TEST. Dragon Ball Xenoverse 2 – La leçon a-t-elle été comprise ?

Voir la note

Dragon Ball Xenoverse 2 est enfin arrivé, prêt à poursuivre le potentiel exploité par son prédécesseur sur PS4, Xbox One et PC. Cette suite est-elle une réussite et comme notre titre l'indique, ce second volet a-t-il bien compris les erreurs du premier épisode ?

Dragon Ball Xenoverse 2 est le nouveau jeu de la série d’Akira. On ne présente plus la saga Dragon Ball. Née dans les années 80 et ayant itéré de nombreuses « saisons » pour en venir jusqu’à Dragon Ball Super aujourd’hui, la série aura connu un immense succès et est même restée ancrée dans l’âme de tous les jeunes et plus anciens après toutes ces années d’existence.

Manga adapté en au cinéma, à la télévision, en jeux vidéo, en produits dérivés et tant d’autres supports, Dragon Ball est immortel, et cette œuvre d’Akira Toriyama a récolté un si grand nombre de fan que la série a un avenir bien à elle qui n’est pas prêt de s’éteindre.

Alors que la saga a été adaptée dès ces premiers pas en jeu vidéo, nous nous retrouvons aujourd’hui avec le tant attendu Dragon Ball Xenoverse 2 en ce 28 octobre. Après les majestueux Budokai et Tenkaichi, Bandai Namco a eu beaucoup de difficulté à trouver une recette visant à égaler la qualité et le contenu qu’a eu la série à l’époque de la PS2. Après des épisodes presque au niveau de la réussite pour Raging Blast et une rechute pour Battle of Z, l’éditeur refait appel à ceux qui auront su redonner un second souffle plein de potentiel : Dimps, papa des trois épisodes Budokai.

Ainsi naquit Dragon Ball Xenoverse, le renouveau à l’énorme potentiel qui malgré son gameplay perfectible et sa pauvreté en inspiration de scénario, a su redonner espoir aux fans qui attendaient un bon come-back de la licence sur nos consoles actuelles. Un an après,  Dragon Ball Xenoverse 2 est là, entre nos mains, et voici ce que l’on peut en penser.

Nous sommes définitivement sur la bonne voie !

dragon-ball-xenoverse-2-

Si le premier Dragon Ball Xenoverse avait su poser de bonnes bases solides en gameplay, il n’était que le premier d’une toute nouvelle série sur consoles de huitième génération et était donc bien évidemment pourvu de méchants défauts qui n’auront pas empêché son succès. Ainsi soit-il, cela aura engendré de l’enthousiasme chez Bandai Namco qui décida alors de reprendre la recette et de l’améliorer encore plus sur Dragon Ball Xenoverse 2 : gameplay, roster et histoire, tout est amélioré et rien n’est mis de côté !

Enfin, on regrette l’étrange absence de certains personnages comme Son Gohan Ado, qui est présent uniquement sous sa forme Super Saiyan. On ne comprend également pas pourquoi Cooler prend trois places dans le roster : il n’est pas possible de se transformer en forme finale, elle est immédiatement jouable, et hélas c’est le cas de beaucoup d’autres personnages. On retient aussi l’absence de Cell deuxième forme et c’est encore un triste constat. D’ailleurs, on salue les nouveaux buff qui arrivent lors des différentes transformations, et la possibilité de revenir à sa forme normale en plein combat ! La jauge de Ki ne descend plus également, et ça c’est classe.

Qu’est-ce que ça fait plaisir de retrouver un bon Dragon Ball avec de nouvelles idées visant à pousser l’expérience plus loin. Toujours avec ses airs de MMO, qui ma foi ne ruinent en rien l’esprit de la série, Xenoverse 2 se porte très bien dans tout ses points – alors que je craignais après les essais de la bêta qu’il n’en ressorte comme une simple pâle copie de son aîné.

Le véritable retour de Son Goku et ses amis, c’est maintenant !

Donnons un début à ce test de Dragon Ball Xenoverse 2. Si au démarrage le jeu vous propose d’importer votre précédent héros crée sur le premier volet (à condition d’avoir la sauvegarde sur votre machine et vous trouverez ici comment faire selon votre support), il ne sera pas celui que vous incarnerez le long de votre aventure. Vous repasserez donc par la case création avec un peu plus d’éléments qu’auparavant, et avec la conservation des races à sélectionner : Humain, Saiyan, Namek, Frieza et Majin Buu. Chacun leurs aptitudes et la possibilité de sélectionner son sexe, vous aurez droit à une belle trentaine – quarantaine de choix par détails : nez, yeux, cheveux, bouche…

Autant vous le dire, il y a plus de chance d’être unique sur ce volet que sur son prédécesseur. Le menu de création ne change pas d’un poil, et reste toujours aussi accessible pour les novices. Notons que ceux qui auront participé aux sessions de bêta fermée ou ouverte recevront une tenue exclusive.

Conton City, c’est 300 joueurs dans un serveur prêt à devenir vos amis ou ennemis !

Ainsi va la vie. Dans Dragon Ball Xenoverse 2, vous voici plongé dans la ville de Conton City. Une ville qui est tout bonnement TokiToki en sept fois plus grande. En effet, suite à son sauvetage des mains de Demigra dans le premier volet, TokiToki aura depuis évolué et elle idolâtre désormais votre précédent héros. Si vous avez choisi de l’importer, vous le retrouverez régulièrement en collaboration avec Trunks dans vos périples, si vous n’aviez pas de sauvegarde, une liste de personnages définie vous sera proposée.

En plus de cela, en vu de la taille conséquente de la ville (qui n’est en revanche pas des plus animée il faut l’admettre, malheureusement), vous pourrez vous balader avec un genre d’aéroglisseur que la Kaio Shin du temps vous transmettra au début, ou bien en volant en acquérant un permis à un moment lors de votre aventure. Petit point à absolument préciser : il n’y a aucune transition de niveau entre les quartiers de la ville. Les seules transitions auront lieu lorsque vous voudrez faire un tour dans les demeures d’autres héros, mais on en reparlera plus tard. De ce fait, l’intégralité de la ville est accessible sans le moindre temps de chargement, on aime ça !

Également, on retrouve en hauteur de cette ville les maquettes du temps, qui ne sont autres qu’un QG pour les Namek, Humains, Saiyan, race de Frieza et Majin. Chacun de ces QG proposera des missions secondaires à réaliser tout au long de votre aventure, pour vous permettre d’empocher quelques zénis supplémentaires ou bien d’autres éléments. Si votre race correspond à un QG, vous obtiendrez de meilleurs gains à la fin de vos missions.

Si vous pensiez vous retaper toute l’histoire de Dragon Ball incluant les OAV et éventuellement les opus de Dragon Ball Super, détrompez-vous. Ma véritable surprise aura été celle-ci, Dimps innove en proposant une toute nouvelle campagne visant toujours à être un policier du temps et à faire face aux provocations de Mira et Towa, certes, mais proposera quelque chose d’un peu plus innovant en mélangeant les OAV dans la trame principale de Dragon Ball Z. Vous retrouverez ainsi Broly, Cooler, Thales, Slugh et bien d’autres pendant les arcs de la série Z, ce qui ajoutera un coup d’air frais non négligeable dans l’histoire.

Au début, il est vrai que l’on peut trouver le scénario barbant : oui, on est la police du temps et on va retracer les événements que l’on connaît déjà par cœur si vous êtes déjà un assidu des jeux Dragon Ball. Mais il arrivera ce moment lors d’un arc. Où les codes de la série vont se mettre à changer, où le scénario ne sera plus tout à fait le même et c’est ce qui ajoutera de l’intérêt à faire la campagne.

En plus de débloquer les personnages immédiatement après première rencontre, on y retrouve des dialogues et moments inédits qui, même s’ils sont très courts, auront le mérite d’apporter cet air frais dont la série vidéoludique avait terriblement besoin. Ainsi, en tant que nouveau patriote de Conton City, votre devoir sera d’épauler le vieux Kaio Shin ainsi que celui du temps pour remettre le passé en place, afin de maintenir l’histoire saine et sauve.

Ceux qui regarderont Dragon Ball Super trouveront le scénario très incohérent à cause de ce que l’on y apprend au sujet du temps, mais quand ça tombe dans un jeu vidéo et que c’est bien réussi, je pense que l’on peut pardonner ceci et passer outre. Cependant, il est vrai que la cohérence du maintien du temps est moindre, puisque notre personnage se montre et échange ouvertement avec les héros du passé, ce qui est dans un sens un changement dans le temps. Mais bref, n’allons pas voir plus loin.

Un côté MMO toujours de qualité dans Dragon Ball Xenoverse 2

Dragon ball xenoverse 2

Dragon Ball Xenoverse premier du nom a su apporter ce nouveau souffle à la série en y accordant un côté MMO visant à accentuer par la même occasion la durée de vie. Pari une nouvelle fois réussi, ce second volet améliore les interactions et les activités présentes sont plus nombreuses qu’auparavant. Qu’on se le dise une nouvelle fois, tous les éléments de TokiToki dans le premier Xenoverse sont présents ici, il n’y a aucun retrait à signaler : que des ajouts !

Si l’on attendait au départ juste une version 1.5 recyclée pour ce second volet, quelle fut ma surprise quand j’ai vu bien plus que ce à quoi je m’attendais ! Bien évidemment, on y retrouve une nouvelle fois une large panoplie de quêtes parallèles à effectuer seul ou entre amis en incarnant nos héros préférés, mais également un nouveau mode « Mission Expert » où vous serez confrontés jusqu’à 6 joueurs à des combats contre des boss : gorilles géants, personnages phares de la série…

Ces combats ne seront pas tout simples, puisque des techniques de dégradation du temps vous seront parfois infligées, et l’adversaire sera évidemment bien plus fort et pourra être aidé. Parmi les techniques, il est possible que celui-ci envoie une énorme boule de Ki que vous devrez sois repousser en vous plaçant dessus avec une jauge d’endurance remplie, sois en utilisant de votre côté une technique ultime pour contre attaquer. Si vous échouez, vous subirez de lourds dégâts, si vous réussissez, vous les infligerez ! Avec ceci, des paralysies temporelles peuvent vous être infligées et vous devrez aider vos camarades étant sous l’emprise de ce sort, ou vous en débarrasser vous même si vous avez été touché en combattant une copie de votre personnage dans un autre monde.

Enfin, il arrivera parfois que des « piliers » soient présent en combat. Et visent à améliorer la force du boss en question. Si ceux-ci sont détruits, l’ennemi subira une lourde perte de ses dégâts et de résistance. Mais attention, il ne vous laissera pas si facilement détruire ces objets. Et oui, c’est ainsi dans Dragon Ball Xenoverse 2.

A côté de cela, on y retrouve toujours les maîtres veillant à vous entrainer et vous apprendre de nouvelles techniques. Vous pouvez en choisir un spécialement afin qu’il puisse vous aider dans vos combats les plus intenses, mais pour que cette aide soit efficace, un nouveau système est apparu dans ce Dragon Ball Xenoverse 2 : l’affinité. En effet, plus vous vous entraînerez et utiliserez les techniques de votre maître, plus vous gagnerez en confiance et en lien avec celui-ci, de ce fait, il sera plus susceptible de venir vous aider en cas de pépins. Si vous n’aimez pas les maîtres, tant pis, l’Académie de Police présente s’occupera de vous entraîner.

Dans le monde du MMO et de la personnalisation, on y retrouve toujours la monnaie du jeu étant les Zenis, et une nouvelle appelée Médaille PT qui sera une monnaie plus rare, réservée aux policiers du temps. Elle vous permettra, si vous savez l’économiser, d’acheter des objets chers pour une ou deux médailles en fonction de l’objet; A noter que les médailles PT se gagnent en réalisant des entraînements avec vos maîtres ou en accomplissant des quêtes. Ces monnaies sont à utiliser dans les diverses boutiques disponibles, pour acheter vêtements, objets et attaques. La boutique de mélange est de retour, afin de concocter des objets plus rares et puissants comme des âmes Z spéciales !

L’aspect coopératif n’est évidemment pas abandonné, puisqu’il existe toujours le fameux système d’équipe ainsi que les tournois dont le fameux Mr.Satan en est le « champion ». On salue également l’échange social entre les joueurs grâce à plus de 80 messages prédéfinis pour échanger librement, et presque autant de gestes pour illustrer vos propos de façon totalement hilarantes. Nous, on a aimé !

En parlant d’humour, on ne résistera pas à vous parler des missions données par Krilin, celles qui consistent à livrer des bouteilles de lait à certains de ses clients. Nous n’étions pas au courant que le bonhomme avait un autre métier que Policier dans Dragon Ball, et dans ces missions, il nous demande de devenir livreur avec interdiction d’utiliser le vol. De ce fait, vous livrerez les bouteilles sans les faire tomber sous peine de recommencer, afin d’obtenir une récompense que l’on ne refusera pas (vêtements, zénis, techniques…).

On termine sur ce point en signalant les présences des Dragon Ball qui seront toujours à gagner en aidant des PNJ dans le besoin, ou en affrontant d’autres et réalisant des quêtes parallèles. Les réunir vous permettra de réaliser un vœu : nouveau personnage, richesse, puissance…

Un gameplay solide qui oublie des éléments…

Dragon ball xenoverse 2

A l’époque, et je ne pense pas être le seul, j’adorais prendre Son Goku sous sa première forme et faire grimper la tension dans un combat en gravillonnant les échelons en transformations. Passer du Kaioken au Super Saiyan, puis en seconde forme, puis en troisième jusqu’à pouvoir arriver au terme du combat, c’était quelque chose qui me faisait adorer les Budokai de l’époque ! Excellente et surprenante nouvelle, cette fonction est de retour dans Dragon Ball Xenoverse 2, et Bandai a trouvé le moyen de le réaliser sans trop compliqué les touches.

En effet, plus votre Ki sera élevé, plus vous serez en mesure d’atteindre la transformation maximale afin d’obtenir une puissance de frappe et de Ki élevée, en plus de voir votre endurance se régénérer plus rapidement. Intitulé dans la catégorie « Éveil », les transformations peuvent être attribuées aux personnages créés et il existe même des transformations universelles, que toutes les races peuvent utiliser. On pense notamment à la libération de potentiel.

Ce qui m’aura définitivement laissé un goût amer dans les combats, ce sera le vide proposé dans les cartes et le « zéro interaction » avec l’environnement. A l’époque des Budokai, et comme vous le savez, ça remonte assez maintenant, il était possible d’effectuer des collisions avec le décor comme traverser des montagnes voire plus par le biais de courtes cut-scenes, ce qui rajoutait un dynamisme sans pareil. Ici… le moindre décor détruit est sans saveur et repop quelques secondes après. Quelle déception. Certaines attaques gardent également une portée assez faible, je pense aux Kaméhaméha ou Galick Gun qui ne vont pas plus loin que dans le premier volet, ce qui est parfois gênant lorsque l’on réalise un enchaînement ou que l’on souhaite atteindre quelqu’un à distance.

Dans son ensemble, les combats sont les meilleurs qui nous ont été proposés ces cinq dernières années, sans aucun doute. Hormis ces déceptions citées précédemment, la tactique et l’intensité des enchaînements sont sans pareils, le jeu a un si gros punch que vous pourrez serrer votre manette autant que vous le voudrez : Dragon Ball Xenoverse 2 envoie du pâté. Il est désormais bien plus simple de créer un enchaînement, grâce aux techniques qui viendront se marier avec des coups puissants avec la meilleure des harmonies. Il est très facile de créer des combos de 50 coups dans les premières parties. Mais évidemment, le tout se corse par la suite en tombant face à des ennemis avec une jauge d’endurance élevée et bien mieux maîtrisée.

Vous vous en doutez, cette jauge d’endurance se différencie du Ki. Lui ne sert qu’à utiliser votre énergie. L’endurance, elle, gère votre sprint amélioré ainsi que vos téléportations de défense, et éventuellement se marie avec le Ki pour utiliser votre technique d’échappatoire. Croyez moi : si vous avez vos cinq barres d’endurance – ou plus, préparez-vous à des enchaînements de folie ! Il est très aisé de réaliser des coups d’une magnifique rapidité et d’enchaîner avec téléportations et sprints suivis d’une puissante frappe. Les plus techniques d’entre-vous réaliseront sans doute des combos de 100, en mariant les techniques ultimes après un lourd enchaînement.

Les techniques se jouent toujours avec le combo L2-R2 / RT-LT et fort heureusement, il y a de nouvelles mécaniques de combat. Le jeu ne se limite pas à attaquer, se téléporter et frapper votre adversaire, vous pouvez enfin entamer des combos en poursuite grâce au sprint explosif qui frappera l’ennemi déjà en plein vol, et vous pourrez même choisir d’atterrir derrière lui afin de lui lancer un autre enchaînement dévastateur jusqu’à le terminer au sol avec un bon gros Kaméhaméha des familles !

Si la caméra se trouvera parfois un peu dans les choux, ne pas y penser lorsque cela arrive ne vous sera pas fatal et elle finira bien par revenir. On regrette tout de même le manque d’intelligence de l’IA alliée qui est tout à fait capable de vous regarder entrain de vous faire tabasser.. Maintenant, à vous de jouer de vos talents de combos avec attaques légères/attaques puissantes, téléportations et sprints suivis de techniques spéciales pour venir à bout de votre adversaire. Attention, ce dernier aussi sait s’y faire… Même s’il commence à toucher à Dragon Ball Xenoverse 2.

Techniquement, ça mérite tellement mieux

dragon ball xenoverse 2

Nous allons aborder le point le plus noir de la série Xenoverse, son graphisme et sa technique. S’il se montre dans son ensemble agréable visuellement en proposant de rares temps des cinématiques juste bluffantes à l’œil, bien qu’elles ne soit pas révélatrices de gros combats épiques, il garde quand même de gros défauts du premier volet, et certains ne devraient même plus exister en 2016.

Dans un premier temps, l’animation des personnages est juste catastrophique. Si vous vous souvenez des anciens RPG, vous vous rappellerez que parfois, lors d’un dialogue in-game sans que le personnage ne parle, il se mette à réaliser des gestes répétés jusqu’à ce que vous passiez à sa prochaine phrase… eh bien c’est de retour dans Dragon Ball Xenoverse 2, et en plus, il arrive parfois que le visage ne suive même pas l’expression. Déjà que notre personnage ne parle toujours pas, alors si les autres se mettent à bouger en répétition, c’est vraiment énervant à voir.

On notera un peu d’aliasing, et une profondeur de champ assez faible lorsqu’on est en vol dans Conton City, ou que l’on souhaite apercevoir une Dragon Ball dans certaines missions. Si la ville est colorée dans son ensemble, il arrive que l’on se retrouve dans des passages avec une teinte étrangement grise, comme si un filtre avait été appliqué involontairement, car cela se ressent, ce n’est clairement pas une volonté de Dimps. On a donc un rendu avec des couleurs très fades et cela est sans vie.

Il est donc regrettable d’avoir parfois quelques soucis visuels, mais dans son ensemble, l’essence de la série est là et c’est pas raté pour autant. On aurait juste préféré peut-être un peu plus d’animations en ville, des PNJ qui parlent, qui bougent plutôt que de croiser des piliers lorsque l’on joue en hors-ligne.

Cependant, un détail m’a paru totalement excitant, c’est l’animation juste extraordinaire lors du chargement du ki en combat : le sol se met à trembler, les pierres se mettent à voler et l’aura grandit petit à petit autour de votre personnage , votre manette vibre intensément et ça, c’est un charme que l’on doit clairement à la série Dragon Ball. Enfin, le jeu tourne en 1080p/60fps sur consoles, et ça, ça en apporte de la beauté, croyez-nous ! Bref, du du mitigé sur le visuel de Dragon Ball Xenoverse 2.

Si le premier Xenoverse m’avait laissé indécis, ce second volet confirme la bonne volonté de Dimps de proposer une expérience dynamique et fidèle à la série. S’il garde quelques défauts en combat, il en corrige beaucoup d’autres et s’améliore dans tous les domaines pour en faire le meilleur Dragon Ball auquel nous n’avions pas touché ces cinq dernières années. Beau, fluide, dynamique et plutôt complet, ce Dragon Ball Xenoverse 2 m’a mis cette claque que je n’attendais pas forcément et qui est à recommander pour ceux qui auront apprécier le premier opus. Roster solide et gameplay amélioré, il se pourrait que Xenoverse 2 marque le grand retour de la saga Dragon Ball en jeu vidéo.

L'avis de l'auteur

Fan inconditionnel des sagas Dragon Ball, j'ai particulièrement eu beaucoup de mal à éprouver les plaisirs vécus à l'ère des Budokai, notamment le troisième qui reste mon favoris. Roster ou gameplay limité, chaque opus avait forcément l'un des deux soucis présent, alors que l'on est aujourd'hui capable de fournir un résultat juste phénoménal. Cependant, Xenoverse 2 est indéniablement l'opus qui me redonne espoir, même s'il reste bien en deçà des Budokai et Tenkaichi..!

Arnaud Auer
b
Note du panda
7 10

Dragon Ball Xenoverse 2

Points positifs

  • Enfin possible d'avoir plusieurs transformations en combat
  • Beau Graphiquement...
  • Le coté MMO toujours plus relevé
  • La jauge de Ki ne déscend plus une fois transformé
  • Des combats encore plus dynamiques qu'avant
  • Conton City, plus grande, plus belle que TokiToki
  • Le casting DB Z, Super, GT et les OAV
  • Le scénario qui mélange un peu tout par-ci par-là

Points négatifs

  • Les chargements sont longs
  • ... Mais des cartes vides et aucun décor à exploser !
  • Impossibilité d'incarner les géants
  • Formes et personnages manquants
  • Les arcs s'enchaînent très (trop) rapidement
  • La bande-son à Conton City, arrêtez tout !
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp