Test Woolfe : The Red Hood Diaries – Le petit chaperon rouge en version revisitée

Voir la note
Le petit chaperon rouge est bien évidemment une fable qui a été tournée à toutes les sauces, surtout avec un certain The Path à l'époque qui était diablement efficace niveau ambiance. Et aujourd'hui, nous nous retrouvons de nouveau face à un nouveau titre nous revisitant cette fameuse fable ayant bercé notre enfance, à savoir Woolfe : The Red Hood Diaries. Tout droit sorti d'un projet Kickstarter puis désormais disponible sur Steam en version finale, que vaut réellement le titre du studio GRIN ?

Promenons-nous dans les bois… … tant que le Woolfe n’y est pas ! Vous l’aurez compris, l’histoire de Woolfe : The Red Hood Diaries nous place dans la peau du petit chaperon rouge dans une ville nommée Ulrica. Et dans cet univers un peu plus mature et sombre, notre chère Red Hood a perdue sa mère et son père à cause du grand méchant Woofle, régnant sur Ulrica et réduisant au passage tous les habitants à l’esclavage et en enlevant des petites filles. Le but de Red Hood est bien simple : se faire justice elle même et se venger du responsable de la mort de ses parents, B.B. Woolfe.

On retrouve donc une histoire un peu revisitée du conte du petit chaperon rouge, et il faut dire que cela fait mouche. En effet, tout au long du jeu, Red Hood racontera de fait son histoire sous la forme presque d’un journal intime, tout en plaçant des répliques sarcastiques et en parfaite adéquation avec le moment choisi.

Le level Design est plutôt sombre et charmeur en l’état, mais le gros soucis, c’est peut-être le classicisme de certains décors, et autant dire qu’on se demande si les développeurs de GRIN manquaient d’idées pour nous faire une fois de plus traverser un niveau dans les égouts, un niveau beaucoup trop utilisé dans les jeux vidéo qu’on se le dise… Mais bref, on appréciera au moins les clins d’œil à divers autres contes, et c’est le principal.

Le chaperon rouge avec une hache ?

woolfe 3

Dans Woolfe : The Red Hood Diarie, il y a aussi des phases de combats en plus des phases de grimpettes et de plates-formes. En premier lieu, pour les phases de combats, c’est globalement décevant. Et le premier problème qui s’impose, c’est qu’on ne peut pas effectuer de parades ou de contres, mais juste des roulades pour esquiver les coups. De plus, au fur et à mesure de l’aventure, vous gagnerez de nouveaux coups spéciaux, mais ceux-ci ne s’élèvent qu’à seulement quatre et sont clairement trop classiques en l’état. Ce qui fait que l’on possède une palette de coup assez restreinte puisqu’après, vous aurez en plus de ces coups spéciaux sous forme de bullet time les attaques légères et lourdes. En sus, l’IA n’est pas clairement au top du top puisque ces derniers vous attaquent en masse et ne vous laissent pas le temps d’esquiver les coups quand vous êtes en plein combo… Il y avait de l’idée, mais il aurait été plus sage de faire un arbre de compétence, ainsi que des combats un peu plus clairs…

En ce qui concerne les phases de plates-formes, c’est vraiment du grand classique. En effet, Red Hood pourra effectuer des doubles sauts et s’accroupir pour éviter des pièges, faire des glissades et le tout est clairement maniable, même si quelques bugs peuvent parfois subsister malheureusement. En revanche, d’accord c’est maniable, mais notre personnage est clairement un peu trop rigide, et ça se ressent manette en main. D’ailleurs, autre reproche qui pourra être fait au titre, c’est sa globale facilité dans ces phases là et c’est clairement regrettable, d’autant plus que certaines phases de « réflexion » sont d’une facilité déconcertante…

Que c’est maigrichon…

woolfe 5

Un autre point sur lequel on pourra souffler, c’est sa durée de vie. Le titre de GRIN vendu à 9.99 € sur Steam ne se termine qu’en 2 heures, en sachant que si vous le désirez, vous pourrez refaire le jeu pour dénicher tous les objets cachés dans chaque niveaux. C’est vraiment cher payé à ce prix là, surtout que le soft sortait tout droit d’un projet Kickstarter, et que la plupart des projets Kickstarter réussis nous offrent en général des durée de vie plus conséquentes que ce jeu là.

Alors certes, il est évident que GRIN doit sûrement nous préparer une suite pour le soft au vu de la fin du titre (du moins on l’espère), mais quand même niveau contenu, c’est très faiblard… Dernier point positif cette fois avant de terminer ce paragraphe, c’est la bande-son du titre qui reste relativement sympa et qui arrive à nous transporter dans cet univers sombre et énigmatique.

 

Sur le papier, Woolfe : The Red Hood Diaries pouvait nous proposer quelque chose de sympa, mais au final, c’est tout le contraire. Avec son gameplay rigide, facile et des combats classiques et brouillons ainsi que sa durée de vie affreusement faiblarde, le titre de GRIN aurait pu faire beaucoup mieux, projet Kickstarter ou non. En revanche, ce qui globalement sauve les meubles, c’est la fable revisitée du petit chaperon rouge, son univers un peu plus mature à la façon d’un Alice au pays des merveilles, sa patte artistique fabuleuse, et la personnalité de notre petit chaperon rouge, aussi vengeresse et sarcastique que jamais. Bref, un jeu enchanteur pour son univers, mais qui déçoit beaucoup, surtout que l’on trouve de nos jours d’autres jeux bien plus accrocheurs et conséquents à ce prix-là. Encore une fois, le mot qui sortira de notre bouche est : dommage.

La note de l'auteur

En fait, pour faire simple, ce n'est pas tant l'univers qui m'a dérangé puisque le background est véritablement enchanteur et accrocheur, définitivement. Non, ce qui est vraiment très décevant et qui fait que mon ressenti n’excède pas plus qu'un rang D, c'est sa faible durée de vie puis son gameplay vraiment trop facile pour que l'on y prenne un plaisir fou. La palette de coups proposée est aussi très en deçà par rapport à ce que d'autres titres proposent ce qui est regrettable, et on espère que la licence, rachetée il y a un petit moment par Rebellion qui nous gratifie en général de jeu pas désagréables du moins ces temps-ci, puisse ressusciter cette licence qui a un gros potentiel.

Matheus
d
Note du panda
4.5 10

Woolfe : The Red Hood Diaries

Points positifs

  • L'univers envoûtant
  • Le conte du petit chaperon rouge revisité
  • La bande-son qui colle bien à l'univers
  • Les clins d’œil
  • Le gameplay maniable...
  • Artistiquement sympa...

Points négatifs

  • Les combats brouillons
  • Manque de palette de coups
  • Un peu trop facile
  • Se termine en deux heures
  • ... mais rigide et pas original
  • ...mais graphiquement pas trop folichon

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

A propos de notre notation

0 Partages
Partagez
Tweetez
WhatsApp