TEST. Dying Light : The Following – Un DLC comme on aimerait en voir plus souvent

Voir la note

Après avoir survécu à la dangereuse ville d’Harran dans Dying Light, Techland nous emmène en pleine campagne avec le DLC du FPS survival, The Following. En plus de connaitre la suite de l’intrigue, quelques nouveautés font leur apparition, et notamment le buggy. Voyons si cette prolongation de l’expérience vaut le détour.

Avant de vous attaquer à la lecture de notre avis sur ce contenu téléchargeable, nous vous invitons à consulter notre Test du jeu principal Dying Light.

L’après Harran

dying-light-the-following-01

Presque un an s’est écoulé depuis la sortie de Dying Light. Ayant reçu un accueil globalement positif de la part de la presse et des joueurs, il nous tardait de voir ce que Techland avait prévu pour la suite. Nous sommes toujours dans la peau de Kyle Crane qui quitte la ville d’Harran pour explorer une région proche dans l’espoir de sauver ses amis de l’épidémie. En effet, des rumeurs racontent que les autochtones ne se transforment pas en zombie même après avoir été mordus. Notre ex-agent de la GRE va donc enquêter dans ce nouvel environnement entouré de mystères.

Même si la campagne de Dying Light ne brillait pas son scénario, il faut dire que l’intrigue de The Following est un peu plus prenante notamment avec ce culte intrigant qui nous pousse à vouloir connaitre le fin mot de l’histoire. Malheureusement, la fin est quelque peu décevante. Avant d’en arriver à ce final, il va falloir bosser pour gagner les faveurs de la populace présente. Première nouveauté de ce DLC, la jauge de confiance qui augmente chaque fois que vous aidez les habitants via des quêtes ou en rapportant des caisses humanitaires à l’intendant. En plus de permettre d’avancer dans le scénario principal, vous pouvez aussi obtenir de nouvelles armes comme l’arbalète qui est très sympathique à utiliser.

Buggy style

dying-light-the-following-02

Ce nouveau terrain de jeu permet d’expérimenter une nouvelle sorte d’exploration que celle dont on a l’habitude. Si vous aviez aimé vadrouiller dans la ville d’Harran tel un yamakasi grâce au parkour, cette fois-ci, nous sommes dans une campagne bien plate avec peu de possibilités pour les galipettes en tout genre. En contrepartie, Techland nous propose de parcourir les vastes étendues de cette cambrousse à bord d’un bolide tout-terrain. Les habitués de l’ancien système de déplacement seront peut-être déçus, mais c’est exactement ce que l’on attend d’un DLC. Autrement dit, une autre manière d’appréhender un titre et les développeurs ont réussi cela avec brio.

Avec toute cette communication autour de ce fameux buggy, on peut d’abord penser à une nouveauté mise en avant à outrance pour compenser un certain manque. Il n’en est rien, et on l’on prend conscience de l’énorme portée de cet ajout après quelques heures de jeu.

Tout d’abord, Crane dispose d’un tout nouvel arbre de compétences propre au véhicule améliorant ses talents de conducteurs au fil des niveaux. Etant votre unique moyen de transport, il faut prendre soin de votre machine. Au niveau de la mécanique, il y a quatre éléments à surveiller (suspension, roues…). Vous pouvez les améliorer avec les bonnes pièces, mais il faut surtout les réparer régulièrement à cause de l’usure. On apprécie également la touche de réalisme avec la jauge de carburant, il faut donc régulièrement faire le plein en remplissant des jerricans d’essence siphonnés dans les voitures abandonnées ou en pillant les stations-services.

Cerise sur le gâteau, le buggy est personnalisable, à un certain degré cependant, avec de la peinture ou encore différents accessoires. Et mieux vaut faire attention à l’entretien car, encore une fois, ce tas de ferraille est indispensable. Sachant que vous pouvez « l’invoquer » uniquement dans des abris sécurisés, on conseille vivement de ne pas tomber en panne en plein milieu de nulle part parce que parcourir la carte à pied est vraiment une tâche fastidieuse.

Zombies de campagne

dying-light-the-following-03

De plus, en termes de gameplay pur, les sensations ressenties lors de ces balades véhiculées sont des plus plaisantes. Ecraser du zombie à la pelle est un vrai bonheur. Par contre, la vitesse ne vous protège pas la nuit contre les redoutables rapaces. Ils s’agripperont à votre buggy tel des fans de voitures devant une Lamborghini au salon de l’auto. Heureusement, Techland a eu la bonne idée de permettre de réduire leur nombre en détruisant leurs nids. Bien évidemment, la tâche n’est pas des plus aisées.

Pour le reste, on garde ce qu’il y avait de bons dans l’opus principal et on dégomme du zombie sans broncher avec plaisir à l’aide des nouvelles armes. Le contenu est réellement conséquent et vous en aurez pour au moins dix heure de jeu. Sachez que vous disposez aussi d’un autre nouvel arbre de compétence appelé légende pour ceux ayant déjà tout débloquer sur les trois arbres principaux. D’ailleurs, il est préférable de commencer ce DLC avec une certaine expérience du jeu (étant donné que The Following est jouable après le prologue de Dying Light) sous peine de pédaler dans la semoule.

Graphiquement, Dying Light : The Following reste aussi beau que son aînée, on apprécie le changement de décor plus rural, les environnements sortant de l’ordinaire sont bien rendus de même que le buggy en vue cockpit. Concernant la VF du soft, on retrouve à peu près une performance identique même si on sent qu’un effort a été fait sur la correspondance des voix. Toutefois, on constate encore quelques soucis concernant la synchronisation labiale.

Techland nous redonne foi aux DLC avec Dying Light : The Following. Après avoir essayé ce nouveau contenu on se dit la chose suivante : « Voilà à quoi un DLC doit ressembler ». Proposant une nouvelle approche du jeu tout en gardant ses forces (et quelques faiblesses certes), le contenu proposé est largement plus que suffisant. Vous pouvez vous jeter sans retenu sur ce nouveau morceau de viande vidéoludique à l’image d’un zombie affamé.

8 10

Dying Light : The Following

Points positifs

  • Une nouvelle carte vaste et riche
  • Le Buggy, un vrai plus agréable...
  • ... qui offre également une nouvelle manière d'explorer
  • L'histoire attrayante aux premiers abords...
  • Un VRAI DLC garanti sans pigeonade

Points négatifs

  • Le parkour un peu mis de côté
  • L'exploration sans le buggy est un enfer
  • ... mais qui se révèle décevante au final
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp