Panic annonce Playdate, une nouvelle console portable

Panic annonce Playdate, une nouvelle console portable
On défie quiconque de dire qu'il l'avait vu venir.
Temps de lecture : 3 min.

Voici Playdate, une petite console bien étrange qui semble sortir de nulle part, qui semble déjà réservées aux joueurs les plus hipsters.

Une manivelle ?

Le concept vient de l’éditeur américain Panic. Si vous ne le connaissez pas, c’est normal. La société fondée en 1999 est spécialisée dans la création d’utilitaires sur Mac et iOS. Elle se lance dans le jeu vidéo en 2016 en éditant Firewatch et son deuxième jeu Untitled Goose Game sortira en fin d’année. La machine est modeste. Ses dimensions sont du 74mm × 76mm × 9mm. L’écran aussi est un écran noir et blanc LCD de 2,7 pouces avec une résolution de 400px × 240px. Et surtout pas de rétro-éclairage, l’équipe assure qu’il n’y en a pas besoin grâce à la couche anti-reflets.

Côté boutons, on retrouve une croix directionnelle, deux boutons de jeu, un pour la pause et une petite manivelle… Quand on vous disait que c’était une console de hipsters. Mais la plus grande particularité vient de son système de distribution de jeux. Il ne sera pas possible de les acheter à l’unité mais via des pass saisonniers. Le premier d’entre eux comportera 12 titres qui sortiront au rythme d’un par semaine. Les utilisateurs ne connaîtront pas les jeux à l’avance ni même leur jour et heure de sortie. Une LED s’allumera pour les prévenir quand l’un d’entre eux sera disponible.

Pour l’exemple et la classe, Panic a quand même dévoilé Crankin’s Time Travel Adventure, créé par Keita Takahashi déjà derrière Katamari Damacy et Noby Noby Boy. Le principe est de contrôler le temps avec la manivelle pour tenter d’éviter des obstacles. Il ne s’agit pas du seul nom connu pour la ludothèque Playdate puisque la saison un aura aussi des créations de Zach Gage (SpellTower et Typeshift), Bennett Foddy (QWOP et Getting Over It with Bennett Foddy) ainsi que Shaun Inman (Retro Game Crunch et The Last Rocket).

Playdate-Station Go

Pour télécharger les jeux toute seule, la Playdate est bien évidemment compatible Wifi, mais également Bluetooth. Elle a une prise jack et une USB-C qui sert à recharger la machine. C’est teenage engeneering, le fabricant suédois d’appareils liés à la musique (enceintes, synthétiseurs,…) qui s’est occupé du hardware et a eu l’idée de la fameuse manivelle. La console tourne avec son propre système d’exploitation et supporte les langages Lua et C.

Concrètement, l’ambition est principalement de faire un gadget puisque la Playdate ne sera vendue qu’en quantité limitée (j’ai déjà dit qu’elle était pour les hipsters ?). Panic ne sait d’ailleurs pas encore dans quel pays elle pourra être distribuée. On peut néanmoins déjà parler du prix puisqu’elle sera vendue 149 dollars avec la première saison de jeux incluses. Les précommandes ouvriront sur le site officiel en fin d’année et les envois se feront début 2020.

Les plans semblent très confus après les trois premiers mois de vie de la console. Ainsi, l’équipe attend de voir la réaction du public avant de se décider pour les saisons suivantes et surtout sur comment rattraper les précédentes (achat d’anciennes saisons, d’anciens jeux à l’unité ou les deux). C’est un peu la limite du projet. La console est rare donc il sera probablement difficile de l’obtenir après la sortie mais on en saura plus sur les jeux, et donc si elle mérite d’être achetée, qu’à ce moment-là quand il sera potentiellement trop tard. Si vous pensez que tout ceci n’est qu’une blague, sachez que la console fait la couverture du magazine Edge ce mois-ci.

Panic annonce Playdate, une nouvelle console portable

1
Poster un Commentaire

avatar
1 Comment threads
0 Thread replies
0 Followers
 
Most reacted comment
Hottest comment thread
1 Comment authors
coldfinger Recent comment authors
  Subscribe  
plus récents plus anciens plus de votes
Me notifier des
coldfinger
Membre
coldfinger

Tout tient du concept futur mort né. On peut trouver des vidéos du jeu qui utilise la manivelle et c’est franchement bidon. En 2020, alors que tout le monde peut jouer sur mobile, proposer un écran noir et blanc, sans rétroéclairage, tout petit, et devoir payer des season pass en plus d’avoir du débourser 150e, c’est tout de même se foutre de la gueule des gens, qu’ils soient hipster ou pas.

41 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp