Aperçu : Premier avis sur Skyforge, un MMO divin ?

Aperçu : Premier avis sur Skyforge, un MMO divin ?
Au travers d'un aperçu, nous vous proposons aujourd'hui nos premières impressions sur le MMORPG Skyforge. En bêta ouverte depuis le 16 juillet 2015, voyons ensemble si cette production s'annonce intéressante !

Développé par l’équipe Russe d’Allods Online, la bien nommée Allods Team, et co-développé par Obsidian Entertainment, Skyforge est un MMORPG, tout comme son prédécesseur. Le jeu est édité par My.com et se présente sous l’incontournable modèle du free to play. Pour ceux qui l’ignoreraient encore, cette production prend place dans un monde tirant son inspiration à la fois dans la mythologie et la science-fiction.

Si Allods Online avait été une excellente surprise dans le monde des MMORPG free to play, ce dernier sonnait un peu trop, visuellement parlant, comme un « clone » de World of Warcraft. Ce mois-ci, Skyforge débarque en bêta ouverte et ce que l’on peut dire au premier regard, c’est que le dernier né de l’Allods Team semble cette fois avoir son propre style.

Les Immortels, des dieux en devenir

skyforge

Tout d’abord, abordons l’histoire. Celle-ci n’est bien sûr pas d’une grande originalité mais parviendra peut-être à vous accrocher, plus qu’à l’accoutumée dans les jeux de ce genre. L’action prend place dans le monde d’Aelion, un monde où les habitants sont protégés par les immortels. Quand le jeu commence, vous débutez en tant qu’immortel fraichement débarqué d’Aelion. Dès lors, votre destinée sera de progresser sur le chemin de la déification. Le monde, qui autrefois était protégé par de grands dieux n’est aujourd’hui protégé que par des immortels et autres dieux de moins grande ampleur. Le but est alors de passer d’un statut d’immortel à celui d’un puissant dieu.

Et comment faire ? Il faut protéger les habitants d’Aelion des nombreuses menaces qui pèsent sur eux. Ainsi, plus vous accomplirez de missions, plus vous gagnerez de fidèles, ce qui vous rendra plus puissant. De plus, l’histoire vous met face à une intrigue qui, certes, met un peu de temps à démarrer mais finit par devenir quelque peu intéressante même si, ne nous mentons pas, elle n’a rien de particulièrement palpitant.

L’originalité du titre va plutôt tirer du côté du système progression et des classes, parfaitement atypiques. Oubliez les niveaux et autres points d’expérience comme dans un MMORPG classique. Vous êtes un dieu et ce dont vous avez besoin pour avancer, ce sont des fidèles ! Ces derniers, lorsque vous en gagnez, sont représentés par votre Prestige, qui augmente au fur et à mesure de votre progression. Ce fameux Prestige augmente en effectuant des missions (sur lesquelles nous reviendrons plus tard), en obtenant des récompenses, un meilleur équipement, etc.

Autre particularité de ce jeu, la classe que vous choisissez lorsque vous commencez n’est absolument pas déterminante pour la suite. En effet, si à la création du personnage vous devez décider d’une classe de départ, il sera tout à fait possible d’en changer plus tard, à loisir ! Par exemple, les trois classes de bases sont les suivantes : Le Cryomancien, classe offensive à base de combat à distance ; le Paladin, pro du combat rapproché, axé défense ; et enfin le Lumancien, destiné au soutien et au combat à distance.

Je vous entends déjà crier : « Quoi ?! Juste trois classes, c’est tout ? Tu te fiches de moi ? ». Non, le jeu ne possède pas seulement trois classes, je vous explique ! On trouve trois classes de base, il faut la choisir à la création du personnage, mais il vous est tout à fait possible de changer directement de classe dès le début de votre aventure. Le plus gros point fort du jeu qui vous motivera à avancer, c’est le fait que d’autres classes sont déblocables en progressant.

Comme dit précédemment, on change de classe à volonté donc rassurez-vous, si vous en débloquez une, inutile de recommencer un personnage ! D’ailleurs, vous ne pourrez créer qu’un seul personnage par compte. Pour vous expliquer comment les débloquer, nous allons tenter d’aborder précisément le système de progression.

Un système de progression original

skyforge1

Tout d’abord, lorsque vous effectuez une mission, pourvu que celle-ci soit un succès, vous obtenez plusieurs récompenses. D’abord, vous obtenez des crédits qui sont la principale monnaie du jeu, mais pas seulement. Effectivement, vous gagnez principalement trois types de récompenses : les étincelles de destruction, celles d’équilibre et celles de création. Chacune d’entre elles vous permettra de débloquer des caractéristiques spécifiques selon leur type. Ces récompenses s’utilisent sur l’Atlas de l’Ascension. Il s’agit ni plus ni moins de ce qui vous permettra d’évoluer et de débloquer de nouvelles capacités ou classes.

Cela se présente, si vous connaissez, un peu à la manière du sphérier de Final Fantasy X. Vous avancez de case en case, chacune débloquant des caractéristiques avec les étincelles gagnées au cours de vos périples. Au départ, vous débutez sur un Atlas très basique, ne vous donnant pas le choix de la direction à prendre dans votre progression. Prenons par exemple le Cryomancien : après avoir obtenu toutes les caractéristiques de base obligatoires de la classe, l’on parvient sur une case particulière : celle de la « Voie du Cryomancien ».

A partir de ce moment, vous arrivez sur un Atlas bien plus complexe et vous donnant plus de libertés dans votre progression. Le fait de débloquer la voie de votre classe vous donnera aussi accès à l’ensemble de l’Atlas de l’Ascension, celui-là même qui vous permettra d’acquérir de nouvelles classes. Hormis les trois classes de bases, vous en trouverez dix autres : le kinétic, l’archer, le nécromancien, l’assassin, l’artilleur, le moine, le chevalier, le sorcier, le berserker ou encore l’alchimiste. Bien sûr, comme cela a été dit un peu plus haut, votre progression au sein de l’Atlas vous fera gagner en Prestige. Votre but sera donc de débloquer un maximum de caractéristiques et classes pour gagner en Prestige, et donc en fidèles.

L’équipement que vous possédez vous permet également de gagner en prestige, mais son système est un peu particulier lui aussi. Oubliez les équipements de type vestimentaire (casques, gants, armures, etc.), les seuls équipements que vous possédez sont votre arme principale ainsi qu’une arme secondaire, permettant d’augmenter la puissance de votre arme principale et de lui octroyer quelques bonus supplémentaires. Vous pouvez également porter quatre anneaux en même temps, ces derniers augmentent aussi vos caractéristiques.

Il y a également un autre avantage, c’est que pour chaque équipement, vous disposez d’un système de boost qui permet d’augmenter les caractéristiques de vos armes et qui s’appliquera à chaque classe que vous utiliserez. A noter également que deux catégories d’équipement existent mais ne sont disponibles qu’à un niveau assez elevé, que je n’ai pas. Si vous voulez plus d’informations sur celles-ci, je vous invite à jeter un œil sur le site officiel de Skyforge.

Un gameplay varié dans son système de combat

skyforge2

Ce que l’on pourrait craindre avec le nombre de classes présentes dans Skyforge, c’est qu’elles finissent par toutes se ressembler… c’était en tout cas ma crainte. Mais que nenni ! Pour en avoir testé un certain nombre, je peux peux vous dire que le gameplay varie bien d’une classe à l’autre. Bien sûr, les différences ne sont pas révolutionnaires mais elles varient de manière assez plaisante.

Même si sur la base, le gameplay garde la même recette pour chaque classe, des différences se posent clairement. Vous disposez pour chaque classe d’une attaque simple qui se déclenche au clic gauche, ainsi que d’une attaque secondaire se lançant au clic droit. Ces deux attaques sont basiques et ne consomment pas votre barre secondaire, que l’on pourrait considérer comme une barre de « mana ». Mieux, les attaques de base servent à régénérer ladite barre. Néanmoins, même si je dis « barre de mana », sachez que sa nature change en fonction de la classe et n’a pas toujours le même fonctionnement.

Pour bien se rendre des variations entre les classes, tentons un bref comparatif entre deux classes. Le cryomancien, par exemple, possède des attaques soumises à des cooldown, c’est-à-dire qu’il doit attendre avant de pouvoir réutiliser telle ou telle technique. En contrepartie, sa barre secondaire, celle qui sert à alimenter les différentes techniques, se régénère progressivement avec le temps mais également en lançant des attaques basiques.

Et d’un autre côté, si l’on prend l’alchimiste, ce dernier utilise des techniques dont la majorité n’a pas de cooldown, sauf quelques-unes. Et pour compenser cet avantage sur le cryomancien, sa barre secondaire ne se régénère pas d’elle-même, il faut lancer des attaques simples.

En somme, le système de combat se montre relativement varié même s’il ne réinvente pas vraiment le genre, au contraire du système de progression qui lui, opte pour une recette plutôt inédite et incitera à garder le même personnage ! Le plus dommageable reste que pour avancer il faut refaire de nombreuses fois les mêmes quêtes.

Les quêtes de Skyforge se détachent légèrement du système classique. Alors qu’en général les quêtes de ces jeux sont uniques dans la mesure où quand vous l’effectuez, ce ne sera plus exactement la même. Ici, pour progresser, vous disposez d’un système de missions à sélectionner sur une mappemonde. Vous récupérez ces missions dans le hub de départ, là où vivent immortels et dieux. Vous pouvez donc choisir certaines missions pour gagner des récompenses.

A première vue, on pourrait se dire que ce système est sympathique. Il pourrait l’être et, de plus, il est cohérent avec l’univers : Les immortels écoutent les suppliques des mortels d’Aelion pour ensuite venir les aider… logique ! Mais la faille réside dans le fait que pour faire certaines missions, il faut avoir un niveau de prestige particulier. De ce fait, vous ne débloquez plus de missions, il faut recommencer encore et encore celles dont vous disposez déjà, jusqu’à atteindre un niveau suffisamment élevé. Cet aspect peut s’avérer particulièrement lassant, frustrant et plutôt décourageant pour les moins acharnés.

Petit plus tout de même : bien qu’il faille refaire plusieurs fois les mêmes missions, selon votre prestige, il est possible d’augmenter le niveau de difficulté et donc le niveau de la récompense. C’est déjà ça. Et la nature des récompenses pour chaque mission varie régulièrement avec le temps.

Une réalisation honnête mais perfectible

skyforge3

Graphiquement, Skyforge possède de très bonnes qualités pour un free to play ! En effet, le jeu est plutôt beau sans pour autant être d’une exceptionnelle beauté. On retrouve la même idée concernant la direction artistique. Bien que l’originalité de mélanger la mythologie et la science-fiction soit au rendez-vous, le jeu n’a rien de particulièrement bluffant à ce niveau.

Certains niveaux sont parfois mal réalisés dans la mesure où, sur une même carte, les endroits sont trop peu variés et parfois, on finit par s’y perdre. Néanmoins, quelques niveaux sortent parfois du lot et offre des paysages visuellement superbes. Le bestiaire n’est pas des plus variés non plus, même si l’on trouve quelques petites perles, notamment les créatures directement inspirées de la mythologie (mention aux pégases mécaniques !).

L’ambiance sonore, quant à elle, est plus que correcte. Les musiques collent bien à l’univers donnent une certaine cohérence à l’ensemble. Mention également à la musique de l’écran titre qui, bien que très classique, est vraiment superbe.

La présence des doublages pour les NPC est un plus non négligeable pour un MMORPG. L’intention est louable et participe elle aussi à améliorer l’immersion au sein de l’histoire. Malheureusement, leur qualité n’est pas des plus remarquables. La première impression en écoutant ces doublages, c’est que les doubleurs ne semblent pas avoir mis beaucoup de cœur à l’ouvrage.

Ces derniers donnent en effet la désagréable impression d’avoir simplement lu leur texte, sans donner beaucoup de relief à la performance. Vous me direz que c’est un détail pour un MMORPG, et vous aurez partiellement raison Mais quitte à avoir fait l’effort d’inclure des doublages, il aurait été appréciable qu’ils soient mieux travaillés.

Autre point fort du jeu est qu’il convient de mettre particulièrement en avant : bien que le jeu soit actuellement encore en bêta, ce dernier souffre d’un nombre de bugs extraordinairement bas. A l’heure des jeux mal terminés, trouver un jeu en bêta (qui plus est un MMORPG) parfaitement jouable et qui n’est pas la proie de d’innombrables bugs, est un élément à mettre au crédit des développeurs !

Un modèle économique plutôt équilibré mais destiné aux plus patients

skyforge4

Rassurez-vous tout de suite, le modèle free to play de Skyforge ne fait pas partie de ceux qui donnent tout aux joueurs qui dépensent le plus. Bien évidemment, ceux qui payent pour accéder au statut premium auront un avantage, mais celui-ci est avant tout un gain de temps.

En effet, le principal avantage du statut premium est de pouvoir bénéficier d’un pourcentage bonus pour chaque récompense après une mission réussie. Le premium est donc avant tout destiné aux joueurs les moins patients ou bénéficiant de trop peu de temps pour progresser. En revanche et pour avoir testé ce système, j’ai trouvé la progression tout de même relativement longue. Je pense donc qu’il faudra s’armer d’énormément de patience pour débloquer la totalité des classes et autres capacités sans dépassant un sous. Néanmoins, le système reste plutôt honnête et ne propose pas d’acheter des étincelles pour augmenter les caractéristiques de son personnage, mais seulement celles de son équipement.

Skyforge pourrait aisément être placé dans le haut du panier des MMORPG. Même si celui-ci ne révolutionne pas le genre et n’est pas exempt de défauts, il a le mérite de proposer quelques innovations bien sympathiques, et notamment la possibilité de changer de classes à volonté. Bien entendu, le jeu ne plaira pas à tout le monde rien que pour toute la patience qu’il requiert pour l’obtention de toutes les classes et de la progression en général.

Mais ces points sont des éléments propres aux MMORPG, à plus forte raison sur un free to play. Le très petit nombre de bugs saura également ravir les joueurs puisque cela semble indiquer qu’à sa sortie, le jeu sera certainement d’une propreté exemplaire. Le modèle économique semble quant à lui plutôt équilibré et ne semble pas mettre un couteau sous la gorge du joueur pour pouvoir avancer, en n’offrant pas de bonus exagérés.

En tout cas, on peut clairement se permettre d’être optimiste pour ce titre qui s’annonce très prometteur. Espérons également qu’il propose par la suite du nouveau contenu, moins répétitif cette fois.

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp