Aperçu : On a vu The Bard’s Tale IV, nos impressions

Quelques jours avant la sortie du titre, découvrez nos impressions sur cet excellent RPG que nous avons pu voir lors dans la dernière Gamescom.

Ces dernières années ont vu le retour de nombreuses séries oubliées, avec de célèbres sagas qui sortent de leur tombe. Mais dans cet élan de nostalgie, il y a aussi des projets plus modestes qui sont pourtant véritablement ambitieux, provenant de sagas plus occultes que celles citées auparavant. C’est le cas de la série The Bard’s Tale, que les aficionados de RPG n’ont pas revu depuis le troisième épisode en 1988 (hormis le remake du premier opus en 2004). Après trente ans d’absence, la série revient avec The Bard’s Tale IV, fruit d’une campagne participative couronnée de succès. Et lorsque l’on voit le résultat, on ne peut que s’estimer heureux de voir que cette dernière ait marché, car le produit final pourrait être un sérieux concurrent pour le titre de RPG de l’année.

Une chanson lointaine

The Bard's Tale IV

Pas de panique pour les nouveaux venus, même si le jeu porte le numéro IV, il n’y a absolument pas besoin d’avoir joué aux trois précédents opus afin de démarrer cette aventure. The Bard’s Tale IV prend place 150 ans après les événements décrits dans ces jeux, ce qui vous laisse donc (re)découvrir cet univers sans problème. Les fans des anciens épisodes pourront tout de même eux aussi y trouver leur compte, puisque de nombreuses références sont cachées ici et là, notamment à la ville principale du jeu, qui est construite sur les ruines de l’une des villes du troisième épisode. Il est d’ailleurs possible d’explorer les catacombes de l’ancienne cité pour y découvrir de nombreux secrets qui raviveront des souvenirs aux vétérans de la série.

Pour ceux qui la connaîtraient un peu moins, notez que The Bard’s Tale IV est un RPG teinté de dungeon-crawler, si ce n’est que le déplacement dans cet épisode n’est désormais plus limité à des cases, mais est plus libre. Comme dans tout RPG, vous commencez tout d’abord par choisir la classe de votre personnage, qui sont ici au nombre de 4 – dont la fameuse classe du barde qui illustre le nom du jeu. Si cela peut paraître un peu limité au premier coup d’œil, le jeu ouvre son panel de possibilités avec des sous-classes qui changent totalement l’expérience de jeu et qui permettent vraiment de personnaliser notre aventure. Il n’est d’ailleurs pas obligatoire de rester ancré dans une spécialité, puisque vous pouvez tout à fait opter pour un personnage touche à tout, aussi guerrier que voleur à ses heures perdues. On a affaire à un système vraiment libre et riche en possibilités, qui devraient encourager de nombreux rerolls, réalisables à partir d’un certain point de l’aventure (mais pas gratuits).

Puissance IV

The Bard's Tale IV

Cette profondeur se ressent également en plein combat, qui se déroulent au tour par tour et montrent une véritable richesse. Ici, la position de vos personnages a une importance capitale car ils sont placés sur une grille qui détermine l’axe de leurs attaques. Dans le jeu final, il sera possible de contrôler jusqu’à 6 personnages au sein de votre équipe, mais votre grille s’élève à 8 emplacements. Ces espaces vides seront cependant bien utilisés, car pour esquiver les coups de vos adversaires, il faudra parfois tenter de mettre à l’abri vos héros dans une case qui ne sera pas affectée par la capacités ennemie. Avec seulement deux personnages comme nous avons pu le voir dans la démo, cela est relativement facile, mais tout se complique forcément lorsque vous contrôlez une équipe complète. The Bard’s Tale IV met aussi en place un système qui n’autorise que quelques actions par tour pour toute votre équipe. Cela veut dire que tous vos personnages ne pourront pas forcément agir durant un tour, et qu’il faudra faire des choix au sein de votre équipe selon la situation dans laquelle vous vous trouvez. On se retrouve donc en face d’un système aussi complexe qu’accessible qui favorise la réflexion plutôt que le bourrinage en règle.

Le même soin a été apporté à l’écriture qui devrait être à la hauteur du reste du jeu. Nous n’avons pas pu trop en apprendre sur l’histoire principale mais nous avons vu les développeurs se balader au sein de la ville, discutant avec les PNJ à la recherche de quelques quêtes annexes. Certains dialogues, très longs et presque inutiles sont finalement très drôles et contribuent à l’immersion dans l’univers de ce titre atypique. Notez par ailleurs qu’il ne proposera pas un monde ouvert mais une multitude de grandes zones parsemées de beaucoup de donjons, qui seront bien entendu au cœur de l’expérience. Le loot sera également présent mais il est agrémenté d’un système de puzzle, qui se résout directement sur l’arme. Ce dernier est totalement optionnel, mais en le résolvant, l’arme en question gagne de nouvelles caractéristiques intéressantes. Une bonne idée qui évite de looter sans réfléchir et que l’on jette certaines armes que l’on croyait inutiles au premier abord.

Faire le tour d’horizon de The Bard’s Tale IV en quelques minutes de présentation relevait de l’impossible, mais nous avons certainement pu voir que le titre avait toutes les qualités nécessaires pour devenir un indispensable de cette fin d’année. Hormis sur le plan technique, qui n’en mettait pas plein les yeux, le jeu semble convaincant de bout en bout et il nous tarde de le découvrir dans sa pleine mesure. Dans tous les cas, on ne peut que remercier les développeurs de InXile Entertainment pour avoir ramené la série dans une si grande forme.

La note de l'auteur

Alliant le charme des RPG d'antan et des mécaniques bien plus actuelles, avec un système de combat parfaitement rôdé, The Bard's Tale IV m'a convaincu sans que je ne sois pourtant un grand adepte de dungeon-crawler. Il faut dire que le bougre a de sacrés arguments à revendre et me donne envie de m'y intéresser de plus près, et ce dès sa sortie fixée au 18 septembre. Le titre pourrait bien créer la surprise lors de ce mois chargé et marquer les esprits.

Jordan C

Cette preview a été réalisée à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

La note Bamboo
Actugaming Panda