Aperçu Darksburg – Un hack n’ slash toujours charmeur ?

Il nous a été possible de rejeter un œil sur un certain Darksburg à la gamescom 2019, toujours développé par le studio français Shiro Games.

En pré-alpha l’année dernière, Darksburg s’est de nouveau laissé approcher à la gamescom de cologne. Cette année, voilà le titre de Shiro Games en version alpha. Nous l’avons testé un petit moment, et le soft arrive-t-il toujours à charmer ?

Une sortie en accès anticipé pour Darksburg

Darksburg zombies

Montré lors de la gamescom 2018, Darksburg s’est donc logiquement remontré cette année, et avec notamment une bonne nouvelle concernant sa fenêtre de sortie. Si nous savons qu’il y aura une bêta fermée qui pointera le bout de sa truffe en automne prochain, le titre sortira en février prochain sur PC en accès anticipé sur Steam. Des versions consoles devraient suivre plus tard mais pour l’heure, elles ne sont pas prêtes d’arriver.

Du côté du contenu le titre devrait être fourni, dans une moindre mesure. Accès anticipé oblige, Darksburg nous proposera dans un premier temps 4 à 5 maps jouables. De plus, il sera possible de jouer 5 survivants (il n’y en avait que quatre sur cette version pour l’instant) et 5 revenants (idem pour le nombre sur la version testée à la gamescom). Enfin, concernant les modes de jeu, nous aurons du mode coopération à 4, du versus en 4V4 et enfin un mode Last Stand, où il faudra survivre à des hordes de zombies.

Qu’on se le dise, le contenu paraît un peu chiche, et ce qui pourra nous effrayer d’en faire un peu vite le tour. Cela dit, on nous a affirmé qu’en fonction du succès du soft, du contenu continuera à être ajouté sans cesse. C’est franchement ce que l’on espère car 4-5 maps, cela paraît un peu léger, même si le côté procédural peut effectivement sauver la mise. En bref, il faudra mieux en juger quand le jeu sera de sortie en février en accès anticipé, voire lors de sa bêta en automne.

Quand le hack n’ slash rencontre Left 4 Dead et Vermintide

Darksburg zombies

Dans cette session qui avoisinait les 30 minutes, nous avons pu faire une partie de chaque mode de jeu présent. Tout d’abord, nous avons pu tâter le mode coopération à 4. Sachez en premier lieu qu’il sera possible d’y ajouter des bots si jamais vous n’avez pas d’amis sous la main. Côté gameplay, on était en face d’un hack n’ slash pur et simple, avec chaque survivant ayant des compétences spécifiques à utiliser contre les hordes de zombies.

Il s’agira là d’utiliser le clic droit de la souris pour avancer et taper les ennemis en même temps, mais également d’user nos compétences via les touches de notre clavier. Le feeling des combats semblait relativement dynamiques, avec une lourdeur plus ou moins prononcée en fonction du protagoniste choisi. En l’occurrence nous avions choisi sur le multi en coop à 4 le tavernier runolf, orienté mêlée et support qui restait dans le plus pure brutalité.

Très honnêtement, le jeu se laisse jouer sans déplaisir, et on retrouve une certaine influence Left 4 Dead/Warhammer Vermintide parfaitement assumée par les développeurs. Effectivement, nous progressions dans le niveau du port en dézinguant des hordes de zombies qui venaient à nous, tout en faisant attention à rester groupé, au risque de se faire choper dans un recoin par quelques revenants spéciaux. Cela rappelle évidemment la production de valve, comme le fait de ramasser des espèces de pilules, vous rendant de la vie temporaire.

Et vous vous en doutez, il faudra fatalement récupérer des medikits – assez rares à trouver -, pour pouvoir se soigner définitivement. La dimension coopération était  au passage vachement cool, prenante voire addictive. Ce qui sera intéressant dans Darksburg, ce sera aussi son côté procédural. Si fondamentalement, l’architecture des niveaux ne changera pas en matière d’objectifs et cheminements, l’emplacement des items, des zombies et des boss changera radicalement à chaque partie. De quoi renouveler plus ou moins l’expérience de jeu.

Un peu de mode PvP et de la survie

Darksburg zombies survivants

Viens ensuite le mode PvP, que nous avons pu essayer. Ni plus ni moins, ce dernier est calqué sur celui de Left 4 Dead. Quatre survivants et quatre revenants s’affrontent. Les survivants devront accomplir l’objectif principal tandis que les revenants doivent les en empêcher en les tuant tous. Globalement, si nous avions déjà vu ce mode de jeu dans Left 4 Dead, chaque revenant possède ses propres capacités, sont complémentaires, et peuvent même avoir la possibilité de balancer des hordes de zombies sur les survivants qui n’ont rien demandé.

Il faut admettre que la partie que nous avons jouée était fort amusante même si comme le mode coopération, le mode normal demandait encore un certain rééquilibrage. Il est vrai que les développeurs veulent proposer quelque chose d’exigeant, mais un petit rééquilibrage sur la difficulté, tantôt tarabiscotée, n’aurait été clairement pas de refus. Etant donné que le soft est encore en alpha, il est certain que tout ceci sera corrigé. On aimerait également que les combats gagnent peut-être un peu plus en clarté, et le titre sera clairement au poil.

Bien entendu, nous avons pu toucher enfin au mode Last Stand. Nous avons pu prendre le contrôle cette fois-ci d’Abigail la nonne guerrière. Du côté de ce mode rien de bien original à signaler, puisqu’il s’agit de combattre un certain nombre de hordes pour remporter la partie. On peut même multiplier son score en allumant quelques brasiers de-ci de-là. En clair, les trois modes de jeu se jouent sans déplaisir, et grâce à un gameplay orienté hack’ n’ slash avec un soupçon de Left 4 dead qui passe bien.

On notera qu’il y aura une progression pour nos personnages. En finissant les parties dans n’importe quels modes, vos héros gagnent en niveau. Une fois qu’ils montent en niveau, il auront la possibilité de déverrouiller une perk, que ces deniers pourront ensuite équiper pour s’améliorer sur divers points. On a pu le voir que brièvement, mais celui-ci semble cohérent. En revanche, on espère qu’il y aura plus de perks à débloquer dans le jeu final, étant donné que nous pouvons avoir toutes les perks dès le niveau 10.

Pour terminer, nous aurons son aspect graphique, plutôt coloré et franchement accrocheur. Le moteur de Darksburg est le même que celui de Northgard, sauf qu’il a été retravaillé. On retrouve un petit côté cartoon pas franchement vilain, propre, et avec des textures dessinées à la main qui flattent bien la rétine. L’optimisation était au rendez-vous pour une version alpha, et nous avons désormais hâte de pouvoir le tâter en profondeur lors de sa sortie en février prochain sur PC en accès anticipé.

Se joue fichtrement bien, mais à voir le contenu à sa sortie en accès anticipé

Globalement, même impression qu'il y a un an sur Darksburg, à savoir un titre toujours charmeur. Si on peut encore se poser des questions sur le contenu qu'il proposera dans un premier temps en accès anticipé, le reste semble tenir la route en matière de gameplay. Ce mélange de hack n' slash et de Left 4 Dead prend bien, et le feeling des combats nous a paru relativement intéressant et surtout curieusement addictif. En revanche, il manque encore un certain rééquilibrage à faire sur la difficulté, et à donner un tout petit peu plus de clarté dans les combats contre ces vilains mangeurs de cerveaux. Cela dit, on s'est bien amusé sur les divers modes de jeu proposés, et il ne nous reste plus qu'à attendre la sortie du soft au style graphique graphique accrocheur, qui sortira en février prochain sur PC en accès anticipé. Notez qu'une bêta arrivera cet automne pour nous permettre de rejouer un peu au jeu plus longuement.

Matheus

Cette preview a été réalisée à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

La note Bamboo
Actugaming Panda
Darksburg
Darksburg
1 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp