La production du film Metro 2033 en pause car « trop américanisé »

La production du film Metro 2033 en pause car « trop américanisé »

Et tant mieux.

Si les regards sont tournés vers Metro Exodus, il ne faut pas oublier que depuis quelques années, un film Metro 2033 est dans les tuyaux. En 2012, MGM avait acquis les droits de l’adaptation cinématographique du romain post-apocalyptique de Dmitry Glukhovsky. Si le jeu devait suivre l’histoire du premier livre, le scénariste avait à l’époque décidé de placer l’intrigue à Washington D.C. en lieu et place de Moscou. Une idée pas si bonne que ça.

En recherche de nouveaux partenaires

« Les droits me sont revenus » se confie Glukhovsky à nos confrères de vg247. L’auteur explique que trop de choses ont changé et que cela n’avait désormais plus la même signification ni le même impact que dans l’oeuvre originale. Pour lui, le charme de Metro, c’est son intrigue qui se situe en Russie avec des lignes de métro dans la capitale qui servent d’abri antiatomique mais aussi son histoire qui relate certaines valeurs en seconde lecture. Des valeurs de nationalisme, de xénophobie.

« Beaucoup de choses ne fonctionnaient pas à Washington D.C. A Washington D.C., les nazis ne fonctionnent pas, les communistes ne fonctionnent pas du tout, les Sombres ne fonctionnent pas. Washington D.C. est de nature une ville très noire. Ce n’est pas du tout l’allusion que je veux avoir, c’est une métaphore de la xénophobie générale mais ce n’est pas du tout un commentaire sur les Afro-Américains. Donc ça n’a pas marché ». 

Dmitry Glukhovsky précise d’autres aspects qui ne fonctionnaient pas : « Ils ont du remplacer les Sombres par une sorte de bête au hasard et tant que les bêtes n’ont pas l’air humaines, toute l’histoire de la xénophobie ne fonctionne pas, ce qui était très important pour moi en tant qu’internationaliste convaincue. Ils l’ont transformé en quelque chose de très générique. Ils ont un peu peur de s’installer à Moscou parce que les Américains ont la réputation d’aimer les histoires sur l’Amérique. ».

L’auteur rajoute aussi que les livres et les jeux se sont vendus à des millions d’exemplaires et que le public a désormais la ville de Moscou bien ancrée dans le paysage de la franchise. Après tout, l’apocalypse américaine, c’est quelque chose que l’on a déjà vu des centaines de fois, et les lecteurs/joueurs n’ont probablement pas envie de voir ça une nouvelle fois.

Cependant, n’ayez craintes, Dmitry Glukhovsky ne compte pas lâcher l’affaire : « Je suis toujours optimiste. Nous verrons si la sortie de Metro Exodus peut propulser un peu l’IP sur les océans et voir comment cela fonctionne. » Il rajoute aussi que des discussions sont engagées avec plusieurs autres productions et que même si c’est un processus long et difficile, l’adaptation n’est pas mise au placard.

Il faudra probablement prendre son mal en patience pour ce projet en gestation depuis un bon moment. Allez, la blague est facile, mais espérons qu’il sorte tout de même avant 2033. La sortie du jeu Metro Exodus est quant à elle fixée au 22 février 2019 sur, PC PlayStation 4 et Xbox One.

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des