Test F1 Manager 2022 – Un premier opus aux bases solides pour l’avenir ?

7.5
Membre Actugaming.net

Par

L’avis des lecteurs

Partagez votre avis (0)

Annoncé en mars dernier, F1 Manager 2022 sortira officiellement ce mardi 30 août sur PC, via Steam et l’Epic Games Store, PlayStation 4, PlayStation 5, Xbox One et Xbox Series X|S après cinq jours d’accès anticipé. Conçu par Frontier Developments, un studio britannique qui s’est forgé une solide réputation dans l’industrie vidéoludique notamment grâce à son travail sur Planet Coaster, Planet Zoo et Jurassic World Evolution, ce titre est attendu au tournant par le public.

En effet, si d’autres disciplines ont droit à quasiment un jeu de gestion/management chaque année depuis un bon moment maintenant comme le football avec Football Manager ou encore le cyclisme avec Pro Cycling Manager, la dernière licence à s’être frottée à l’univers du sport automobile est Motorsport Manager. Une franchise essentiellement chapeautée par Playsport Games qui a connu un joli succès grâce à ses versions PC, mobiles et Nintendo Switch commercialisées entre 2015 et 2020.

Mais avec F1 Manager, la firme de Cambridge compte bien user de toute son expertise et de ses ressources pour frapper un grand coup et offrir aux fans de F1 et d’expériences orientées gestion/management le titre qu’ils méritent aujourd’hui. Alors, les développeurs sont-ils parvenus à atteindre cet objectif ? Réponse dans ce test.

Conditions de test : Test réalisé sur un écran 1080p ainsi qu’un PC équipé d’un processeur Intel Core i5-9400F (2,9 GHz), d’une NVIDIA GeForce RTX 2060 et d’une mémoire vive de 16 Go de RAM. Dans le cadre de son court accès anticipé précédant son lancement, le titre a tourné en configuration Ultra pendant 19h, temps nécessaire pour effectuer les trois quarts d’une première saison en F1 avec l’écurie AlphaTauri. Notez que la critique tient compte des améliorations et correctifs apportés par le premier patch déployé le vendredi 26 août.

« Be the boss bleusaille et bonne chance ! »

F1manager22 26 08 2022 09 25 16 1

Sans surprise, F1 Manager 2022 vous invite à prendre les rênes d’une écurie de Formule 1 parmi les dix inscrites au championnat cette saison, à savoir Mercedes, Red Bull, Ferrari, McLaren, Alpine, AlphaTauri, Alfa Romeo, Aston Martin, Haas ou Williams. En tant que patron de l’équipe, vous allez devoir tout faire pour satisfaire les exigences du conseil d’administration qui vous fixera des objectifs à accomplir à court et à long terme.

Dans notre cas, par exemple, AlphaTauri souhaite d’abord consolider sa place dans le milieu de tableau en nous demandant de terminer au minimum à la 6ème place du classement des constructeurs avant de chercher à progresser jusqu’à devenir un prétendant au podium dans les années à venir.

Fort de toute son expérience accumulée dans la création de jeux de gestion, Frontier Developments nous propose ici un gameplay particulièrement riche et réaliste, surpassant sans trop de difficultés celui de Motorsport Manager qui était pourtant déjà solide à l’époque.

Conception et fabrication de nouvelles pièces pour la voiture, recherches pour celle de l’an prochain en tenant compte des modifications plus ou moins importantes apportées à la réglementation de la FIA, changement du bloc propulseur, de l’ERS et de la boîte de vitesse en fonction de leur degré d’usure, développement, signature de contrats et prospection des pilotes et des membres du personnel (directeur technique, responsable aéro, ingénieurs de course), remise à neuf et amélioration des infrastructures, gestion des finances… tout au long de la saison, vous aurez beaucoup de décisions stratégiques à prendre pour parvenir à conserver votre poste.

Et attendez, ce n’est pas fini ! Avant même de vous rendre sur le lieu d’un Grand Prix, vous devrez obligatoirement consulter les objectifs fixés par les sponsors afin de connaître les conditions requises pour faire gonfler le budget de votre écurie. Notez aussi que vous aurez la possibilité d’essayer de gratter un peu d’argent supplémentaire en ajoutant quelques clauses additionnelles, au risque que cela se retourne contre vous si jamais les résultats que vous promettez d’obtenir ne sont pas au rendez-vous.

Une fois cette tâche achevée, il est temps de se rendre sur le circuit pour s’attaquer au traditionnel programme d’un week-end de F1. Recherche des meilleurs réglages sur les monoplaces lors des essais libres en vue de maximiser le capital confiance et les performances de vos pilotes, gestion des trains de pneus à utiliser ou pas au cours d’une séance, capacité à anticiper et tirer parti du trafic dense sur la piste, stratégie à adopter en course en fonction de l’usure des gommes, de la consommation de carburant et de l’ERS, des conditions météorologiques, des chronos, des accrochages ou erreurs de conduite, des voitures de sécurité et des drapeaux rouges… là encore, il y a largement de quoi s’amuser.

Cependant, si le gameplay est d’une richesse plaisante, cela ne veut pas dire qu’il est parfait ni qu’il ne dispose d’aucune marge de progression pour autant. La présence de la presse frôle l’inexistence, aucune rumeur ou rivalité entre certains pilotes ne vient alimenter les discussions dans le paddock, on ne peut pas officialiser un contrat à la date que l’on souhaite (pour le début de la saison à venir et une fois que celui de la personne que l’on souhaite remplacer est arrivé à terme par exemple) et il nous est visiblement impossible de changer d’équipe en cours de partie.

Autre point qui peut être perçu comme un défaut, le titre manque à nos yeux d’accessibilité pour les joueurs et les joueuses qui ne sont pas féru(e)s de jeux de gestion. La personnalisation de l’expérience n’est pas très poussée (mode de difficulté bien dosé mais unique, distance de course fixe et paramétrée sur 100%…), le didacticiel est extrêmement basique dans sa conception et surtout, étant donné que les mécaniques de jeu sont nombreuses, il y a vraiment beaucoup d’informations à digérer. Malgré une interface utilisateur bien pensée à quelques détails près, cela demande forcément un temps d’adaptation plus ou moins long. Sachant à quel point la F1 a gagné en popularité ces dernières années, c’est dommage.

Les licences, c’est bien. Encore plus de licences, ce serait mieux !

F1manager22 26 08 2022 09 26 14 2

Si le gameplay est une composante phare de F1 Manager 2022, le contenu sous licences y a également une place très importante pour le plus grand bonheur des fans de la discipline automobile. Livrées, sponsors, tracés officiels et informations détaillées sur chacun d’entre eux, statistiques, base de données des pilotes et membres du personnel de F1, F2 et F3… Frontier Developments n’a pas hésité à sortir le chéquier pour satisfaire son public cible et c’est un réel atout pour le jeu.

Toutefois, on croise les doigts pour que le studio britannique ne se repose pas sur ses lauriers et puisse faire preuve d’encore plus d’ambition en matière de contenu à l’avenir. Dans un premier temps, on apprécierait évidemment l’intégration des courses Sprint, qu’on nous donne la possibilité de diriger une équipe de F2, de F3 et même pourquoi pas de sa propre écurie créée de A à Z ainsi que l’ajout d’un mode Week-end de course rapide pour prendre part à un GP sans prise de tête.

À plus long terme, si toutes les conditions sont réunies, on pourrait rêver à l’idée de se frotter aux joueurs et aux joueuses du monde entier par l’intermédiaire de fonctionnalités en ligne, à des challenges scénarisés nous mettant au défi de reproduire certains exploits considérés comme étant des moments forts de l’histoire de la F1 et, soyons fous, voir le roster s’ouvrir à d’autres catégories (W Series, Porsche Cup, Formule E, Indycar, GT…).

Un premier pas vers une nouvelle ère

F1manager22 26 08 2022 09 40 05 3

S’il y a bien un domaine dans lequel on ne s’attend pas forcément à voir un jeu de gestion se démarquer mais plutôt se contenter d’opter pour un style à la fois simple et épuré, c’est sur le plan technique.

Mais avec F1 Manager 2022, les développeurs ont fait le pari audacieux de chercher à repousser les limites de ce que le genre est capable d’offrir en matière de réalisation (graphismes, modélisation, animations, sound design…). Des efforts que l’on ne peut que saluer et qui devraient logiquement inciter d’autres acteurs du marché à s’inspirer de ce travail dans les prochaines années, ouvrant ainsi la porte à des horizons encore inexplorés.

Cependant, au risque de paraître très dur et d’en froisser certains et certaines d’entre vous, désolé de vous décevoir mais le rendu global n’est pas à la hauteur de nos attentes. Oui, c’est vrai, en caméra embarquée et dans des situations précises, le titre est joli, voire très joli, mais, de manière générale, les performances du moteur graphique sont assez décevantes et perfectibles, et ce malgré le déploiement d’un premier patch qui apporte son lot d’améliorations et de correctifs plus que bienvenus.

Rassurez-vous, tout n’est pas sujet à critiques non plus. Bien que la modélisation des visages des pilotes et des mécaniciens souffle davantage le froid que le chaud, celle des circuits et des monoplaces est correcte, voire satisfaisante, dans l’ensemble. Côté animations, le comportement des voitures contrôlées par l’IA, la mise en scène des erreurs de pilotage, des collisions et des crashs ainsi que les effets liés à la projection de l’eau lors des courses sur piste humide nous ont semblé assez naturels et cohérents la plupart du temps.

Quant au sound design, la retranscription audio du bruit des moteurs et des échanges radios entre les pilotes et leurs ingénieurs est d’excellente qualité. Seul bémol, jouer en français implique de devoir se coltiner des commentateurs insupportables à la place de ceux de Sky Sports, ces derniers étant présents uniquement dans la version originale du titre. Au secours !

Grâce à un gameplay réaliste et immersif d’une grande richesse et un contenu sous licences solide, F1 Manager 2022 signe le retour réussi et tant attendu par les fans des jeux de gestion/management de sport automobile. Malgré une réalisation qui n’est pas encore à la hauteur des ambitions de Frontier Developments, ce premier épisode pose des bases convaincantes pour l’avenir de la série et ouvre déjà la porte à une nouvelle ère pour le genre sur le plan graphique et technique.

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

  • Gameplay riche et réaliste…
  • Contenu sous licences solide…
  • Des ambitions techniques assumées et ouvrant la porte à une nouvelle ère pour le genre…
  • Des heures et des heures de jeu en perspective
  • Sound design d’excellente qualité
  • …Malgré l’absence ou la sous-exploitation de certaines fonctionnalités ayant leur place dans le monde de la F1
  • …Mais qui peut encore largement gagner en densité
  • …Gâchées par une réalisation générale perfectible à plusieurs niveaux
  • Un manque d’accessibilité qui peut rebuter les non-initié(e)s aux expériences de type gestion/management
  • Des bugs divers et variés encore présents malgré le déploiement d'un premier patch
7.5
  • PC
  • PlayStation 4
  • PlayStation 5
  • Xbox One
  • Xbox Series X | S

F1 Manager 2022

A propos de notre notation

L’avis de la rédaction

Membre Actugaming.net

Grand fan de Formule 1 et de jeux de gestion depuis de nombreuses années, F1 Manager 2022 était sans aucun doute un des titres, si ce n’est LE titre, que j’attendais le plus en 2022. Côté gameplay et contenu, je n’ai pas été déçu même si la licence peut encore s’améliorer dans ces domaines. En revanche, concernant l’aspect technique, j’ai pris un sacré coup de clim au moment de lancer le jeu. Pourtant, les développeurs ont fourni un boulot monstrueux pour repousser, et même révolutionner, les limites visuelles et techniques de ce qui se fait en matière d’expériences orientées gestion/management, c’est indéniable. Malheureusement, j'ai du mal à être pleinement convaincu par le rendu général. Peut-être suis-je beaucoup trop exigeant mais, au vue des différentes séquences de gameplay bêta partagées par Frontier Developments ces derniers mois, je m'attendais à mieux. Pour être honnête, je me suis même souvent posé la question de savoir s'il n'y avait pas moyen que je me prenne une petite claque graphique. Ce n'est pas le cas. Qui sait, peut-être que le studio britannique a gardé en réserve un gros patch day one pour nous surprendre au moment du lancement officiel. Que ce soit le cas ou pas, la franchise F1 Manager a commencé à taper un grand coup de pied dans la fourmilière du genre et je suis très curieux de découvrir les conséquences que cela va engendrer à l’avenir.

PikaDocMaster78
a
Note du panda
S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.