Return to Monkey Island, God of War Ragnarok… Quand le fanatisme vire au harcèlement

God of war monkey island 1 1

Si vous arpentez un peu les différents sociaux autour du domaine du jeu vidéo, il ne vous aura pas échappé que cette semaine a été particulièrement difficile à vivre pour certains studios et créateurs. Entre le reveal de Return to Monkey Island qui a mal tourné et la non-annonce de la date de sortie de God of War Ragnarok, les « fans » (mettez là les plus gros guillemets possibles) se sont complétement lâchés sur les équipes derrière ces jeux, allant parfois même jusqu’au harcèlement. Une situation grotesque et grave, qui a de fait déjà des répercussion sur l’avenir de la communication autour de ces deux.

Une direction artistique qui réveille le pire chez les « fans »

Return to monkey island e1656574081414 2

Commençons par Return to Monkey Island. Lorsque ce dernier a été annoncé en avril 2022, aucune ombre au tableau n’était à noter. Tout le monde était heureux de revoir la série, et les fans de la première heure se réjouissait de voir que Ron Gilbert, le créateur de la série, était de retour aux commandes.

Mais ça, c’était avant le premier trailer de gameplay, qui a été diffusé lors du Nintendo Direct Mini Partner Showcase. Cette bande-annonce nous a permis d’avoir un meilleur aperçu de la direction artistique de ce nouvel épisode, qui, on peut le dire, est assez différente de ce à quoi nous avait habitué la série.

Soit. C’est un choix, et ce choix peut très bien ne pas convenir à tout le monde, tout comme il est tout à fait possible d’exprimer son avis à ce sujet. Mais la demi-mesure n’est pas vraiment le sport favori des internautes, et on a pu le voir sur le blog de Ron Gilbert lui-même, où le créateur a reçu des centaines de messages haineux à propos de la direction artistique de cet opus, allant même parfois jusqu’à des menaces personnelles.

En constatant cela et en faisant la modération sur ces messages, Ron Gilbert a alors pris une décision radicale, à savoir de ne plus parler lui-même du jeu :

« Je ferme les commentaires. Les gens sont juste méchants et je dois supprimer les commentaires d’attaque personnelle. C’est un jeu incroyable et tout le monde dans l’équipe en est très fier. Jouez-y ou n’y jouez pas, mais ne le gâchez pas pour tout le monde. Je ne publierai plus rien sur le jeu. La joie du partage m’a été enlevée. »

Dominic Armato, l’acteur derrière le célèbre personnage de Guybrush Threepwood, a lui aussi pris la parole à ce sujet :

« J’ai vu beaucoup de discussions passionnées mais polies ou presque polies, mais les commentaires sur le blog de Ron étaient un spectacle dégoutant. Quoi que vous vouliez que Monkey Island soit, je vais prendre des risques et suggérer que faire de cela une corvée plutôt qu’une joie pour les développeurs est le moyen le plus rapide de s’assurer que ce ne sera rien pour personne. »

Un bel exemple d’incivilité de la part des soi-disant fans. Il va sans dire que le fait d’attendre ce jeu depuis des dizaines d’années ne donne absolument pas le droit d’aller insulter le travail des personnes derrière ce projet, d’autant plus pour un simple mécontentement à propos d’une direction artistique. Rappelons que pour être fan de Monkey Island, on estime que la moyenne d’âge de ces personnes est logiquement au moins au dessus de la vingtaine (pour avoir connu les premiers jeux), et que c’est encore plus terrible des voir des adultes se comporter de la sorte.

Du harcèlement… pour une date de sortie ? Vraiment ?

God of war ragnarok key art 3

Mais on a vu encore pire cette semaine avec God of War Ragnarok. Plusieurs insiders et journalistes fiables s’étaient accordés sur le fait qu’une présentation du jeu devait avoir lieu le 30 juin dernier. Sous quelle forme, on ne sait pas, mais il se murmure qu’un post de PlayStation Blog devait nous annoncer la date de sortie du jeu, qui cristallise beaucoup d’attente.

Cependant, nous sommes maintenant le 1er juillet, et il ne s’est rien passé le 30 juin. Cory Barlog, directeur créatif du studio, avait pris la parole la veille sur Twitter en demandant aux gens d’être respectueux envers l’équipe, étant donné qu’ils ne gèrent pas la communication du jeu eux-mêmes, et que s’ils le pouvaient, ils partageraient bien plus de choses.

Une demande qui n’a visiblement pas été respectée, puisque s’en est suivie une vague de messages impolis, grossiers, insultants, pour ne pas dire stupides sur Twitter, qui exigeaient d’annoncer la date (comme s’ils étaient en droit d’exiger quoi que ce soit). Une haine assez incompréhensible qui en a poussé certains à harceler les membres du studio, notamment les femmes qui y travaillent (personne n’est malheureusement surpris), comme Alanah Pearce, scénariste, ou Estelle Tigani, productrice cinématique.

Cette dernière a même eu droit à à la réception de « dick pics », autrement dit des photos de sexes masculins, afin de la faire craquer mentalement dans l’espoir qu’elle communique la date de sortie plus vite.

Oui, c’est aussi surréaliste que ça en l’air, et hautement condamnable. Aucune excuse ne vient justifier ce harcèlement, qu’importe l’impatience que l’on peut éprouver à propos d’un jeu. On imagine qu’après cela, le studio sera encore nettement moins enclin à communiquer autour du jeu, tant ces comportements peuvent affecter la santé mentale des personnes qui développent le jeu.

Faut-il accuser les insiders et la presse ?

Déjà, non. Pas de suspens ici, les seuls coupables sont les harceleurs, et personne d’autre. Mais le sujet a été abordé par Cory Barlog, étant donné que le studio n’avait jamais rien promis pour le 30 juin, et que tout le monde s’était mis en tête cette date suite à un tweet de The Snitch, un insider plutôt récent dans le milieu qui n’avait jamais eu faux jusqu’à hier.

En réponse à quelqu’un sur Twitter qui blâmait The Snitch et Jason Schreier (journaliste chez Bloomberg) pour toute cette affaire, Barlog répond :

« Ne le faites pas. La réponse n’est pas de trouver quelqu’un à blâmer ou de focaliser la haine sur lui. Peut-être simplement d’aller de l’avant et de traiter les personnes qui fabriquent les choses que nous aimons avec une certaine décence et un certain respect humain. Ce n’est pas une bataille, nous ne sommes pas en guerre. nous essayons juste de faire plus profiter des choses ensemble. »

Une réponse appuyée par Phil Spencer, grand manitou de Xbox en personne, qui vient aussi calmer les centaines de messages qui s’attardent encore sur une guerre des consoles futile en plaçant God of War Ragnarok et Starfield au cœur des débats. Il serait temps de passer à autre chose.

Pas besoin de vous préciser qu’on ne vous encourage pas à participer ni à tolérer ce genre de campagne de harcèlement infâme, et que le fait d’être en désaccord ou d’être impatient de jouer à un jeu n’autorise absolument personne à se comporter de la sorte, envers qui que ce soit, que ce soit envers les développeurs, les journalistes, les insiders, ou même les créateurs de contenu (comme on a pu le voir cette semaine dans le milieu français). Espérons que cela se reproduise le moins possible à l’avenir, même si on n’est pas tout à fait confiants à ce sujet.

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 Commentaires
plus de votes
plus récents plus anciens
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Hordak
Hordak
1 mois plus tôt

Je ne pensais pas que des gens s’en prendraient directement à Ron Gilbert. Mais j’avoue que la DA m’a personnellement choquée. C’est moche et ça fait cheap. C’est d’autant plus étonnant que Ron avait trouvé le style parfait pour Thimbleweed Park. Un style plus rétro dans le genre de MI1 ou 2, ou plus dessins animé comme le 3, ça aurait été chouette. Là, c’est vrai que ça ne fait pas envie mais bon, de là à menacer Ron Gilbert, il ne faut peut-être pas exagérer (surtout que si le… Lire plus »

squalltis
squalltis
1 mois plus tôt

Aujourd’hui quand on demande à un enfant ce qu’il veut être plus tard, il nomme un métier, et on l’en félicite.
Dans une société où l’on se définit par notre fonction, on en oublie qu’il y a un Homme derrière le poste, et on confond l’un et l’autre, comme on nous a toujours appris à le faire.

Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.