We. The Revolution : Tout ce qu’il faut savoir

We. The Revolution : Tout ce qu’il faut savoir

Nous avons pu rejouer à We. The Revolution, et voici toutes les infos que nous avons pu de nouveau récolter à son sujet.

Lors de la Paris Games Week 2018, nous avons pu de nouveau poser les mains sur un certain We. The Revolution. Développé par le studio Polonais Polyslash et édité par Klablater, le soft était déjà présent on le rappelle lors de la Poznan Game Arena il y a un an de cela. Vous pouvez d’ailleurs y retrouver notre preview enjouée à cette adresse, et voyons les nouvelles infos complémentaires que nous avons pu dégoter à son sujet.

Au cœur de la révolution française

Tout d’abord, et nous l’a bien expliqué, We. The Revolution nous permettra d’incarner un juge, tout juste avant que la Révolution française n’éclate. Nous aurons plus de 100 affaires à résoudre en tant que juge d’instruction, et ainsi donner notre sentence après avoir épluché les indices, interrogé l’accusé, ainsi que les possibles témoins qu’il peut y avoir à la barre. Les développeurs nous ont affirmé qu’ils ont cette volonté de proposer un contexte à la fois historique et totalement fictif. En effet, la plupart des choix de sentence sera laissé aux joueurs, pour tenter de changer en quelque sorte le cours de l’Histoire.

Les choix, ils n’en seront qu’assez touffus visiblement. Effectivement, sur chaque chapitre du jeu, il faut savoir qu’il y aura au moins deux ou trois embranchements différents. De plus, on pourra même assister à plus de quatre fins différentes, voire légèrement plus, les développeurs réfléchissant encore à ce sujet pour le moment. En tout cas, de ce que nous avons pu en voir, le soft semble relativement travailler sur le système de choix, qui peut donc avoir des conséquences si vous ne tombez pas d’accord avec le peuple ou le jury sur la sentence à appliquer entre le gracier, l’emprisonner ou prononcer la peine de mort.

Également en seconde phase, on retrouvait la fameuse carte du monde. On pouvait y déposer quelques pions par-ci par-là, chacun ayant ses habiletés propres, et représentant une classe bien spécifique. Il était par exemple avec un certain pion de renforcer notre réputation, et donc de récupérer quelques parcelles de territoires. En revanche, il est possible que quelques politiciens dangereux viennent nous enquiquiner, et auquel cas il faudra par exemple envoyer un espion sur ce dernier pour le prendre au piège.

En sus de la dimension réflexion avec le juge, on retrouve toute une dimension stratégique assez plaisante, dont on demande à en avoir plus à sa sortie prochaine. Enfin, notez qu’il y avait aussi une autre phase où nous étions dans la maison de notre famille. Ici pas vraiment de choix à faire, on subissait en général les dialogues pour passer à la trame suivante, avec des cinématiques ayant un style graphique attrayant, et surtout faisant ressentir toute la froideur et le côté sombre de la Révolution française.

On termine rapidement avec le fait qu’il y aura des points d’influence à glaner. On les gagne en jouant, et cela vous sert à vous aider sur la phase tribunal si vous galérez à relier les bons indices, ou bien sur la phase stratégique. Ce sera la monnaie du jeu, et on pourra même jouer à des jeux de dés, qui seront plus ou moins des événements qui apparaîtront aléatoirement au fur et à mesure de notre progression.

Dans l’ensemble, même si le soft s’avère un peu facile sur la partie tribunal, on est curieux de voir ce que donnera la partie stratégique, qui s’avère bien ficelée pour le moment. Le jeu est franchement au point, et surtout doté d’un style graphique véritablement accrocheur, et surtout curieusement addictif. Les joueurs avides de jeu à connotation réflexion et stratégie devraient y trouver leur compte, surtout s’ils aiment aussi le contexte historique de la Révolution française. Pour notre verdict final à son sujet, sachez que ce titre prometteur qu’est We. The Revolution, sortira le premier trimestre prochain sur PC, Mac et Switch. 

We. The Revolution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *