TEST. The Banner Saga 3 – Une conclusion à la hauteur ?

Voir la note

Après deux opus qui auront tenu les joueurs en haleine, The Banner Saga 3 vient clôturer cette aventure fantastique sous fond de décors inspirés de contrées nordiques. En effet, la licence se focalise avant tout sur son scénario et ses choix moraux qui ont un impact tout le long de l’épopée dont cette conclusion qui marque l’aboutissement d’un long voyage pour bon nombre de personnages. Un clap de fin réussi ?

Si vous souhaitez avoir un avis sur le précédent volet, nous vous conseillons notre test de The Banner Saga 2. Ce test de The Banner Saga 3 a été réalisé sur Switch, nous avons donc parcouru la trilogie entière d’une traite (d’où ce léger retard). Si vous n’avez pas joué aux deux précédents The Banner Saga, sachez qu’il y aura inévitablement quelques spoilers. 

Hello darkness my old friend

Tout d’abord, précisons que The Banner Saga 3 ne peut s’apprécier pleinement sans avoir joué aux deux titres précédents. Si vous comptez le prendre sur Switch par exemple, il est possible d’acquérir la trilogie en une fois à moindre coût. En effet, The Banner Saga vous contraint sans arrêt à des choix draconiens. Certains plus importants que d’autres à l’image du protagoniste « principal » qui peut être Rook ou bien sa fille Alette. Bien que l’on vous propose de choisir l’un des deux en début de partie, il est bien plus intéressant d’importer sa sauvegarde pour incarner celui que vous aviez à la fin du premier The Banner Saga. Car, qui que vous incarniez, vous êtes le ou la responsable d’une caravane composée de guerriers et de civils tentant de survivre au chaos qui se propage sur tout le continent. La bannière étant le symbole de votre groupe, elle grandit à mesure que d’autres rattachent la leur à la votre. Nous sommes plongé dans un monde fantastique et très inspiré de la mythologie nordique composé de plusieurs races comme les humains, les Varls ou encore les centaures.

Comme à l’accoutumée, la narration jongle entre deux groupes différents mais qui sont connectés d’une manière ou d’une autre. Dans The Banner Saga 3, les voyages sont terminés en ce qui concerne la caravane, le groupe a atteint la grande ville d’Aberrang. Elle doit désormais lutter dans cette ville aux nombreuses menaces qui s’accroissent au fur et à mesure que la vague de ténèbres approche. De l’autre côté, nous avons le groupe de Juno et Eywind, qui s’engouffre dans cette noirceur qui corrompt tout sur son passage. Ce sera l’occasion de découvrir les derniers mystères qui entourent toutes ces catastrophes depuis les prémices avec les attaques de Dredges.

La fin de The Banner Saga 3 est particulièrement intense, et comme d’habitude, ce sont vos choix qui détermineront comment tout cela se termine.

Même si l’on connaît un peu les ficelles au fil des épisodes, cette fin est particulièrement réussie, surtout dans les derniers moments où l’on ressent la pression et l’empressement. Comme d’habitude, la narration est très réussie avec des textes décrivant les événements, les réactions des personnages… D’ailleurs, l’autre bonne raison qui peut vous donner envie de vous lancer est que la licence dispose enfin d’une traduction française même si elle contient tout de même quelques coquilles. On retrouve bien évidemment ce superbe système de décisions qui ont des conséquences directes ou futures. Ce que l’on aime avec The Banner Saga, c’est que lorsque l’on fait un choix, on sait que cela compte vraiment contrairement à d’autres RPG qui nous donnent simplement une pseudo-illusion de la chose.

Un RPG tactique qui ne bouge pas trop

Bien que l’histoire et les personnages variés soient captivants, The Banner Saga est aussi un jeu de rôle tactique au tour par tour. On rappelle que l’on subit ces combats au fil des péripéties mais ces moments permettent surtout d’apporter constamment de l’action. On peut tout de même reprocher à Stoic Games un manque de nouveautés en matière de combats. On imagine difficilement des innovations sur les autres points mais les affrontements auraient mérité un peu plus d’amélioration à l’image d’un The Legend of Heroes par exemple (un autre jeu RPG très narratif se déroulant sur plusieurs opus). Mis à part un choix de continuer ou non le combat avec une nouvelle vague d’ennemis histoire de gagner plus de renommée et des objets inédits, rien n’a vraiment changé. D’ailleurs la renommée permet toujours d’acheter des l’équipements en magasin, mais surtout d’améliorer ses personnages en dépensant des points pour gagner en statistiques et en compétences.

Les combats sont toujours agréables à prendre en main, cependant The Banner Saga 3 n’apporte rien de vraiment nouveau à ce niveau-là.

On note seulement l’apparition d’un titre de héros à partir d’un certain niveau. Il est possible d’en assigner un parmi une petite liste, seulement un titre ne peut être porté que par une seule personne. De plus, deux nouveaux personnages aux compétences uniques rejoindront notre équipe si l’on veut varier ses compositions d’équipe. Par contre, si vous voulez du challenge, on conseille d’augmenter un peu la difficulté surtout si vous avez des Varls dans votre équipe (oui, ils sont un peu trop forts). Quelques nouveaux monstres rejoignent le bestiaire mais rien de bien folichon en général au niveau des joutes. Ils sont surtout là pour dynamiser une histoire palpitante, de ce fait, si vous recherchez un gameplay complet, vous vous trompez de porte.

Un style « dessin animé » qui ravive de bons souvenirs

On ne peut pas nier que l’un des charmes de The Banner Saga est sa direction artistique qui nous ramène à la bonne époque des dessins animés faits à la main. On pense notamment aux vieux films Disney ou encore aux passages animés de Dragon’s Lair. En plus de la personnalité des personnages, le chara-design les rend particulièrement inoubliables. On regrette juste de ne pas voir ce savoir-faire un peu plus à l’oeuvre, les séquences animées étant trop peu nombreuses. De même pour la bande-son qui est un peu trop effacée alors qu’elle recèle de bonnes compositions sans parler du thème de fin qui est à chaque fois épique.

The Banner Saga 3 impressionne toujours autant avec son look « dessin animé ».

Sur Switch, le soft souffre de quelques ralentissements lors de combats un peu trop chargés visuellement, mais globalement il tourne bien. Nous avons constaté quelques rares crash sur les deux premiers titres, mais pas sur le troisième. Etant initialement sorti sur mobiles, The Banner Saga sied plutôt bien au mode portable de la Nintendo Switch grâce à son écran tactile. Il est possible de jouer entièrement de cette façon si vous le souhaitez.

The Banner Saga 3 met un point final à une aventure épique emplie de moments et de personnages forts. Il a su garder, et sublimer ses qualités tout au long de ces trois opus, en particulier sa narration, et ses choix qui ont des conséquences toujours visibles. Bien qu’il mette très en avant son scénario, on ne reste pas passif pour autant grâce à des combats tactiques classiques mais agréables. Ceux qui ont déjà accompli le premier et le second volet n’auront pas de mal à être convaincus, mais si vous découvrez cette saga, il est indispensable de se procurer la trilogie complète.  

 
La note de l'auteur

Thr Banner Saga 3 m'a enthousiasmé malgré le fait qu'il soit très narratif, on s'ennuie jamais entres les prises de décisions et les combats stratégiques. C'est aussi l'un des rares titres où un grand nombre de personnages sortent du lot (et pas deux ou trois protagonistes), et ce même s'ils ne sont pas constamment présents. Il y'a aussi cet univers viking très mature qui joue beaucoup en sa faveur sans oublier son aspect visuel. Par contre ce n'est pas un titre que je recommencerai de suite même s'il est très tentant de voir ce qui aurait pu se passer en faisant des choix différents.

Haseo
a
Note du panda
8 10

The Banner Saga 3

Points positifs

  • Une grande palette de personnages charismatiques
  • Une narration toujours aussi bien maitrisée
  • Une phase finale haletante
  • Des décisions qui ont de l'impact
  • L'aspect dessin animé
  • Une traduction française, enfin !

Points négatifs

  • Sans avoir fait les deux précédents, ce n'est pas la même chose
  • Peu de nouveautés tout de même entre les titres
  • Une bande-son trop effacée

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation