Test The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel – Notre avis sur la version PS4

Test The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel – Notre avis sur la version PS4
Comme promis, Nihon Falcom sort ce mois-ci une édition remasterisée du premier volet de la série sur PS4.
Temps de lecture : 6 min.

Débutée il y a trente ans sur Super Famicom (la Super Nintendo japonaise) avec Dragon Slayer : The Legend of Heroes, la licence The Legend of Heroes s’est, depuis, principalement exercée sur l’archipel. En effet, cela fait finalement peu de temps que l’Europe jouit de ses opus, découpés en plusieurs séries se déroulant dans le même univers, et n’a réellement eu droit qu’à une infime poignée d’entre eux. Les Trails in the Sky, pour commencer, et plus récemment les Trails of Cold Steel, dont le premier épisode nous parvenait en 2016 sur PlayStation 3 et PS Vita. Le 29 mars prochain, celui-ci revient sur PS4, dans une édition remasterisée. Jetons un rapide coup d’œil à ce qu’elle propose.

Le tour du propriétaire

The-Legend-of-Heroes-Trails-of-Cold-Steel

The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel est le premier d’une série comportant à l’heure actuelle quatre volets. Un opus qui se devait, donc, de poser sainement les bases d’un scénario désormais fort riche, ce qu’il faisait avec brio en janvier 2016. Nous avions d’ailleurs déjà traité son cas à l’époque, dans un test qui faisait le tour de ce qu’il avait à offrir. Permettez moi, cette fois-ci, de réaliser un rapide tour d’horizon, afin que les néophytes ne soient pas complètement perdus. Parce qu’on commence à en avoir l’habitude, le titre de Nihon Falcom (aussi connu pour Ys) est sacrément riche et touffu, et ne tardera pas à perdre quiconque ne suivra pas assidûment ses explications et son scénario.

Un scénario qui démarre d’ailleurs sur les chapeaux de roues, puisque le titre nous propulse sans sommation au cœur d’un donjon rempli de monstres, armé d’une poignée d’étudiants mercenaires fort entraînés. Le tout sur fond d’un conflit miliaire dont on ne sait alors absolument rien. Vingt minutes plus tard, une fois le premier boss envoyé au tapis, Trails of Cold Steel effectue un retour dans le passé de plusieurs mois, jusqu’au jour de la rentrée des classes. C’est à ce moment que débute véritablement l’histoire, et que l’on va pouvoir apprendre à connaître chacune de ses têtes marquantes. Des protagonistes nombreux et bien écrits, quoique sombrant souvent dans des comportements clichés, comme dans beaucoup de jeux japonais malheureusement, notamment le récent Death end re;Quest.

Passons rapidement sur l’histoire du titre, qui nous plonge dans le quotidien de la classe numéro VII d’un lycée d’apprentis tueurs. Une classe qui n’est d’ailleurs pas anodine, au sein de son établissement, puisqu’en plus d’avoir été montée dans le secret le plus total, elle est la seule à être à la fois composée de nobles et d’élèves du peuple. Un mélange culturel qui n’est bien entendu pas du goût de tous, et créera de nombreux conflits internes au fil de l’histoire. Mais puisque le titre se plaît à véhiculer un message de tolérance, ce qu’il réalise avec plus ou moins de justesse, il arrive bien sûr un point où l’amitié l’emportera.

Le contexte du jeu donne on ne peut plus envie d’en découvrir la suite !

Une amitié qui est d’ailleurs au cœur même du gameplay, puisqu’à l’image d’un Persona ou d’un Xenoblade Chronicles, on nous encourage vivement à améliorer les relations entre les élèves. Ainsi, une fois sur le terrain, ils pourront réaliser des attaques groupées dévastatrices, sans lesquelles il sera difficile voire impossible de voir le bout de sa longue aventure. Parce que le titre n’est pas avare en challenge, à l’image du restant de la série. Et bien qu’il sera tout à fait possible d’éviter les combats dans les donjons, en contournant tout simplement les ennemis, mieux vaudra toutefois se coltiner chaque affrontement pour ne pas manquer d’expérience le moment venu.

Mieux vaudra ne pas oublier que Trails of Cold Steel n’est pas dénué de challenge.

Bien entendu, puisqu’il s’agit d’un J-RPG, les combats tiennent une place importante au sein de l’aventure. Et ceux-ci ne sont pas dénués d’intérêt ! Stratégiques, ils se déroulent dans des arènes circulaires où il sera possible de se déplacer. Les différentes attaques et Arts pourront par ailleurs réaliser des dégâts de zone, ou bien ne viser qu’un seul adversaire. Mais le plus important, c’est qu’il faudra réussir à jongler avec les affinités élémentaires et les orbes de Quartz (qui rappellent grandement les Matérias d’un certain Final Fantasy VII). Deux éléments qui, pris à la légère, vous pénaliseront très fortement sur le terrain.

Que vaut ce remaster ?

The-Legend-of-Heroes-Trails-of-Cold-Steel

À l’époque de sa sortie sur Vita et PS3, The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel brille par une direction artistique plutôt sympathique, mais est malheureusement plombé par des animations raides et une technique globale quelque peu dépassée. Difficile pour le titre de se frotter, sur le terrain des graphismes, à la concurrence. Il atteint à peine le niveau d’un Tales of Symphonia sur le même support, lui même remaster paresseux d’un jeu paru sur PlayStation 2. Et malheureusement, cette édition PS4, si elle fait bien son travail en lissant les textures et en améliorant les effets visuels (notamment les ombres), accuse encore grandement le coup de la technique originale. D’autant que bien que le design général des personnages et du bestiaire hausse le niveau, le level design souvent à la ramasse assène un estoc sévère…

Visuellement, ce remaster n’a vraiment rien d’emballant…

Fort heureusement, ce n’est pas pour son aspect visuel que le titre intéresse ! Avec ce remaster, il est toujours possible de découvrir dans de bonnes conditions son scénario captivant, ses personnages hauts en couleur, et son gameplay riche. Le titre est certes toujours un peu trop bavard, et il est de plus en plus difficile de lui concéder ses divers écueils, notamment du coté de son interface vieillissante, ou de l’absence, une seconde fois, de traduction en français. Reste que les développeurs ont fait quelques menus efforts, par-ci par-là, notamment en permettant de récupérer ses données d’une version précédente. Les puristes du J-RPG seront aussi heureux de trouver dans cette édition les doublages japonais, dont l’absence remarquée faisait défaut au jeu de 2016. Au-delà de ça, il n’y a pas grand-chose à dire sur le titre, que l’on dévorera toujours avec le même plaisir.

The-Legend-of-Heroes-Trails-of-Cold-Steel

Réussite sur de nombreux points, la version d’origine de The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel se dote avec ce remaster de graphismes légèrement améliorés et de doublages en japonais. Un peu paresseux, il faut le reconnaître, pourtant il serait dommage de passer à coté d’un RPG de cette trempe pour de pareilles raisons. Parce qu’au-delà du fait qu’il soit trop bavard, qu’il n’ait toujours pas été traduit dans la langue de Molière, et que ses graphismes accusent un sérieux retard, le titre a de très gros arguments dans sa manche. Notamment un scénario captivant, et un système de combat fort réussis. Désormais, nous attendons l’arrivée du second volet, prévu pour le courant de l’année.

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des
0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp