Cyberpunk 2077 : Une enquête de Bloomberg lève le voile sur les coulisses du développement

Cyberpunk 2077

Depuis le lancement compliqué de Cyberpunk 2077 et les multiples polémiques autour du jeu, beaucoup se demandaient quand on aurait enfin droit à la vérité derrière ce fiasco qui s’est déroulée en interne chez CD Projekt Red.

Si l’on a bien eu un message en provenance directe de Marcin Iwinski, qui présentait ses excuses tout en dévoilant les raisons qui ont poussé le jeu à sortir trop vite, on attendait surtout qu’une vraie enquête journalistique soit menée, et c’est encore une fois Jason Schreier de Bloomberg. qui lève le voile sur l’affaire, avec un article édifiant co-signé par Konrad Krasuski.

Une remise à zéro fin 2016

Que s’est-il réellement passé chez CD Projekt Red ? L’enquête remonte directement aux développeurs et aux personnes (une vingtaine) ayant œuvré sur Cyberpunk 2077 pour une série de témoignages qui en disent long sur le mauvais management du studio. Ce qui en résulte alors, c’est le constat que le management était avant tout focalisé sur le marketing plutôt que le développement, et que la date butoir, fixée bien en amont, était inconcevable et a amenée à un crunch intensif.

Tout cela, on le savait malheureusement déjà, mais plusieurs employés pointent aussi du doigt les mensonges de Marcin Iwinski dans sa dernière vidéo, notamment lorsqu’il est question des bugs qui n’étaient soi-disant pas découverts avant la sortie. Les témoignages avancent le contraire, en déclarant que tout le monde était au courant des bugs, mais qu’il n’y avait pas assez de temps pour résoudre ces derniers.

C’est le développement du moteur qui aurait alors compliqué la tâche, car ce dernier était conçu au même moment que le jeu. On comprend mieux pourquoi le planning était trop resserré, surtout que l’on apprend que le travail sur le jeu n’a vraiment débuté que fin 2016, où tout le projet a été remis à zéro.

Adrian Jakubiak, un ancien programmeur son au sein du studio, révèle alors qu’après avoir discuté avec ses anciens collègues durant le développement du jeu, il « savait que ça n’allait pas bien se passer« , mais qu’il « ne savait pas à quel point cela allait être catastrophique. »

Une démo sans jeu

Au-delà de la deadline impossible et des soucis de moteur, les désaccords régnaient au sein du studio. Adam Badowski, chef de projet, n’était alors pas sur la même longueur d’onde que beaucoup de ses employés. Dès sa reprise du projet en 2016, le jeu a abandonné la vue à la troisième personne pour la vue que l’on connait aujourd’hui.

Vient alors l’E3 2018. Lors cet événement, la presse a eu le droit d’assister à une démo de Cyberpunk 2077, qui a forcément impressionné. L’article nous apprend alors que ce n’était qu’un écran de fumée :

« Les fans et les journalistes étaient impressionnés par l’ambition et la démesure de Cyberpunk 2077. Ce qu’il ne savait pas c’était que la démo était presque entièrement fausse. CD Projekt n’avait pas finalisé et codé les systèmes de jeu, c’est pour cela que de nombreuses fonctionnalités, comme les embuscades en voiture, étaient manquantes dans le jeu final. Les développeurs ont dit qu’ils avaient senti que la démo était une perte de temps de plusieurs mois qui auraient plutôt du être consacrés au jeu. »

Sur Twitter, Schreier révèle également que le système de police a été ajouté au dernier moment, ce qui explique ses nombreux soucis.

Le retard était donc déjà palpable après cette démo. S’en suit alors le crunch, où des employés travaillaient plus de 13 heures par jour. Et si vous pensiez que le crunch était un choix de chacun, ce n’est visiblement pas le cas selon ses témoignages qui pointent tous du doigt les pressions des managers, et même d’autres collègues. Jakubiak ajoute alors : « J’ai des amis qui ont perdu leur famille à cause de ces manigances« .

Un objectif irréalisable évident en interne

En 2019, la date de sortie (qui était auparavant fixée au 16 avril 2020) était annoncée à l’E3 durant la conférence de Microsoft. Un objectif inconcevable pour certains, perçu comme une blague en interne, puisqu’ils visaient plutôt une sortie en 2022 à l’époque. On découvre alors que face à l’incongruité de la situation, les développeurs pariaient sur les dates de report du jeu, alors que le management faisait tout pour sortir le jeu avant les prochaines consoles.

Après plusieurs mois où les boss du studio ont fait la sourde oreille, le jeu a été décalé, tout en réalisant bien qu’il serait difficile de le sortir sur PS4 et Xbox One. La suite, on la connait. Le virus qui a touché le monde a encore plus compliqué la tâche, obligeant les employés à travailler à la maison, avec des conditions de travail surréalistes pour un jeu qui devait sortir dans l’année.

Vous l’aurez compris, le développement de Cyberpunk 2077 a été un véritable enfer pour de nombreux développeurs, et marquera forcément l’histoire de CD Projekt Red. Un studio dont les directeurs se sont senti capable de tout réaliser, grâce à The Witcher 3, comme le souligne Schreier sur Twitter qui résume le tout de cette façon : « Une ambition incontrôlée, des problèmes techniques, des délais irréalistes et, surtout, une conviction : « Nous avons fait The Witcher 3 – ça va marcher. »

S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.