Le président de Square Enix exprime son intérêt pour le metaverse et les NFT en 2022

Final fantasy vii remake 99 1

La nouvelle année est là, et c’est l’occasion pour de nombreuses personnalité de l’industrie de nous adresser leurs meilleurs voeux, tout en teasant quelque peu leurs projets pour 2022. Tandis que certains créateurs évoquent leurs futurs jeux ou parlent simplement avec enthousiasme des différents titres sur lesquels ils vont garder un oeil en 2022, Yosuke Matsuda, président de Square Enix, n’oublie pas que tout cela est un business, et qu’il faut exciter les actionnaires en parlant de technologies qu’ils ne comprennent pas, pour la plupart.

Le sujet brûlant de 2022 est déjà là

Vous l’aurez compris, on va ici parler de NFT, de metaverse, et de blockchain, autrement dit le bingo de 2022. Attendez-vous à rencontrer ces termes de plus en plus fréquemment tout au long de l’année, quand bien même cela intéresse peu de joueuses et de joueurs (il suffit de regarder le fiasco d’Ubisoft Quartz pour s’en rendre compte).

Dans une lettre publiée pour fêter la nouvelle année, le président de Square Enix a donc consacré la majeure partie de son message à nous parler des trois domaines cités précédemment, afin de montrer que l’éditeur était très intéressé par ces technologies, qui seront au coeur des débats en 2022 :

« Le métaverse était un grand sujet en 2021, inspirant une conversation mondiale animée d’abord sur ce qu’est le métavers, puis sur le type d’opportunités commerciales qu’il présente […] L’avènement des NFT utilisant la technologie blockchain a considérablement augmenté la vente des biens numériques, permettant le commerce d’une variété de ces biens à des prix élevés et suscitant des conversations dans le monde entier. Je vois 2021 non seulement comme « Metaverse : Année Un », mais également comme « NFT : Année Un » étant donné que ce fut une année au cours de laquelle les NFT ont été accueillis avec beaucoup d’enthousiasme par une base d’utilisateurs en expansion rapide. »

Matsuda pointe tout de même du doigt que les NFT mettent en avant un aspect spéculatif qui est évidemment dangereux (avec un coût environnemental souvent désastreux), mais il semble être optimiste sur la régulation de tout cela. Et l’intérêt des joueuses et des joueurs dans tout ça ? Eh bien voici ce qu’il en dit :

« Je me rends compte que certaines personnes qui « jouent pour s’amuser » et qui forment actuellement la majorité des joueurs ont exprimé leurs réserves vis-à-vis de ces nouvelles tendances, et c’est compréhensible. Cependant, je pense qu’il y aura un certain nombre de personnes dont la motivation sera de « jouer pour contribuer », c’est-à-dire d’aider à rendre le jeu plus excitant. Le jeu traditionnel n’a offert aucune incitation explicite à ce dernier groupe de personnes, qui étaient strictement motivés par des sentiments personnels aussi incohérents que la bonne volonté et l’esprit de bénévolat. »

Autrement dit, Matsuda voit ces technologies comme une opportunité pour que le public s’investisse davantage dans la « création » des jeux. On ne remettra pas en compte la sincérité de ce géant de l’industrie, mais n’oublions pas une chose : bien que cette lettre soit publique, elle est avant tout destinée aux investisseurs et actionnaires.

Comprenez par là que toutes les excuses créatives pour utiliser ce genre de technologies sont surtout présentes pour essayer de mieux faire passer la pilule au grand public, tandis que l’évocation de ces termes titille le portefeuille de celles et ceux qui voient ici un nouveau marché dans lequel investir.

On attend maintenant de voir si toutes ces envies vont se concrétiser dans les jeux de Square Enix, ou plutôt comment.

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.