TEST Far Cry : New Dawn – Survie en territoire post-apocalyptique

Voir la note

Il y a un an, nous vous parlions de Far Cry 5 et de sa plongée dans l’Amérique en proie aux sectes. Aujourd’hui, et si on parlait de ce qu’il se passerait après la fin du monde ?

Il y a tout juste un an sortait Far Cry 5. Nous vous en avions d’ailleurs parlé à l’occasion d’un test sur le site. C’est avec peu d’étonnement qu’a été annoncé Far Cry : New Dawn, un spin-off de la série. Proposer une aventure annexe totalement en dehors des épisodes canons est devenu monnaie courante pour la licence. N’y voyez pourtant pas aucune cohérence scénaristique ! Après le troisième épisode, nous avions eu le droit à l’excellent Blood Dragon que les plus 80’s d’entre vous se seront souvenus, tandis que les plus archéologues auront jeté leur dévolu auprès de Far Cry Primal après le quatrième épisode.

Aujourd’hui, c’est dans une Amérique post-apocalyptique que Far Cry : New Dawn prend place. Après les événements du cinquième épisode, la population a survécu grâce aux différents bunkers sous-terrains. Mais rapidement, et malgré les ambitions de recréer un monde plus équitable et libéré de toute forme de violence, les ravageurs grondent avec leurs machines de guerre. Vous incarnez un homme ou une femme qui sera amené à aider cette communauté autonome (ou ZAD en fonction d’où vous venez) à s’agrandir et s’armer pour survivre et repousser les ravageurs.

On reprend (quasiment) les mêmes et on recommence !

Si vous avez une impression de déjà-vu, ne vous en faites pas, c’est normal ! En effet, vous retrouverez ici une map quasiment semblable, trait pour trait ! Vous commencerez d’ailleurs l’aventure dans la fameuse ville de Prosperity, et vous serez amené rapidement à redécouvrir différents lieux que vous aurez précédemment visités dans Far Cry 5. Si on voit ici la volonté d’économie de la part d’Ubisoft de nous resservir la même map où l’on a simplement détruit partiellement des bâtiments, tagués d’autres, et ajouté de la végétation ; on éprouve un certain plaisir à redécouvrir l’ensemble sous ce nouvel angle. Le jeu met d’ailleurs en scène quelques personnages issus du cinquième épisode de la série, mais 17 ans plus tard !

Car oui, Ubisoft Montreal a décidé aujourd’hui de nous proposer une vision du post-apocalyptique qui aurait été mangée par une licorne et un punk un peu trop adepte des couleurs flashy. On se retrouve avec de vives couleurs dans tous les sens et il ne sera pas rare de trouver des tags violets avec des crânes dignes de votre sac Eastpak de votre époque collège où vous écoutiez Avril Lavigne. Malgré cela, le rendu est finalement assez plaisant ! Il y a un aspect un peu dépaysant à se retrouver à faire des gunfights endiablés en pleine pampa où des fleurs de toutes les couleurs poussent. Le jeu utilise d’ailleurs le même moteur graphique que pour Far Cry 5, et peu d’améliorations techniques pures sont à constater.

Il y a une volonté de personnalisation à l’extrême du titre et un renouveau de ce que l’on a pu voir jusqu’à présent. Le jeu vous propose même dès les premiers instants, lors de votre création d’avatar, de jouer une femme possédant une barbe ou une moustache ! Les ennemis de cet opus, les Jumelles, manquent par contre cruellement de cette douce folie et grandiloquence que l’on aurait attendu ici. Mais de nombreux personnages sont présents dans le jeu, tels que notre québécois Roger Candoret qui nous promène via sa « Grosse Patate » dans des expéditions.

En termes de construction globale, Far Cry : New Dawn propose quelque chose de très classique, que nous avions déjà vu auparavant dans la série. Si le jeu est donc rythmé par des quêtes principales divisées en 3 actes proposant l’histoire principale de cet épisode, mais pour avancer d’étape en étape, il vous faudra par moment effectuer des quêtes annexes. On retrouve d’ailleurs un certain nombre de quêtes liées aux personnages annexes qui demanderont une aide avant de rejoindre vos rang et la ville de Prosperity.

Du renouveau ?

Ces personnages vous permettront d’ailleurs d’utiliser Prosperity a son plein potentiel via une des nouveautés de cet épisode : les aménagements. Vous trouverez dans la ville de nombreux échoppes améliorables, vous permettant d’upgrader vos armes, vos véhicules ou encore augmenter votre santé. Cet élément fait partie de cette vision de light-RPG tel qu’Ubisoft Montreal le conçoit. On retrouve cette vision de progression sur trois niveaux dans l’ensemble des mécaniques du titre. C’est ainsi que l’on retrouve des armes toujours plus améliorables qu’auparavant et même la possibilité d’en créer de nouvelles (dont la fameuse arbalète à scie). Tout va plus loin qu’auparavant sur cet aspect-là, et pour le coup, la volonté de proposer un jeu over-the-top se retranscrit bien ici.

Les armes, tout comme les véhicules, sont divisés en 4 rangs allant de « I » à « étoile ». Le principe est que plus vous ferez face à des ennemis au rang élevé, plus vous aurez besoin d’armes correspondantes à son rang ou supérieur pour plus d’efficacité. Exit d’ailleurs la multiplicité des ressources, ici, tout est limité à quelques-unes : engrenages, éthanol ou encore adhésif. Dommage d’ailleurs que la chasse soit moins intéressante, les peaux n’étant plus utiles pour améliorer nos capacités de stockage par exemple. Pour Far Cry : New Dawn, l’aspect personnalisation est donc présent dans divers endroits : dans la ville comme nous vous l’avons expliqué ou via un arbre de compétences plus petit qu’auparavant. On peut voir qu’ici, Ubisoft Montreal a voulu un jeu qui se veut plus immédiat qu’auparavant. L’éthanol est d’ailleurs LA ressource de ce nouveau monde et il vous faudra en récupérer de nombreuses quantités pour pouvoir espérer améliorer vos stands.

En simplifiant un peu la formule, Far Cry : New Dawn en devient rudement efficace !

Sur cet aspect-là, on peut dire que cette instantanéité de l’action est plutôt réussie. Le jeu nous plonge dans l’action, nous n’avons pas trop à nous poser de questions concernant quoi améliorer et on se retrouve beaucoup plus facilement à enchaîner les temps de jeu, alterner une quête principale, aller secourir un compagnon, écouter ce qu’à a dire un badaud. Le pari est ici réussi concernant une certaine fluidité et un confort immédiat du jeu. Il n’y a pourtant sur le papier aucune nouveauté majeure en termes de game-design, mais c’est dans sa réinterprétation du level-design de Far Cry 5 que ce New Dawn excelle, en allégeant par exemple la progression générale du titre.

Si on devait auparavant conquérir un territoire dans sa quasi intégralité, en effectuant un nombre précis de missions principales, annexes, et d’avant-postes avant d’avancer dans l’histoire principale, ce n’est plus le cas ici. En effet, il vous suffira cette fois de faire comme il vous semble, sachant qu’en termes de contenu, Ubisoft Montréal n’y est pas allé de main morte !

Du contenu en veux-tu en voilà

Pour les personnes se demandant quoi faire dans ces terres désolées mais fleuries, ne vous en faites pas ! Si on bouclera assez rapidement l’histoire en ligne droite avec ses trois actes (une petite dizaine d’heures), le principal est comme souvent ailleurs dans un Far Cry. A commencer par les avant-postes qui, une fois récupérés, pourront être pillés pour être refilés aux ennemis. Elle montera d’un niveau et vous pourrez de nouveau la capturer et gagner plus d’éthanol. Après quelle ait été vaincue en rang 3, vous pourrez tout de même refaire l’ensemble pour débloquer une nouvelle tenue. On retrouve bien évidemment les fameuses chasses aux trésors, la pêche ou encore la chasse. Pour les personnes ayant joué à Far Cry 5, ils retrouveront également les missions vous permettant d’obtenir des mercenaires, des PNJ qui seront vos compagnons.

Nouveauté du titre, vous devrez effectuer des missions pour récupérer des spécialistes. Ces spécialistes seront très importants dans votre progression car c’est grâce à eux que fonctionneront les différents éléments de la base. Mais pour les convaincre de rejoindre Prosperity, vous devrez les aider. C’est d’ailleurs souvent le moyen pour le jeu de vous faire redécouvrir des endroits de missions de Far Cry 5 sous un nouvel angle. Les expéditions, des missions de récupération de colis et d’évasions sont également là autour de lieux de l’épisode précédent, comme autour du bateau H.M.S. MacCoubrey. Si ces sept missions sont toutefois assez classiques, elles restent très efficace notamment par la présence de notre canadien Roger qui passera son temps à jurer, utilisant des expressions québécoises mais aussi car elles apportent également un peu de variété en termes d’environnements, en proposant par exemple d’aller dans un parc d’attraction.

Du côté des missions annexes, vous pourrez partir à la chasse aux MP3. Ce qui nous permet d’ailleurs de mettre en lumière la bande-son du titre qui propose des musiques provenant cette fois-ci d’un répertoire Rap/Hip-Hop, mais où l’on retrouvera quelques touches de cette country/rock/soul vibe de l’épisode précédent. La partition, composée par Tyler Bates et John Swihart joue quant à elle la carte électronique actuelle, avec des touches dubstep par moments. Une bande-son efficace, qui fonctionne plutôt bien manette en main. L’autre quête annexe, c’est l’utilisation des photos/souvenirs tel un Zelda : Breath of the Wild. Neuf photos sont présentes, montrant Hope County à l’époque de Far Cry 5. Il vous faudra donc trouver les emplacements et s’y rendre. Ce n’est clairement pas la mission la plus passionnante, surtout en comparaison de sa référence chez Nintendo.

Mais globalement, montre en main, vous pouvez passer plus de temps sur Far Cry : New Dawn que sur Far Cry 5 si vous souhaitez tout débloquer. Sachant que le jeu et ses mécaniques fonctionnent autour de votre capacité à looter des engrenages à tout-va, vous passerez votre temps à vous promener avec votre chien dans une voiture, à tuer des ravageurs tout en récupérant de précieuses ressources pour construire votre nouvelle voiture ou votre nouveau fusil à pompe. Par contre, nous vous prévenons que le jeu propose d’échanger de la monnaie réelle contre des packs d’artisanats, vous permettant d’avancer plus rapidement dans le jeu. Nous vous déconseillons bien entendu de le faire et nous trouvons dommage que Ubisoft ait ajouté cette possibilité. Nous n’avons pas eu l’occasion également de tester le mode coopération, qui semble être similaire à Far Cry 5.

Far Cry New Dawn est au final la petite surprise que l’on n’attendait pas. Ubisoft Montreal a trouvé ici des petites idées qui, en s’ajoutant, permettent à la fois d’alléger la formule Far Cry tout en la renouvelant. Avec toute cette légère dimension RPG, le jeu s’en retrouve bonifié et propose une belle petite expérience avec une grosse durée de vie pour le prix.

La note de l'auteur

Comme à chaque fois, Far Cry, c'est un peu mon guilty pleasure annuel. Mais ce New Dawn m'a surpris et je suis au final assez content du résultat ! Par contre si vous êtes allergique à la formule, ce ne sera pas pour vous.

Antoinerp
a
Note du panda
8 10

Far Cry : New Dawn

Points positifs

  • Redécouverte de Hope County
  • Une suite aux événements de Far Cry 5
  • Dimension RPG intéréssante
  • Evolution de la formule : avant-postes, expéditions...
  • Du contenu à foison
  • Excellente bande-son

Points négatifs

  • Moins d'intérêt pour la chasse
  • Monnaie virtuelle
  • Les nemesis de l'épisode quelconques
  • Meme IA
  • On se fiche du scénario (tout comme pour les autres épisodes en fait)

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation