Aperçu : Dead or Alive 6 – Une première approche satisfaisante

En marge de la bêta ouverte sur PlayStation 4, nous avons pu nous essayer à une version plus aboutie du jeu de combat 3D de Koei Tecmo.

Suite à notre interview de Yohei Shimbori, producteur et directeur de Dead or Alive 6, nous avons pu nous essayer à quelques matchs en versus. L’occasion de vous donner nos premières impressions sur le prochain opus du jeu de baston.

Qu’y a-t-il au menu ?

Aperçu : Dead or Alive 6 - Une première approche satisfaisante 1

Avec les explications de Yohei Shimbori, nous avons eu un aperçu des menus du jeu en commençant par le mode histoire. On précise que le scénario prend place juste après les événements de Dead or Alive 5, mais on ne s’attardera pas trop dessus étant donné que nous l’avons seulement survolé. Sachez tout de même que ce mode est composé de plusieurs embranchements. L’un concerne la trame principale tandis que les autres sont des branches annexes qui se focalisent sur différents personnages secondaires. Placée sous forme de colonnes, la position des différents événements qui composent une branche vous donne une indication sur la ligne temporelle de tel ou tel moment puisque certains peuvent se dérouler au même instant que d’autres. On passe rapidement sur les classiques du genre (mode entrainement, mode versus…) pour se concentrer sur le mode « Quêtes », qui est un bon moyen de s’initier aux mécaniques du jeu sans forcément passer par des tutoriels longs et fastidieux (il y en tout de même dans le mode entrainement pour approfondir les fondamentaux). Il s’agit d’effectuer des actions spécifiques, avec une démonstration au préalable via un rapide tutoriel (frapper un ennemi au sol, donner un certain nombre de coups, ect.). Si vous êtes en difficulté, le jeu vous propose automatiquement de refaire le tutoriel correspondant pour rafraîchir votre mémoire.

En complétant ces quêtes, vous pourrez dépenser des pièces dans le jeu afin d’acheter différents contenus. C’est aussi un bon moyen de mettre en avant Nico, le nouveau personnage qui est une scientifique dans l’âme. Ces simulations sont l’occasion pour elle d’avancer dans ces recherches. Nous avons fini par le mode « DOA Central »qui est justement là où l’on utilise ces fameuses pièces pour gagner des costumes. On précise que, comme dans la bêta ouverte sur PS4, les personnages ont entre 6 et 15 costumes selon les profils. Il est également possible de consulter des informations sur le background des combattants (même des anecdotes futiles apparemment), des statistiques diverses, et regarder des matchs d’IA VS IA que monsieur Shimbori semble beaucoup apprécier.

Quelques échanges en versus

Aperçu : Dead or Alive 6 - Une première approche satisfaisante 2

Après ça, nous avons pu nous isoler un peu pour faire une quinzaine de rounds en versus. Les joies du calendrier ont fait que nous avons pu jouer le même jour que la fin de bêta ouverte sur PS4. Nous avons donc pu comparer les deux expériences car la bêta date du mois de décembre (selon notre interview) contrairement à la version que l’on a testé dans les locaux de Koch Media, qui était bien plus aboutie. Le gameplay était un peu moins rigide dans l’ensemble. L’unique arène de la bêta semblait également un peu plus belle à l’œil même si cela sera à confirmer lors de notre test. Les rotations de caméra posaient aussi largement moins de soucis. On apprécie les quelques nouveautés en matière de gameplay comme les jauges et le fatal rush, un combo que l’on peut facilement placer en tapotant le R1. Toutefois, contre un joueur un minimum expérimenté, vous serez facilement contré. Dead or Alive 6 garde cette fibre accessible à tous, mais il reste tout de même difficile à maîtriser sans s’y investir un tant soi peu. On a aussi apprécié Nico, la petite nouvelle, qui envoie de bonnes patates électrifiées. Pour ce qui est des décors, les interactions un peu loufoques sont vraiment rigolotes à voir, mais on remarque une certaine redondance. En effet, l’animation peut se déclencher plusieurs fois en quelques minutes suivant notre position.

Au niveau des graphismes, le résultat est satisfaisant. Quand on sait que Koei Tecmo n’a pas non plus de très gros moyens, on sent les efforts par rapport à Dead or Alive 5 et ses nombreuses rééditions. Un petit mot aussi sur le côté sexy de la série qui aurait été aseptisé selon certains fans. Evidemment, nous sommes bien loin d’un Dead or Alive Xtreme, mais d’après nos observations, la série garde ce côté affriolant. Il suffit, par exemple, de voir une des tenues de Nyotengu pour s’en rendre compte. Evidemment, on ne nie pas que certaines choses ont été édulcorés afin d’être plus « eSport Friendly », mais nous sommes loin des censures décriées sur le net.

La licence semble toujours "vive"

De ce que l'on en a vu, Dead or Alive 6 semble resté dans la lignée du cinquième opus, mais on constate des efforts pour le rendre encore un peu plus accessible, sans toutefois le dénaturer. On apprécie vraiment ce côté en tant que joueur occasionnel sur des jeux de baston un peu pointus, mais il ne perd pas non plus de vue les combattants plus acharnés avec des perspectives de compétitions eSport. Les développeurs ont encore un peu plus d'un mois avec le report de deux semaines annoncé il y a peu, et on espère qu'il sera encore meilleur d'ici là. Verdict dans notre test le 1 mars 2019.

Haseo

Cette preview a été réalisée à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

La note Bamboo
Actugaming Panda
14 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp