Sony, Microsoft et Nintendo font front commun contre Trump et ses taxes douanières

Sony Microsoft Nintendo Trump

Un cross-over assez inattendu.

Sony, Microsoft, et Nintendo réunis pour un même combat ? Contrairement à l’actualité de ces derniers mois (le rapprochement entre Microsoft et Nintendo, puis la collaboration entre Sony et Microsoft pour le cloud gaming), ce sont les intérêts économiques qui ont finalement unifié les trois constructeurs historiques. De plus, l’ennemi commun n’est pas n’importe qui puisqu’il s’agit du président des Etats-Unis d’Amérique, Donald Trump.

En mai dernier, après de longues négociations compliquées avec la Chine, et « trop lente » pour le président américain, ce dernier a décidé d’augmenter les taxes douanières sur les produits chinois. Celles qui nous concernent ici passent donc de 10% à 25%.

Dans cette guerre économique entre les Etats-Unis et la Chine, les constructeurs, et de facto les joueurs, vont en prendre un sacré coup puisque ces taxes vont indéniablement se répercuter sur les tarifs. Via une lettre envoyée au « Bureau du représentant américain au commerce », Nintendo, Microsoft et Sony demandent donc d’exclure le secteur de cette mesure en donnant une longue série d’arguments.

On comprend leurs inquiétudes car, comme indiqué dans la lettre, 96% des consoles de jeux importées aux Etats-Unis viennent de Chine. Et quant on sait que la nouvelle génération de consoles de salon pour Microsoft et Sony arrivera sous peu (et sans aucun doute annoncée à l’E3 2020), sans oublier les rumeurs de plus en plus fondées à propos d’une Switch Mini pour Nintendo, l’urgence est encore plus grande pour ces entreprises. Ils soulignent également qu’au delà de leurs intérêts, c’est tout l’écosystème qui serait impacté en prenant les studios de développement américains pour exemple.

Cette défense très nombriliste du marché des consoles va même jusqu’à expliquer que cette hausse ne serait pas efficace pour lutter contre le vol de propriétés intellectuelles (tout en soulignant que les contre-façons sont marginales). Car c’était l’un des points sensibles des négociations avec le transfert de technologies américaines et les baisses de subventions aux entreprises publiques chinoises.

Même si cela ne concerne que les Etats-Unis, que pensez-vous des arguments des constructeurs et de l’augmentation des taxes douanières ?

avatar
  S'abonner  
Me notifier des
118 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp