Gamescom 2016 : Deus Ex: Mankind Divided : Interview d’Olivier Proulx

Vous retrouverez l’interview en vidéo à cette adresse. Notre test de Deus Ex: Mankind Divided à cette adresse.

  • Après le succès de Deus EX Human Revolution, qu’est ce qui vous a motivé à partir sur une suite plutôt que de partir sur une toute nouvelle licence ?

Olivier Proulx : Deus EX étant une superbe franchise, on désirais continuer sur le succès d’Human Revolution. Je pense que c’est un jeu qui était très très apprécié du public sur la dernière génération de consoles. On a aussi eu de bonnes ventes et on voulait donc continuer la franchise. Concernant la suite directe, avec tout ce qu’il se passe à la fin d’Human Revolution avec les augmentés qui perdent le contrôle de leur corps, on trouvait que c’était un super bon point de départ pour continuer l’histoire d’Adam Jensen. On est donc dans un monde où il y a beaucoup de racisme envers les gens qui ont des augmentations biomécaniques. Donc c’est un univers intéressant à exploiter d’un point de vue jeu vidéo et Adam est un héros devenu iconique et on voulait revenir avec lui. De plus, Adam prend une autre dimension dans Mankind Divided. En effet, il est plus confiant et contrôle plus facilement ce qu’il est devenu. On voulait faire la différence par rapport à ce qu’il s’est vraiment passé à la fin de Human Revolution en allant au cœur de la conspiration.

  • C’est vraiment pour garder Adam en tant que héros que vous avez décidé de faire une suite ?

Olivier Proulx : Principalement, créer un héros comme Adam, c’est au niveau design et artistique et quand on réussit à en faire un qui résonne avec le public, je pense que cela vaut le coup de continuer avec lui. En plus, on sent que l’on avait encore de choses à dire par rapport à la thématique par au transhumanisme donc pour nous, c’était assez naturel de continuer avec Adam et il n’y a pas vraiment eu de débat philosophique par rapport à cela et ça a été décidé dès le début de production.

  • Deus EX Human Revolution, se déroule deux avant Deus EX Mankind Divided. Adam Jensen a certainement évolué depuis tout comme il a évolué dans le premier. Comment avez-vous gérer la nouvelle approche et la profondeur du personnage qu’est Adam Jensen ?

Olivier Proulx : Comme je disais, Adam est plus confiant et ça se ressent dans les lignes de dialogues et celui lui donne la possibilité d’être plus autonome dans ses choix. On lui dit moins ce qu’il doit faire contrairement à Human Revolution où différentes personnes lui demandaient d’accomplir des tâches. Dans ce nouveau volet, on a un Adam qui contrôle ses choix mais aussi dans son comportement. Effectivement, Adam sera parfois sarcastique et sa personnalité ressortira beaucoup plus. En tout cas, c’était ce que l’on avait fait au tout début du jeu où l’on commence à Dubaï et où l’on est dans l’action. Après et très tôt dans le jeu, on prend du temps avec Adam Jensen dans son appartement et l’on prend le temps de mieux connaître le personnage afin de comprendre ce qu’il s’est passé entre les deux jeux. Donc pour nous, c’était important d’explorer et approfondir le personnage de cette façon-là.

  • L’histoire d’Adam Jensen, est-elle construite d’une manière à devoir se retrouver, pourquoi pas, dans un troisième volet ? 

Olivier Proulx : On ne peut rien annoncer pour le moment, on était très très concentré sur Deus EX Mankind Divided ces deux dernières années.

  • Est-ce que ce serait quand même une volonté selon les résultats de Deus EX Mankind Divided avec pourquoi pas, une pré-quelle ou une histoire éloignée ?

Olivier Proulx : La sortie est dans une semaine (NDLR : Au moment où l’interview est enregistrée) et on veut voir comment le jeu est apprécié du grand public. Comme je disais, au niveau des ventes, les production triples A, c’est toujours beaucoup d’investissement financier, de temps mais aussi, de ressources humaines. Ainsi, donc avant de se lancer, on préfère évaluer le succès de la franchise.

  • Deus EX Human Revolution avait quatre fins différentes, avez-vous vu ce chiffre à la hausse avec Deus EX Mankind Divided ? Si vous ne pouvez pas le dire précisément, on ne dit pas non pour une fourchette ?

Olivier Proulx : Je n’ai pas de chiffre à donner mais la fin de Human Revolution est battu d’une manière plus organique. On est pas dans une situation où l’on a quatre fins du jeu et où l’on peut recharger sa dernière sauvegarde pour toutes les voir. Cette fois-ci, c’est plus organique et c’est basé sur les actions et les choix que l’on décide sur le niveau final du jeu mais aussi, sur ce que vous avez décidé avant ce dernier. La fin est donc construite de manière, comme je le disais, organique, ce qui joue en la faveur du taux de rejouabilité afin d’avoir une expérience complètement différente en refaisant le jeu de A à Z.

  • Avec Deus EX Mankind Divided, quelles sont les plus grosses innovations au niveau du gameplay ? Quelles sont concrètement les moments où les joueurs vont dire : Wow ?

Olivier Proulx : Il y a beaucoup de nouvelles augmentations qui sont la signature de Deus EX et qui apportent une sensation de puissance aux joueurs puisque l’on incarne un Adam cybernétique. Les nouvelles augmentations sont plus viscérales et actives à l’image du Titan Shield permettant d’aller au combat tel un véritable tank. Il y a aussi des augmentation sur le bras mécanique d’Adam que l’on peut utiliser de manière très fluide au combat. On aussi du hacking à distance pour l’environnement… Donc, beaucoup d’augmentations actives sur le personnage et pour les passives, on ramène ce que l’on avait fait sur l’ancien opus. Les actives sont vraiment faites pour laisser libre court à l’imagination des joueurs.

  • Donc, les augmentations sur surtout sur le combat ? Peut-être les déplacements aussi ?

Olivier Proulx : C’est sur les combats mais aussi sur le côté furtif avec le genre de taser qui envoie des décharges électriques. Cette option là, pour exemple, est faite pour les joueurs jouant la carte de l’infiltration. Avec les augmentations, on a essayé de faire en sorte que cela colle au style de jeu de chaque joueur.

  • Globalement, quelle est la durée de vie de Deus EX Mankind Divided ou une fourchette ?

Olivier Proulx : C’est toujours très difficile à évaluer car Deus EX Mankind Divided est un jeu qui va promouvoir l’exploration. Donc un joueur qui va faire toutes les quêtes annexes et explorer le monde entier va facilement arriver à un bon 35 voire 40 heures. On a vu d’autres joueurs qui sont plus axés objectifs et qui finiront le jeu en ligne droite en 15 à 18 heures. Donc la fourchette est assez large et on est en face d’un jeu qui joue la carte de la rejouabilité avec les choix dans l’aventure mais aussi par rapport au style de jeu. De plus, on offre un new game plus qui permet de conserver les augmentations d’Adam. Donc, il y a beaucoup de rejouabilité et on aussi le mode Breach qui rajoute de nombreuses heures de jeu. Donc si le joueur est fan de la franchise, il pourra facilement jouer 50 voire 70 heures de jeu.

  • On aura beaucoup de choix à faire dans l’histoire principale mais en sera-t-il de même pour la résolution des quêtes annexes ?

Olivier Proulx : Tout à fait, les quêtes secondaires sont battis de la manière à être de petites histoires en elles-mêmes. Il y a des choix à faire qui vont affecter leur déroulement. Il sera parfois question de vie ou de mort pour des personnages que vous allez rencontrer dans les quêtes secondaires et ainsi, il y aura des choix moraux. Il faut aussi savoir que les conséquences se verront plus tard dans le jeu. Par exemple, selon l’un de nos choix dans une quête annexe du début du jeu, on en verra les conséquences peut-être d’ici quatre à cinq heures de jeu. Pour nous, tout est intégré dans l’aspect choix/conséquences dans l’univers.

  • Elles se ressentiront sur la quête principale ? 

Olivier Proulx : Certaines seront centrées sur un sujet qui les concernent mais d’autres auront effectivement un effet sur la quête principale.

  • Le nouveau mode de jeu Breach a été révélé il y a peu, n’avez-vous pas peur que l’approche particulière soit rédhibitoire pour les joueurs qui ne sont pas habitués à cela ?

Olivier Proulx : Breach est un mode de jeu complètement séparé de Deus EX Mankind Divided et dont vous n’êtes pas du tout forcé de jouer. Donc, si vous êtes un fan de Deus EX et que seul l’histoire principale vous intéresse, vous n’avez pas besoin d’y jouer. Par contre, on trouve que Breach complète très bien l’offre et on est dans quelque chose de plus abstrait permettant un level design plus éclaté. Breach est plus un mode arcade et ce qui est beau avec Deus EX, c’est la quantité de mécaniques de jeu et le fait que grâce à Breach, on peut les utiliser d’une manière un peu différente. En fait, dans la quête principale, les joueurs vont souvent se cantonner à un style de jeu bien précis et grâce à Breach, ils pourront s’essayer à toutes les augmentations. Je pense que cela fait un très beau complément à l’histoire principale.

  • Combien de niveaux proposera le mode de jeu Breach et si vous ne pouvez pas le dire, combien de temps faut-il pour arriver au bout de toutes les missions ?

Olivier Proulx : On peut pas vraiment donner de chiffre car le mode Breach sera alimenté par de nouveaux niveaux après la sortie du jeu et ce, gratuitement. Pour le moment, j’ai pas le nombre exact de niveau mais on peut jouer facilement une dizaine d’heures à Breach. De plus, si on veut être très performant et être au top niveau du classement, cela boost le taux de rejouabilité de Breach.

  • Le mode breach est clairement inspiré du phénomène de mode qu’est la réalité virtuelle et qui colle à l’univers Deus EX. Ainsi, on se demande s’il n’y aurait pas quelque chose pour Deus EX et la VR comme un mode de jeu ou voire même, un casque de réalité virtuelle ? 

Olivier Proulx : Je pense que cela serait un projet à part entière et on est très intéressés, comme toute l’industrie, dans tout ce qu’il se fait en VR chez Eidos Montréal. Néanmoins, pour le faire correctement, on prendra pas nécessairement un jeu comme Deus EX Mankind Divided en le mettant en VR et en espérant que cela fasse un bon jeu, je pense que cela requiert des éléments spécifiques à la réalité virtuelle. Donc, on a pas nécessairement de projet concret à annoncer là-dessus mais de ce qu’on a vu, effectivement, la réalité virtuelle nous permet d’être très viscéral dans un environnement et ce, étant donné la richesse de ceux qui l’on développent pour Deus EX. C’est sûr qu’il y a les idées mais rien de concret encore.

  • Et du côté DLC, qu’est que l’on va avoir ? 

Olivier Proulx : Il y a le season pass qui est disponible mais nous n’avons pas encore annoncé les DLCs et cela viendra plus tard.

  • Quelles sont les futures plans du studio après Deus EX Mankind Divided ? Peut-être un remaster pour le tout premier Deus EX ou un portage ?
  • Olivier Proulx : Il n’y a rien à annoncer pour le moment et évidemment, le studio est très à l’affût quant à la sortie de Deus EX Mankind Divided. On travaillé tellement dur pendant plusieurs années sur le jeu et je pense qu’on veut voir l’accueil de celui-ci. Cela nous aidera à concrétiser certains projets mais je n’ai rien à annoncer.Dernière question, un petit mot pour les personnes qui regarderont ou liront cette interview et ce qui vous pèse sur le cœur ? 

Olivier Proulx : En fait, ce qui me pèse sur le cœur, c’est que nous sommes à moins d’une semaine de la sortie de Deus EX Mankind Divided et avec l’équipe de Eidos Montréal, on a tout donné pour faire le meilleur jeu possible. On espère que vous allez apprécier, que vous allez vous amuser et puis que vous allez vous perdre dans l’univers de Deus EX ! Et puis voilà, Deus EX Mankind Divided sortira le 23 Août sur PC, Xbox One et PlayStation 4.

Notre test de Deus Ex: Mankind Divided à cette adresse.

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.