Test Oddworld: Soulstorm – Le retour d’Abe est-il si réussi que ça ?

7
Membre Actugaming.net

Par

L’avis des lecteurs

Partagez votre avis (1)

Oddworld: Soulstorm, plus de cinq ans après son annonce officielle, nous parvient enfin sur PC, PS4 et PS5. Il s’agit du remake d’Oddworld : L’exode d’Abe, soit le second volet de la licence créée par Lorne Lanning. Toujours développé par Oddworld Inhabitants, et surtout après l’excellent remake du premier opus à savoir Oddworld: New n Tasty, cette relecture du jeu original de 1998 est-elle beaucoup plus séduisante ?

Conditions de test : Nous avons terminé Oddworld: Soulstorm en 15h de jeu dans sa difficulté normale, tout en prenant notre temps d’essayer de sauver le moindre mudokon dans chaque niveau. Le titre a été testé sur PlayStation 5.

Oddworld Soulstorm Day One Edition (Playstation 4) - Acheter sur Amazon
Un scénario sombre à l’humour grinçant, plein; Plus vous sauvez de mudokons, plus votre révolte devient puissante.
49,99 EUR

Le grande vadrouille des Mudokons continue de plus belle

Oddworld soulstorm test 1 1

Si vous avez déjà joué au jeu original, faites table rase de sa narration. Effectivement, cette dernière a été radicalement changée dans ce remake. Oddworld: Soulstorm vous fait une fois de plus prendre le contrôle d’Abe qui, après le sauvetage de ses congénères de Rupturefarm voulant les transformer en chair fraîche, se réfugie avec ces derniers dans un abri non loin d’un désert. Mais pas de chance, les Glukkons finissent par les trouver.

Abe va devoir de nouveau sauver ses comparses d’une mort certaine, alors que notre héros recherche la gardienne, et reçoit également un mystérieux pendentif d’un Mudokon dans son dernier souffle. Indéniablement, Oddworld Inhabitants a accompli avec brio la lourde tâche de retravailler la narration du jeu original, pas vraiment marquante à l’époque. On retrouve ainsi une histoire revisitée captivante, des cinématiques de toute beauté et excellement mises en scène, ainsi que pas mal de rebondissements dans l’intrigue, très plaisante à suivre.

Curieusement, Abe se relève également encore plus attachant et touchant que dans les jeux originaux. Preuve que le titre d’Oddworld Inhabitants fait directement mouche dans son fil rouge jusqu’à dans ces méchants Glukons, retravaillés également et plutôt intéressants. Deux fins sont également au programme, mauvaise comme bonne. Au passage, la bonne fin du jeu est pour le moins très excitante et devrait amener on l’espère, à une belle suite toujours sous la direction de Lorne Lanning, qui a enfin le luxe de proposer sa vraie vision de la franchise avec un lore diablement solide.

Nous verrons bien de quoi il en retourne sur son prochain jeu estampillé Oddworld, si ce dernier prend vie. D’ailleurs, Oddworld: Soulstorm se dote aussi d’une direction artistique bluffante. A mi-chemin entre le glauque et mignon, Oddworld: Soulstorm est incontestablement dans les clous de ses aînés esthétiquement parlant. Le soft nous fait également traverser pas mal de décors charmants entre des ruines, en passant par une station ferroviaire désertique, des catacombes, des usines faisant la marque de fabrique de la licence, et on en passe.

La production d’Oddworld Inhabitants est totalement variée dans ses divers environnements. C’est l’un des points positifs du titre en sus de son habillage graphique extrêmement fouilli dans ses arrière-plans, tout bonnement magnifiques. Sur PS5, le soft est plutôt fluide, assez joli graphiquement dans ses nombreuses textures et effets techniques, mais rien n’est parfait cependant. Le jeu accumule les nombreuses saccades au niveau des checkpoints, mais également dans certains passages du soft, ternissant l’expérience.

Le bébé d’Oddworld Inhabitants additionne aussi les tripotées de bugs de scripts, de collisions, et avec même la possibilité de passer parfois à travers la map. Il y a bien eu un patch pour corriger le tout, mais ce n’est hélas pas suffisant et certains bugs persistent, et peuvent ternir l’expérience de jeu…

Un gameplay plus moderne ne rime pas forcément avec perfection

Oddworld: Soulstorm

Comme pour la narration, Oddworld: Soulstorm a redonné un bon petit coup de jeune non négligeable à son gameplay. La maniabilité d’Abe est beaucoup plus moderne dans les déplacements comme dans les sauts. On retrouve en plus les éléments de gameplay du jeu original avec la possibilité de posséder les Sligs pour dégager certains passages, se déplacer plus furtivement afin de ne pas vous faire repérer par les ennemis ou encore donner des ordres à vos suiveurs afin de les sauver.

Le gameplay reste donc efficace, même s’il se dote comme on pouvait s’y attendre d’imprécisions, surtout quand il s’agit d’aller vite afin d’éviter de se faire attraper et tuer par les nombreux gardes Sligs. Il n’est pas rare que les contrôles manquent parfois de réactivité, ce qui peut porter lourdement préjudice aux phases de plateformes en l’occurrence. Cela dit, Oddworld: Soulstorm se dote d’un système de crafting parfaitement efficace afin d’enrichir sa jouabilité. En fouillant casiers, bennes à ordure voir en volant des Sligs endormis, vous récupérez des ressources.

Ces dernières vous donneront la faculté de débloquer ainsi de nouvelles recettes, et de fabriquer divers objets pour vous défendre entre des bonbons rebondissants assommant les Sligs, en passant par un lance-flammes, des bouteilles servant de combustibles pour enflammer certains passages, des écrans de fumée afin de passer inaperçu aux yeux de vos adversaires, et bien d’autres joyeusetés. Cela donne ainsi un gros plus au gameplay, permettant pas mal de possibilités pour passer les niveaux en toute discrétion.

Notez également que quelques distributeurs seront de la partie pour acheter ces ressources moyennant quelques moolah, représentant la monnaie du jeu. Il sera également autorisé via d’autres distributeurs de recycler certaines bouteilles vides afin de récupérer un peu de moolah et acheter ce que bon vous semble. En clair, l’aspect crafting implémenté dans le jeu est cohérent, simple d’utilisation et pas réellement gênant.

Outre ces bonne trouvailles, force est d’admettre que la construction des niveaux d’Oddworld: Soulstorm est des plus réussie. En dépit d’un surplus d’action voire de perspectives parfois assez confuses et rageantes, le titre alterne assez bien entre diverses phases de plateformes où il faudra éviter de nombreux pièges, et quelques puzzles bien sentis à base de mécanismes à activer afin de progresser dans le niveau. Qui plus est, on apprécie les nombreuses zones secrètes à trouver dans ce remake, comme le faisait très bien le jeu original de 1998.

Comme évoqué légèrement plus haut, Oddworld: Soulstorm mise toujours sur l’aspect furtif avec des séquences où vous devez vous cacher des Sligs. Si vous pouvez toujours utiliser les éléments du décor pour passer incognito comme dans le jeu original, le remake vous permet désormais de vous cacher dans des casiers et ensuite passer derrière leur dos, voire les attacher et vous débarrasser de ces créatures si celles-ci sont assommées ou endormies. Rien qu’avec ça, le remake double les possibilités d’approche, ce qui plaira aux nouveaux comme aux anciens joueurs.

Le soft s’offre également quelques phases corsées où il s’agit de protéger divers Mudokons des gardes Sligs leur tirant dessus. Ceci permet de varier l’expérience de jeu, et surtout de donner quelques gouttes de sueurs froides aux affrontements, déjà tendus dans le jeu. En somme, la progression est des plus équilibrées, et dotée d’une difficulté proposant les modes facile, normal et difficile. Par contre, le jeu s’offre à certains moments quelques passages relativement frustrants. Il y a bien une implémentation de checkpoints, mais cela n’adoucit pas pour autant le côté difficile du jeu.

De plus, tout n’est pas si positif dans le gameplay. En supplément des soucis de lisibilité, de réactivité dans les contrôles ou encore de son aspect trop frustrant évoqué plus haut, l’IA n’est pas non plus folichonne. Du côté des alliés ou ennemis, nous avons pu notifier d’abord des Sligs qui vous repèrent trop facilement ou restant complètement stoïques face à vous. De surcroit, les alliés ont du mal à répondre à vos ordres, surtout quand il s’agit de vous suivre. Cela peut parfois entrainer des déconvenues, comme leur mort face à certains pièges sournois.

Sauvez-les tous !

Oddworld: Soulstorm

Bien entendu qui dit Oddworld, dit inévitablement sauver tous les Mudokons. Et pour continuer dans l’une des dernières nouveautés, un système de « quarma » est même instauré dans ce remake. En somme, plus vous sauverez de Mudokons et tuerez moins de sligs, plus votre quarma sera bon. A l’inverse, ce dernier sera forcément mauvais si vous tuez beaucoup trop de Sligs et sauvez moins de Mudokons, ce qui vous entrainera inévitablement vers la mauvaise fin.

Clairement, le « quarma » incorporé dans Oddworld: Soulstorm est le bienvenu. Il peut toutefois se révéler difficile à comprendre alors que vous avez sauvé par exemple plus de Mudokons que tués de Sligs. Un point noir encore évitable pour le soft, mais sachez cependant que l’on retrouve tout le plaisir de sauver ces petites créatures dans des situations toujours plus ou moins périlleuses, jusqu’à les téléporter enfin dans un endroit sûr.

Oddworld Soulstorm Day One Edition (Playstation 4) - Acheter sur Amazon
Un scénario sombre à l’humour grinçant, plein; Plus vous sauvez de mudokons, plus votre révolte devient puissante.
49,99 EUR

Nous n’en avons pas forcément parlé, mais la durée de vie d’Oddworld: Soulstorm est vraiment excellente. Comptez une quinzaine d’heures en normal pour finir le jeu en prenant le temps d’essayer le maximum de Mudokons, tout en mourant un bon nombre de fois. Pour faire le 100 %, il y a fort à parier que vous pourrez comptez largement le double pour faire le jeu dans les moindre recoins. Qu’on se le dise, la rejouabilité est donc assurée pour tout finir et vu son prix, c’est plus qu’acceptable.

Un dernier point à voir, la bande-son. Si les doublages en V.O. sont plutôt bons, on regrette dans un premier temps l’absence de la légendaire VF qui faisait tout le sel du jeu. Egalement, la plupart des musiques du jeu se font discrètes, et ne sont pas véritablement marquantes en définitive. On notera enfin quelques sous-titres français bâclés, montrant que le développement du jeu a soit été chaotique, ou totalement rushé sur pas mal de points…

Sur la forme, Oddworld: Soulstorm reste un remake convaincant. Mais dans le fond, le titre est malheureusement entaché de nombreux soucis de performances, de bugs hallucinants, de perspectives et passages frustrants, ou encore de contrôles maladroits et manquant de réactivité, dégradant l’expérience de jeu. En revanche, les différentes nouveautés apportées à ce remake fonctionnent bien, et la direction artistique comme la relecture narrative du titre n’en restent pas moins prenantes de bout en bout. En somme, tout n’est pas noir sur ce remake qui reste de bonne qualité, mais qui pouvait faire largement mieux. Car dans son ensemble, contrôler Abe et ses congénères Mudokons reste agréable, et avec des phases de jeu qui arrivent à se varier dans un level-design soigné et un habillage graphique qui en jette.

Ce test a été réalisé à partir d'une version éditeur

  • Une maniabilité plus moderne et agréable...
  • La difficulté est plutôt bonne...
  • Une belle relecture narrative du jeu original
  • Quelques nouveautés qui modernisent le gameplay
  • Le crafting relativement bienvenu
  • Durée de vie excellente
  • Un bon mélange entre puzzles et plateformes
  • Techniquement plutôt joli
  • Une direction artistique qui en met plein la vue
  • Deux fins au programme comme le jeu original
  • Une construction cohérente des niveaux, toujours dotés de zones secrètes
  • ... Au détriment d'imprécisions de gameplay
  • ... Avec quelques passages parfois très (trop ?) frustrants
  • Système de "quarma" assez peu clair
  • Pas mal de bugs, des collisions hasardeuses, on passe parfois à travers la maps, des scripts qui ne s'activent pas...
  • L'IA buguée et très inégale
  • Quelques soucis de réactivité des actions
  • Les sous-titres ont un gros soucis d'espaces avec des polices peu esthétiques
  • Une lisibilité de l'action quelquefois trop chargée, et avec quelques perspectives discutables
  • La VF toujours absente...
7
  • PlayStation 4
  • PC
  • PlayStation 5
  • Xbox One

Oddworld: Soulstorm

A propos de notre notation

L’avis de la rédaction

Membre Actugaming.net

En vérité, j'aurais pu encore plus apprécier Oddworld: Soulstorm s'il n'était pas pétri de bugs du début à la fin, et surtout doté d'un gameplay beaucoup plus acceptable dans ses contrôles. Car pour le reste, je suis littéralement conquis par les nouveautés que le remake propose comme sa narration qui est juste une bombe atomique de bout en bout et notamment son lore, vraiment bien ficelé. Honnêtement si vous adorez la licence ou que vous voulez découvrir la franchise Oddworld, vous pouvez vous laisser tenter, mais une fois que le titre sera patché comme il faut.

Matheus
b
Note du panda
S'abonner
Me notifier des
guest

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Votre bloqueur de publicités est activé.

Pour que nous puissions continuer à vous proposer des contenus de qualité sur Actugaming.net, nous vous remercions d'autoriser la publicité.