Pokémon – Épée et Bouclier : Présentation et avis sur le manga de Kurokawa

Pokémon : Épée et Bouclier - Couverture - Larmillon - Flambino - Ouistempo

Si nous commençons à parler de combats au tour par tour, et que nous ajoutons la mention « Nintendo » par-dessus, quel serait le premier nom qui vous viendrait à l’esprit ? Pour beaucoup d’entre vous, la réponse serait Pokémon. Et quoi de plus normal quand on connaît la renommée internationale de cette franchise créée par Game Freaks !

Aujourd’hui, nous allons justement vous parler de cette saga mythique qui, à l’époque, n’était pas attendue pour avoir une telle retombée économique. En effet, 25 ans après la sortie des premiers opus sur GameBoy, ce sont plusieurs générations de joueurs et joueuses qui se sont employées à remplir le Pokédex national des différent titres ; et ce sont plusieurs millions d’exemplaires écoulés à travers le monde.

Avec un pareil succès, nul besoin de vous expliquer la nécessité d’adaptations en tous genres. C’est justement de l’une de ces adaptations dont nous allons parler aujourd’hui : Pokémon Épée et Bouclier, dans sa version manga.

Un scénario respectant le titre d’origine ?

Pokémon: Épée et Bouclier

Avec Kusaka Hidenori au scénario et Yamamoto Satoshi au dessin, cette adaptation bande-dessinée des deux jeux sortis sur Switch nous narre l’histoire d’Arnold, un jeune dresser inexpérimenté qui découvre tout juste la région de Galar. Alors qu’il part à « l’aventure », le jeune garçon va faire la rencontre de deux dresseurs de Pokémon désireux de prendre part au « Défi des Arènes » : Épée et Bouclier.

Évidemment, ces deux jeunes gens ne sont pas seuls. Ils sont accompagnés par la professeure Magnolia, experte en Pokémon. Après une fâcheuse histoire de falaise, Arnold décide de les accompagner dans cette aventure, où il ne sera finalement qu’un simple spectateur. En tout cas, dans ce premier tome. Après tout, les choses pourraient changer dans le second tome de la série.

Comme dans le jeu éponyme, les personnages se font remarquer par Tarak, l’actuel maître de Galar. Ce dernier les recommande alors pour le Défi des Arènes et une aventure mouvementée peut alors débuter.

Mais cette adaptation ne se résume pas qu’aux combats d’arènes. Les personnages ont chacun leurs spécificités, qui font qu’ils ont une place bien à eux dans le scénario. D’une part, Épée est issu d’une longue lignée de forgerons et met son savoir-faire au service des Pokémon en réparant leur attirail abîmé. Pour Bouclier, il s’agit d’une génie des technologies. Elle assiste Magnolia dans ses recherches.

Si Épée et Bouclier représentent d’un côté le sérieux et le calme et de l’autre le rire et l’exaltation, Arnold quant à lui est bien plus ambivalent. Il s’agit d’un personnage néophyte, découvrant le monde pour la première fois tout au long de l’aventure. Il pourrait très bien être vu comme le lecteur tenant le livre, le spectateur d’une histoire où, finalement, il ne peut pas réellement intervenir.

C’est donc un cocktail étonnant de personnages qui nous est servi. Bien sûr, la recette de Pokémon est toujours la même : un personnage principal accompagné de plusieurs compagnons, chacun ayant son propre archétype psychologique et ses objectifs personnels. On retrouve toujours un maître à égaler et dépasser, et un professeur pour épauler les jeunes gens qui partent à l’aventure. Et, finalement, on retrouve aussi quelques autres personnages secondaires et l’un ou l’autre rival.

Pokémon, tout simplement Pokémon ?

Pokémon : Épée et Bouclier

En parlant de rivaux, ces derniers sont les mêmes que dans les jeux : Travis, Nabil et Rosemary. Les personnages sont bien dessinés et, pour le peu qu’on les aperçoit dans ce premier tome, ils sont également très bien adaptés. Et qui dit Rosemary dit Team Yell. Et qui dit Travis dit Shehroz et Liv. Et qui dit Magnolia dit Sonya. Oui, ils sont tous présents et occupent tous le même rôle que dans les jeux vidéo. Au moins, ceux qui débarquent en terrain connu ne seront pas déboussolés.

Mais pour les nouveaux qui découvrent Pokémon via cette adaptation, Kusaka Hidenori et Yamamoto Satoshi ont pensé à tout. Rapidement, le phénomène dynamax est présenté. Et tout aussi sommairement, le système de raids est approché. Tout va rapidement, afin de ne pas trop s’attarder sur des détails qui ne serviront peut-être pas vraiment tout au long du scénario, mais ne sont pas non plus laissés de côté afin de ne pas délaissés des éléments nouveaux apportés par Épée et Bouclier.

Ainsi, le scénario avance rapidement, sans doute pour tenter de changer de rythme par rapport à celui des jeux. Épée prend part à un raid dès les premiers chapitres, tandis que l’on rencontre très rapidement Travis, lui qui pourtant apparaissait un peu après les autres rivaux. Quant à l’équipe de Pokémon aux côtés des héros, celle-ci est déjà étoffée et entraînée, avec notamment un Palarticho et les trois starters de Galar.

Mais si tout avance à un rythme effréné, cela ne veut pas dire que le manga n’a rien à nous raconter, bien au contraire. On retrouve dans ce premier tome tout ce qui fait le succès de la licence Pokémon : un défi incluant des badges, des dresseurs et rivaux puissants, de nouveaux Pokémon à découvrir et des héros en quête de puissance pour dépasser le maître actuel. Une structure classique donc mais qui parvient toujours à faire mouche.

Le tout est bien entendu illustré de façon à attirer un lectorat très varié. C’est simpliste, avec un trait « immature », qui saura plaire à un lectorat plus jeune. Mais la charte graphique du manga garde, dans son ensemble, la marque Pokémon, permettant ainsi de garder intéressés des fans plus âgés. Bref, c’est mignon, presque joli, sans pour autant être visuellement magnifique (un peu comme tous les jeux de la licence quoi, qu’on aime pourtant tous énormément).

Faut-il craquer pour le manga Pokémon : Épée et Bouclier ?

Pokémon : Épée et Bouclier

Malgré son aspect visuel assez simple, cette adaptation de Pokémon : Épée et Bouclier reste des plus agréables à parcourir. L’ensemble de ce qui a fait le succès du titre à travers le monde est présent. Et voir le monde à travers les yeux d’Arnold, un personnage qui n’est pas vraiment dans la mentalité habituelle des dresseurs, ça apporte un vent de fraîcheur bienvenu.

Acheter Pokemon : Épée et Bouclier sur Amazon

Du long de ses 192 pages, ce shonen s’adresse à un lectorat composé de fans de tous horizons ou de plus jeunes lecteurs désireux de découvrir l’univers de Pokémon. Le décor est planté, tous les éléments sont présents pour que la suite puisse prendre son envol. Il ne nous reste plus qu’à attendre que Kurokawa nous publie ça.

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.