sortis cette l’année. Je vais donc vous livrer un bref avis sur quelques jeux qui m’ont marqué.

DragonBall Xenoverse 2-25

Je peux citer quelques coups de cœur comme Dragon Ball Xenoverse 2, étant un fan absolu de l’univers d’Akira Toriyama depuis la diffusion de Dragon Ball par le mythique Club Dorothée. Vous voulez lire notre test, c’est par ici. Incarner un personnage créé par vos soins de toutes pièces et faire sa propre histoire est quelque chose de bien pensé. Vous allez pouvoir également revivre les batailles légendaires du Manga et réaliser un nombre fou de quêtes de par la map du jeu qui est bien plus grande que celle proposée dans le premier opus. Mélangez la sortie de Xenoverse 2 à la continuité de Dragon Ball Super et vous avez un fan heureux en ma personne !

Cette année, je n’ai pas eu la chance de pouvoir jouer à un grand nombre de jeux mais certains ont attiré mon attention comme le sublime Dishonored 2 (test) ou encore le multi-joueur explosif Overwatch (test). Avec tout ceci, vous avez de quoi faire chauffer votre console, passer des heures et des heures et … abandonnez votre vie sociale. Mais c’est pour la bonne cause !

Les jeux phares et les grandes licences mis de côté, parlons maintenant de quelques jeux indé’ qui m’ont énormément plu. Tout d’abord, le jeu Inside m’a émerveillé. Ayant vu les premières images du jeu via les vidéos de Squezzie, l’univers m’avait marqué dès les premières minutes de gameplay. On peut dire que ce jeu est la version up de Limbo, améliorée de toutes pièces ! Ensuite, je ne peux que vous conseiller d’acquérir le jeu Hide and Shriek que j’ai eu la chance de tester (ici). Du 1V1 en ligne dans le but de faire peur à l’autre à l’aide de stratagèmes et ce en étant invisibles (les deux joueurs le sont), une idée plus qu’originale, très bien pensée et amenée.

PokemonGO

Je ne pouvais terminer les bons côtés de l’année 2016 sans parler de l’arrivée de Pokemon Go. Je ne voyais pas trop l’intérêt au départ mais lorsque je me suis lancé dans cette aventure (un nouveau smartphone aidant) j’y ai tout de suite vu une possibilité agréable d’amusement. Personnellement, je ne fais que collectionner les Pokémon en essayant d’en avoir minimum un de chaque, délaissant les arènes et les combats, mais je trouve que l’idée est plus que révolutionnaire. Attrapez-les tous qu’ils disaient ! Laissez-moi du temps et j’y arriverai !

Le mauvais côté

VR

L’année 2016 a également eu son lot de déceptions et de mauvaises surprises (Mafia III ou encore No Man’s Sky). Je ne vais pas faire l’apologie des erreurs commises par quelques développeurs et éditeurs, je ne vais pas m’y attarder mais je trouvais important et responsable de donner mon avis sur la grande nouveauté : La Réalité Virtuelle. Le principe est révolutionnaire et attirant, offrant des possibilités incommensurables … oui ce sont des bons côtés mais je pense, et cela n’engage que moi, que l’être humain n’est pas tout à fait prêt pour cela. Je ne veux pas être moralisateur, philosophe ou quoique ce soit, loin de moi cette idée là, mais je ne pense pas que ce soit une bonne idée, médicalement parlant surtout.

Je trouve que les jeux vidéo sont utiles au développement, c’est pourquoi les Serious Games existent par exemple mais la VR est quelque chose de « trop poussée ». Je m’explique, s’immerger totalement dans un jeu est attrayant mais il faut que chaque jeune joueur, j’entends par là des adolescents voire plus jeunes, aient leurs parents derrière eux pour leur expliquer ce qu’il se passe. La Réalité Virtuelle n’est pas la réalité que l’on connaît, certaines personnes l’oublient … Mais le plus dangereux, toujours pour moi, est le fait que les écrans soient directement collés aux yeux. Je trouve cela dangereux, et j’émets une réserve quant aux dangers que cela peut provoquer. Encore une fois, cela n’engage que moi. On ne va pas se mentir, la VR m’attire tout de même mais je ne pense pas (encore) sauter le pas…

Enfin, du mauvais côté vidéo-ludique, j’aimerais parler de la PS4 Pro. Je ne dis pas que cela est décevant, je dis juste que c’est « toujours plus » pour finalement nous faire débourser de l’argent à tout va. L’idée est bonne, les écrans 4K finiront par devenir courant, mais pas maintenant… Comme dit au-dessus, ce ne sont que mes ressentis.

Les attentes 2017

God of War 4

Pour l’année 2017, quelques jeux font partis de ma liste de souhaits. J’attends avec impatience le nouvel opus de God of War. J’ai joué aux précédents et je me languis de pouvoir à nouveau contrôler Kratos et dézinguer des créatures : quel plaisir ! Sniper Elite IV est également dans mes futurs achats, Sniper Elite III m’ayant particulièrement plu. Je ne suis pas du tout fan des TPS ou FPS, pour le peu que je joue à ces jeux-là comme COD par exemple, je me fais humilier, soit car je respawn à chaque fois devant quelqu’un par manque de chance, soit parce que mon arme de prédilection est le sniper. C’est pourquoi cette licence Sniper Elite me plaît. Un autre jeu me fait piétiner d’impatience : Day’s Gone. Les premières images que j’ai pu voir étaient tellement belles et enivrantes que j’attends avec impatience sa sortie. Un univers apocalyptique avec des créatures, j’aime ! Bon, certes ce n’est pas « original » connaissant les séries comme The Walking-Dead, Z-Nation ou The Strain mais cela reste toujours autant jouissif pour ma part. Il faut laisser éclore le Daryl qui sommeille en nous pour être badass’ et massacrer les zombies ! Horizon Zero Dawn et State of Decay 2 me tentent aussi.

L’eSport

eSport Ressentis

J’aimerais maintenant parler du phénomène eSport dont le succès est exponentiel. Depuis que l’eSport est considéré comme un sport, une nouvelle ère s’annonce. Je trouve que cela ne peut que rendre service au jeu vidéo (qui est pour moi une sorte d’Art). Les jeux comme LOL, Overwatch et Fifa se régalent et offrent une pléthore de compétitions internationales. L’eSport est en pleine expansion, les compétitions eSportives trustent les événements importants, si bien que les clubs de foot professionnels s’engagent dans l’aventure (comme le PSG qui rafle déjà tout concernant FIFA ou encore l’OL qui se veut plus sobre en se plaçant uniquement sur les jeux de foot). La télévision est également à un tournant. Alors que cette année, L’Equipe 21 avait son émission qui retransmettait des matchs de FIFA, c’est BeIN Sport qui ouvre la voie royale à l’eSport en s’octroyant les droits de l’E-Ligue 1. Ce n’est pas tout, la chaîne numéro 1 du ballon rond aura également dans son escarcelle deux présentateurs de renom du côté de FIFA : Bruce « Spank » Grannec et Mahamoud « Brak » Gassama. Qui n’a jamais rêvé d’être champion du monde de quelque chose ? D’un jeu vidéo ? A vos manettes !

Mon arrivée à AG

Je finirai donc par vous parler de quelque chose de plus personnel comme le titre l’indique : mon arrivée chez ActuGaming. J’ai eu la chance de voir ma candidature être retenue et j’en suis heureux. Je ferai tout mon possible pour aider AG à être complet, régulier, et agréable. Je suis encore tout jeune dans ce projet (tout juste 3 mois environ) mais je m’y sens déjà bien. Ce n’est pas de la lèche mais juste quelque chose que je voulais partager avec vous chers lecteurs. Mon rêve est de devenir écrivain et, écrire pour AG et vous est quelque chose qui me plaît énormément et qui m’aide.

Pour résumé, l’année 2016 fut une belle année pour le jeu vidéo en général et donc pour vous et moi. Je fais mes premiers pas sur ActuGaming et j’en suis heureux tout en espérant que l’aventure continue encore et encore. Nous sommes en droit d’espérer que 2017 apportera son lot d’agréables surprises et nous ferons le voyage avec vous. N’oubliez pas : il n’y aura pas de GAME OVER !

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp