Test Rollerdrome – Venez découvrir le nouveau sport à la mode

7.5
Membre Actugaming.net

Par

L’avis des lecteurs

Partagez votre avis (0)

Rollerdrome est un jeu d’action et de tir à la 3e personne, alliant combats frénétiques et roller. Le titre est développé par Roll7, ceux derrière OlliOlliWorld, et est édité par Private Division. Les studios nous invitent à parcourir un concept qui n’est pas sans rappeler le film de Norman Jewison, Rollerball (1975), mettant en scène le regretté James CaanNous avons déjà mentionné cette parenté lors de notre preview.

Le soft emprunte plusieurs idées de gameplay ci et là afin de proposer une expérience plutôt originale et qui va naturellement miser sur ses phases d’actions. Ne soyez donc pas surpris d’y trouver des allusions à des licences comme Tony Hawk’s ou My Friend Pedroquand d’autres y verront peut-être du Max Payne. À chacun sa référence.

Conditions de test : Jeu testé sur PC via Steam. Nous avons terminé l’histoire principale ainsi que le mode de jeu supplémentaire pour une petite dizaine d’heures passées sur le soft.

Moi, Kara

Rollerdrome missile

Petit rappel au cas où, mais comme pour le film de 1975, le soft développé par Roll7 prend place dans un futur proche, 2030, monde où les grandes entreprises dominent, et où la frontière entre réalité et spectacle s’estompe. La population se divertissant en suivant le violent rollerdrome, nouveau sport populaire. Mais la nouvelle challengeuse, Kara Hassan, compte bien remporter le titre convoité de championne de la ligue, en dépit des manigances qui se jouent en coulisse. Bien que le contexte donne envie, le scénario n’aura pas vraiment de place et ne fera que figure de contexte narratif. Ce n’est pas spécialement préjudiciable au vu des intentions des studios, néanmoins, pour nous, cela reste une légère frustration.

Car, à l’image du film avec James Caan, il y avait matière à raconter des choses pertinentes. Sur la place de la violence et du sport dans nos sociétés, entre autre. D’autant plus qu’il y a des scènes plus narratives, certes peu nombreuses et relativement basiques, mais elles sont là. Ce n’est que l’affaire d’un couloir ou d’un vestiaire où il est possible de glaner deux ou trois informations sur le lore de Rollerdrome. En revanche, le titre se rattrape sur ses visuels. Si cela ne plaira pas à tout le monde, pour nous c’est une réussite. Le style BD privilégié ici, qui peut faire penser à la proposition de Sableapporte une identité et offre une très bonne lisibilité dans l’action. Ce qui est le principal.

En outre, la bande-son fait un super travail pour accompagner le tout. Nous sommes rapidement passés dessus lors de notre preview, le temps de bien s’en imprégner. Et force est de constater que l’OST dispose de plusieurs morceaux de qualité. Dans une ambiance teintée synthwave, à consonance majoritairement électro et dotée de la ferveur propre aux années 80, la bande-son nous transporte immédiatement. Les musiques savent créer une certaine atmosphère et arrivent à nous motiver comme il faut lors des runs. Des sonorités peuvent d’ailleurs rappeler le travail d’un Giorgio Moroder, célèbre compositeur de Scarface ou encore Midnight Express.

D’autant plus que le cœur du jeu, le gameplay, ne pourra que conforter notre engouement pour le titre de Roll7. Suivant la philosophie de l’arcade empruntée à la franchise de skate déjà mentionnée, on retrouve une jouabilité à la fois simple et intuitive, autant qu’accessible. Toute figure est à portée de main et il ne faudra que quelques parties pour manier pleinement Kara. Un petit temps d’adaptation reste nécessaire, pour appréhender les mouvements.  Cependant, on prend vite le coup, on apprend à gérer la caméra qui fait de son mieux et on se familiarise avec le terrain. L’utilisation du mode réflexe, le Bullet-Time, pourra permettre de ralentir le temps afin de mieux visualiser l’espace et s’y orienter.

La couleur de la victoire

Rollerdrome pyrotechnique

Ralentir le temps sera aussi et surtout utilisé pour shooter vos ennemis, avec classe et précision. À ce sujet, Rollerdrome facilite les choses en optant pour une visée automatique, ce qui fluidifie l’action. On évite ainsi de complexifier inutilement les phases de tirs. Le but premier étant de faire en sorte que les joueurs, joueuses puissent atteindre le fameux état de flow prisé de ce genre de jeu. C’est ce moment où l’on entre en symbiose avec le gameplay et où nos réflexes deviennent instinctifs. On enchaîne alors les tricks et les mises à mort stylées. Et le soft parvient régulièrement à nous faire entrer dans cet état.

D’autant plus que le challenge est plutôt bien dosé, malgré un pic significatif à partir des demi-finales, mais rien d’insurmontable. Qui plus, les plus habiles d’entre vous pourront s’atteler au mode de jeu supplémentaire, « Ça va saigner », qui se débloque une fois la finale remportée. La garantie d’épreuves à hauteur de vos talents, et l’occasion de refaire les niveaux précédemment traversés muni de tout son arsenal et d’un nouveau costume. Malheureusement, hormis des musiques remixées et la difficulté plus élevée, les ajouts s’arrêtent là. On repart sur des arènes connues, mais plus fournies en ennemis.

Et nous touchons un point laissé en suspend lors de notre preview. Rollerdrome n’embarque finalement que peu de niveaux différents et, c’est notre avis, le level design n’est pas fou du tout. Surtout en comparaison du nombre restreint d’arènes. Il y a bien quelques lieux appréciables, mais que ce soit dans leur esthétique ou construction, les terrains de jeu manquent de créativité et d’ingéniosité. Là où cela se tient, c’est que la profondeur de gameplay est plutôt limitée. Et au vu du peu de terrains proposés et de leur structure, les dizaines de Grabs et Grind possibles sont suffisants. au même titre que l’armement d’ailleurs.

Parabellum

Rollerdrome fusil à pompe accroupi

Nous ne l’avons pas précisé, mais bien que vous débutez avec deux flingues, au final ce sera quatre armes qui vous accompagneront. Chacune ayant sa cible attitrée, pour des dégâts plus optimaux. Pour autant c’est bien le mélange des tirs et des armes qui seront le plus viable. Cela reste peu, car on en fait vite le tour et il n’y a pas de possibilité d’amélioration ni rien. On se consolera par le fait qu’au moins, on se familiarise avec, comme avec le bestiaire, pas des plus fourni mais d’une diversité amplement suffisante pour apprendre les patterns et s’en servir à bon escient. Une fois ces connaissances acquises, vous pourrez profiter pleinement du super réflexe, qui s’enclenche après une esquive parfaite, et va augmenter vos dégâts pour un court moment.

Un outil redoutable et qu’il faudra totalement maîtriser pour atteindre les meilleurs scores. Car si les parties peuvent être corsées, précisément dans le mode supplémentaire, cela se retrouve aussi sur les défis type Tony Hawk’s à réaliser pour avancer. Ils vous demanderont un peu d’effort et de détermination. Rollerdrome reste un jeu de skills et de réflexes c’est indéniable. Malgré tout, les développeurs ont à cœur de ne pas pénaliser les joueurs et joueuses moins à l’aise. En effet, via les options de jeu il est possible d’activer ou non des assistances.

Munitions infinies, un Bullet-Time illimité ou encore une invulnérabilité, sans parler des défis pouvant être désactivés. Des efforts louables qui permettront à tous de s’en sortir. Enfin, notons l’intelligence du game design, parfaitement tourné autour du shoot et du roller, avec une boucle de gameplay pertinente, reprise du cas d’école qu’est Doom. Vous avez besoin de santé ? Il faudra se mouiller et tuer. Vos chargeurs sont vides ? Il ne vous reste qu’à enchaîner les tricks. Cette mécanique permet d’être constamment en mouvement, mais aussi d’inciter, presque obligatoirement, à tenter des choses et à s’améliorer dans Rollerdrome.

Dans un registre différent, c’est le même principe que dans Devil May Cry. De fait, le jeu s’ouvre à nous et laisse entrevoir l’étendue de ses possibilités, certes limitées, mais totalement atteignables, et rapidement. Dommage qu’on ressente un manque de punch sur les armes et que la présence de « boss » n’approfondisse pas les possibles. La faute à des confrontations peu intéressantes et mal construites. Nous avons pris peu de plaisir lors de ces séquences qui manquent cruellement de créativité. Fort heureusement, leur nombre se compte sur les doigts d’une main. Enfin, jeu de skills oblige, il y a évidemment un système de notation ainsi qu’un classement en ligne pour ceux qui veulent se mesurer au monde entier.

Rollerdrome est un très bon titre qui offre une expérience originale, maîtrisée et très prenante. L’alliance entre roller et shooter à la 3e personne fonctionne à merveille, c’est grisant à souhait et d’une constante fluidité. Et que dire de la direction artistique et de l’OST qui nous agrippent immédiatement. On regrettera seulement le manque d’ambition et de folie créative du soft qui avait encore plus à offrir, particulièrement dans le level design. Sans compter notre frustration personnelle quant au manque de narration. Pour autant, si on reste clairement sur notre faim, le titre de Roll7 est globalement rafraîchissant et réussi. Il serait vraiment dommage de passer à côté.

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

  • Le concept de jeu de tir en roller
  • Un gameplay fluide et grisant
  • Une OST inspirée
  • Un challenge au rendez-vous
  • Un game design intelligent et engageant
  • La direction artistique qui empreinte à la BD
  • Le level design manque de folie et de créativité
  • La narration totalement laissée au second plan
  • Un gameplay qui manque peut-être un peu de profondeur
  • Une seconde partie de jeu qui n'apporte pas grand chose de plus
7.5
  • PC
  • PlayStation 4
  • PlayStation 5

Rollerdrome

A propos de notre notation

L’avis de la rédaction

Membre Actugaming.net

Du très bon que ce Rollerdrome. Un super concept et une expérience des plus grisantes manette en main. De supers moments de passés en arène dans la peau de Kara Hassan. Malgré une déception sur les arènes et level design, j'ai hâte de voir un nouvel opus du genre débouler. Voir même du contenu additionnel pour, justement, enlever ce léger sentiment qui me fait penser qu'il ne manque qu'un petit quelque chose en plus.

Neomantis Dee
a
Note du panda
S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
Voir tous les commentaires
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.