Aperçu Overwatch 2 – Une simple mise à jour du premier opus ?

Membre Actugaming.net

Par

Attendu par tous les fans du premier opus, Overwatch 2 se fait de plus en plus désirer et décide d’enfin sortir la tête de l’eau en lançant sa première bêta pour son mode multijoueur après de longs mois sans nouvelle de sa part. Sept ans après la sortie du premier jeu, Overwatch 2 sera-t-il un vent de fraîcheur pour la licence, ou donne-t-il l’impression qu’il ne sera qu’une simple mise à jour de la version de 2016 ?

Conditions d’aperçu : Nous avons joué pendant une semaine à la bêta d’Overwatch 2, afin de pouvoir avoir un avis complet sur ce que nous propose actuellement le soft. L’aperçu a été fait sur un PC équipé d’une RTX 3060 et d’un I5 11300H.

Des changements dans le gameplay

Overwatch preview

Overwatch 2 se base sur le même gameplay que son prédécesseur mais avec quelques petits changements. Tout d’abord, nous sommes toujours sur un Hero Shooter, mais cette fois-ci nous ne jouons plus en 6 contre 6 mais en 5 contre 5, ce qui change radicalement la meta. En effet, si sur Overwatch premier du nom les équipes étaient composées de deux tanks, deux DPS, et deux healers, car nous avions six joueurs et joueuses dans chaque équipe. Aujourd’hui, le fait de passer à cinq membres a pour conséquence que chaque équipe perd un tank.

En soit, cela permet de rendre les parties bien plus dynamiques qu’avant, mais en l’état cela pose pas mal de problèmes pour certains héros qui vont finir par être totalement délaissés par la communauté. En effet, il est très difficile de jouer avec un tank “secondaire” comme une D.Va, un Bouldozer, ou un Chopper par exemple, du fait que cela pourrait pénaliser notre équipe car ils ne permettent pas de protéger nos équipiers comme pourrait le faire un Reinhardt ou une Orisa, qui eux sont toujours primordiaux. 

D’autant plus que Orisa a subi un changement au niveau de ses compétences ce qui l’a rendue, peut-être, plus puissante qu’auparavant. Contrairement à Doomfist qui est passé de DPS à Tank pour pallier ce problème d’un seul tank par équipe, mais il est bien moins menaçant qu’un Reinhardt et son bouclier qui est toujours au top de sa forme depuis 2016. 

De fait, le gameplay en lui-même reste le même qu’en 2016 mais avec des petits équilibrages sur certains héros, et des changements sur la composition des équipes. Tout cela fait que nous avons l’impression d’assister à un gros patch du premier Overwatch, même si cela fait toujours plaisir à percevoir. Heureusement que ce deuxième opus apporte quelques nouveautés à l’expérience multijoueur.

Les « vraies » nouveautés du PvP

Preview overwatch

La plus grosse nouveauté de cette bêta est l’arrivée du nouveau personnage, Sojurn. Ce dernier est en fait une héroïne dans la catégorie DPS, parce qu’il y en a jamais assez, qui s’arme de son fusil d’assaut et fait des glissades à travers tout le terrain de jeu. Son gameplay ressemble fortement à celui de Soldat 76, on remplace la course du Soldier par une glissade qui permet de se propulser dans les airs, et les roquettes par un tir laser, mais cela serait chipoter. Ceci dit, Sojurn est très fun et facile à prendre en main.

On espère qu’Overwatch 2 se fera garnir de nouveaux personnages d’ici la sortie, avec surtout l’arrivée d’au moins un nouveau Tank, afin de ne pas toujours se retrouver avec les deux même sur le champ de bataille. En termes de nouveauté, on a également eu l’occasion de jouer sur quatre nouvelles cartes, Midtown, New Queen Street, Colosseo, et Circuit Royal. De plus, certaines maps déjà existantes passent du jour à la nuit, et du crépuscule à l’aube. Cela permet d’amener un petit vent de fraîcheur qui est le bienvenu. D’autant plus qu’un nouveau mode de jeu a fait son apparition sur certains des nouveaux lieux.

Le mode Pression sur certaines cartes de type symétrique comme, Colosseo ou New Queen Street, permet d’avoir un nouvel objectif à accomplir pour remporter la partie, dans lequel il faut prendre le contrôle d’un robot situé au milieu de la map et le faire avancer jusqu’à la base ennemie. Mais chaque équipe a la possibilité de prendre le contrôle de ce robot. De fait, le but est d’amener le robot le plus loin possible pour gagner. En plus d’être vraiment fun, c’est probablement l’un des meilleurs modes de jeu qu’a pu proposer Blizzard, car c’est l’un des seuls où on est à la fois défenseur et attaquant, ce qui fait que chaque équipe a la même chance de remporter la partie.

Et enfin, le jeu se met à jour avec un nouveau moteur graphique et des changements au niveau de l’ATH afin de le rendre plus clair sur les informations qu’il nous donne. Les nouveaux graphismes sont agréables à l’œil, sans forcément être le “Wow effect”, et cela permet de mettre au goût du jour Overwatch avec de très jolies ombres et des effets plus propres, notamment en ce qui concerne les éclairages. De plus, les héros ont également un changement visuel, ou en tout cas auront, car il est vrai que la différence ne s’est pas sentie, et c’est à se demander si c’était bien activé lors de cette bêta. A noter que, vous gardez vos cosmétiques du premier opus, donc, si vous mettez votre skin préféré, la métamorphose des personnages vous sera anecdotique. 

L’avis de la rédaction

Membre Actugaming.net

Nous sommes sortis satisfait de nos sessions d'Overwatch 2. Le gameplay ne révolutionne pas celui de la version de 2016, mais il est toujours aussi fun et agréable. Cependant, le fait de jouer en 5 contre 5 et n'avoir qu'un seul tank nous a laissé perplexe. En effet, on espère que Blizzard va trouver une solution pour ne pas avoir toujours les deux mêmes tanks sur le champ de bataille. En soit, on a l'impression d'avoir en face de nous une grosse mise à jour du premier Overwatch, mais avec des graphismes améliorés. On espère donc que, le jeu brillera avec son mode PvE afin de nous donner une certaine satisfaction lors du passage à la caisse.

Striklight
Note du panda
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.